Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Maghreb : le v茅ritable 茅tat des lieux de l’infiltration sioniste (I)

By   /   16 octobre 2013  /   No Comments

 

Le G茅n茅ral Amous Yeldin, ex patron d'Aman

Le G茅n茅ral Amous Yeldin, ex patron d’Aman

Par Sami SHERIF

Le quotidien de langue arabe Al Quds Al Arabi, vient de rapporter dans l鈥檜ne de ses 茅dition du d茅but de ce mois que聽 lors d鈥檜ne interview accord茅e par l鈥檈x-patron du service d鈥檈spionnage isra茅lien 芦聽Aman聽禄 脿 la cha卯ne 7 de la t茅l茅vision isra茅lienne, le g茅n茅ral Amos Yadlin aujourd鈥檋ui r茅serviste, a affirm茅 que les services d’espionnage聽isra茅liens, ont pu se constituer des r茅seaux de collaborateurs dans tout le monde arabe. D鈥檃pr猫s le journal londonien, cet聽ancien聽grand responsable s茅curitaire sioniste, a affirm茅 qu鈥橧sra毛l 芦聽dispose聽au Maroc et en Tunisie, d’agents diss茅min茅s 脿 diff茅rents niveaux, dans les milieux politiques, 茅conomiques, culturels et sociaux聽禄. Il a pr茅tendu que ces agents 芦聽peuvent faire la promotion d’Isra毛l 聽comme聽ils peuvent provoquer des destructions聽禄.聽芦Nous sommes capable de provoquer et d鈥檈xacerber des crises tribales, confessionnelles et des tensions sociales et d鈥檃insi maintenir ces pays sous pressions internes禄 a-t-il expliqu茅.聽S鈥檌l a 茅voqu茅 nominativement le Maroc, la Tunisie, la Libye et l鈥橢gypte comme pays d茅j脿 noyaut茅s par les services d鈥檈spionnage sionistes, il n鈥檃 pas 茅voqu茅 le cas d鈥檃utres pays arabes.

En ce qui concerne l鈥橢gypte, Amos Yadlin r茅v猫le que le Mossad est arriv茅 脿 ins茅curiser l鈥橢gypte et 脿 semer la discorde au sein de la structure de la soci茅t茅 et du gouvernement 茅gyptiens. Amos Yadlin, au pouvoir jusqu鈥檈n 2012, a d茅clar茅 avoir r茅ussi 脿 accomplir avec succ猫s ses missions de liquidation dans les pays arabes. Il a aussi fait allusion aux activit茅s accomplies ces derni猫res ann茅es en Iran. 芦L鈥檃ssassinat des scientifiques nucl茅aires et des responsables iraniens a 茅t茅 fait pour la plupart par le Mossad 禄, a-t-il ajout茅. Par ailleurs, le r茅gime sioniste a fourni des armements aux groupes s茅paratistes, actifs au Soudan du sud, leur a assur茅 des formations et les a 茅paul茅s dans leurs op茅rations.

R茅alit茅s ou pr茅tentions encore enfl茅e d’arrogance 脿 un moment o霉 les responsables isra茅liens semblent 锚tre 聽emport茅s par la joie de constater聽; apr猫s la destruction et la dissolution de l鈥檃rm茅e irakienne en 2003, que les deux arm茅es les plus puissantes juxtaposant ses 芦聽fronti猫res聽禄 (celles de la Syrie et de l鈥橢gypte) s鈥檃ffaiblissent sous leurs yeux 聽jusqu鈥櫭 l鈥櫭﹑uisement en affrontant les probl猫mes de s茅curit茅 sur le territoire-m锚me de leur pays respectif ? Telle est la question 脿 laquelle nous essayerons de r茅pondre sans faillir 脿 l’imp茅ratif d’objectivit茅 permettant ainsi 脿 nos lecteurs d’avoir une id茅e claire sur la nature et l’ampleur de la pr茅sence des services secrets sionistes dans cette r茅gions devenant avec les 茅v茅nements du 芦聽Printemps Arabe聽禄 aussi sensible qu’auparavant.聽

Ce n鈥檈st s没rement pas d鈥檋ier que datent les activit茅s des services d鈥檈spionnage isra茅liens dans le monde arabe et en Afrique du Nord. L鈥檕n n鈥檃ttendait pas ce g茅n茅ral en retraite pour confirmer express茅ment ce fait tangible dont on n鈥檃 pas cess茅 de parler depuis fort longtemps. Il est 脿 pr茅sent commun茅ment admis que ces services se sont toujours arrang茅s pour se constituer une 芦聽capacit茅 脿 intervenir derri猫re les lignes de l鈥檈nnemi聽禄. Le Premier ministre et l鈥檜n des fondateurs du r茅gime sioniste, David Ben Gourion avait trac茅 les objectifs du Mossad. 芦Pour notre Etat qui depuis sa cr茅ation ne cesse d鈥櫭猼re assi茅g茅 par ses ennemis, le renseignement constitue la premi猫re ligne de d茅fense [鈥.] nous devons apprendre 脿 analyser ce qui se passe autour de nous聽禄, avait-t-il d茅clar茅 le jour de l鈥檌nvestiture du premier patron de cet organisme le 1er avril 1951. Depuis le d茅but de l鈥檕ccupation de la Palestine, le r茅gime sioniste a charg茅 le Mossad de collecter et d鈥檃nalyser les renseignements et d鈥檃ccomplir les missions secr猫tes en dehors de la Palestine occup茅e. 1200 employ茅s travaillaient au d茅but dans le Mossad et l鈥檌dentit茅 des hauts dirigeants des secteurs int茅rieurs du Mossad compte parmi les secrets d鈥橢tat mais le nom des dirigeants de cet organisme est toujours annonc茅. Les bases du r茅gime sioniste reposent sur l鈥檃ssassinat, 聽la violence et l鈥檕ccupation, et il n鈥檃 jamais rendu compte devant aucune instance internationale pour les crimes qu鈥檌l a commis. Les r茅v茅lations d鈥檜n haut responsable isra茅lien sur l鈥檈spionnage dans le monde musulman n鈥檈n sont que le point d鈥檌ceberg.

Juste au mois d鈥檃vril dernier, le Mossad, a 聽lanc茅, via les r茅seaux sociaux, une vaste campagne de recrutement d鈥檃gents dans les pays arabes. Dans ses annonces, le Mossad exigeait des candidats potentiels une parfaite ma卯trise des langues arabe et perse, outre l鈥檃nglais, et des connaissances ou des dipl么mes dans des fili猫res pr茅cises, comme les technologies de pointe, la chimie, l鈥檌nfographie et m锚me la psychiatrie. La campagne, qui s鈥檌ntitulait 芦Avec pareils ennemis, nous avons besoin d鈥檃mis禄, dirigeait vers le site internet du Mossad et vers une longue liste de m茅tiers dans lesquels l鈥橧nstitut des renseignements isra茅liens compte recruter.

Il semble que l鈥櫭゜ullition qui r猫gne dans le monde arabe depuis deux ans est consid茅r茅e par les responsables sionistes comme 茅tant propice 脿 d鈥櫭﹙entuelles infiltration massives de ces pays et la mise en place de plans de d茅stabilisation d鈥檜ne r茅gion qu鈥橧sra毛l a toujours consid茅r茅e comme ennemie.

Mais d猫s le d茅but des ann茅es 50, les services sp茅ciaux isra茅liens se sont int茅ress茅s surtout aux pays voisins les plus proches. Ils avaient pu placer l鈥檜n de leurs meilleurs agents en Egypte.聽Wolfgang Lotz, se forgea ainsi au Caire, des amiti茅s avec des hauts grad茅s de l’arm茅e et de la police 茅gyptienne, obtenant de cette mani猫re 聽des informations pr茅cises sur les sites de missiles et sur le projet de missiles-fus茅es d茅velopp茅 par des scientifiques allemands. Entre 1962 et 1963, une op茅ration d’intimidation visant les Allemands obtient un grand succ猫s, notamment avec l’茅limination de plusieurs responsables cl茅s du projet 茅gyptien.

Avant la guerre des six jours en juin 1967, Isra毛l avait mobilis茅 des centaines d鈥檈spions que ce soit en Egypte ou en Syrie, ce qui lui avait entre autres, facilit茅 la victoire dans une guerre 茅claire qu鈥檌l avait men茅e avec une aide massive mais secr猫te des aviations am茅ricaine stationn茅e 脿 la base de Whylis 脿 l鈥檕uest libyen et britannique d茅collant des bases de Ben Ghazi et de Chypre. L鈥檃ffaire qui avait 茅clat茅 dans ce pays juste apr猫s la catastrophe essuy茅e par l鈥檃rm茅e 茅gyptienne et qui avait r茅v茅l茅 que le patron de cette arm茅e le Mar茅chal et gendre de Nasser Abdelhakim Amer et nombre d鈥檕fficiers sup茅rieurs 茅gyptiens s鈥櫭﹖aient li茅s 脿 des personnes travaillant pour le Mossad, est significative 脿 cet 茅gard. En 聽Syrie, la d茅couverte faite en 1970 avec l鈥檃ide des officiers et techniciens sovi茅tiques de l鈥檃ctivit茅 de l鈥檈spion Ely Cohen, avait r茅v茅l茅 l鈥檃mpleur de l鈥檌nfiltration isra茅lienne de l鈥橢tat syrien et de ses rouages. Ayant infiltr茅 les plus hautes sph猫res du gouvernement syrien, cette taupe hors du commun, passa des informations strat茅giques de premi猫re importance 脿 son pays pendant des ann茅es avant d鈥櫭猼re d茅masqu茅 accidentellement.

S鈥檌l est connu depuis fort longtemps qu鈥橧sra毛l a toujours essay茅 d鈥檈spionner tous les Pays arabes ainsi que nombre de pays musulmans repr茅sentant une 茅ventuelle menace sur sa s茅curit茅 (en l鈥檕ccurrence l鈥橧ran et le Pakistan), il faudrait retenir 脿 propos de ses activit茅s subversives qu鈥檈lles ont toujours 茅t茅 entour茅es d鈥檜ne discr茅tion absolue et qu鈥檈lles ont toujours 茅t茅; lorsqu鈥檈lles 茅taient r茅v茅l茅es par la presse ou par les autorit茅s des pays qui en faisaient les frais, infirm茅es par les responsables isra茅liens de fa莽on 脿 茅loigner les soup莽ons 脿 leur propos. De surcro卯t, les medias isra茅liens sont globalement tenus 脿 une censure de s茅curit茅, et en particulier pour tout ce qui toucherait au Mossad.

Qu鈥檜n ex-patron d鈥橝man sorte 脿 pr茅sent pour faire exception 脿 la r猫gle en affirmant que son ancien service d鈥檈spionnage a d茅j脿 noyaut茅 nombre de pays arabes en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie, Libye et Egypte), sans 茅voquer ce que ce service mijote ailleurs dans le reste du monde arabe et surtout au Golf, cela ne peut-锚tre expliqu茅 que par deux faits tangibles聽:

聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 – d鈥檜ne part, les services secrets isra茅liens semblent avoir perdu de leur efficacit茅 ces derni猫res ann茅es, et il fallait camoufler cette r茅gression avec des pr茅tentions extravagantes. M锚me si seulement les op茅rations rat茅es de ces services nous sont r茅v茅l茅es, il n鈥檈n est pas moins que leur fr茅quence a augment茅 (les services de s茅curit茅 茅gyptiens ont d茅mantel茅 7 r茅seaux isra茅liens en 1996 alors que dans les 15 derni猫res ann茅es, seulement 20 avaient 茅t茅 mis 脿 jours), conduisant 脿 une vraie crise au sein des services de renseignement isra茅liens. Ceci est peut-锚tre d没 au fait que l鈥檈fficacit茅 des services de renseignement 茅trangers s鈥檈st accrue par rapport 脿 leur niveau des ann茅es 60, p茅riode faste pour l鈥檈spionnage isra茅lien alors pionnier en la mati猫re聽;

聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 聽 – de l鈥檃utre, les services de renseignement isra茅liens veulent brouiller les pistes quant 脿 leurs activit茅s subversives 脿 l鈥橢st, surtout en Syrie o霉 se joue la plus grande bataille pour pr茅cipiter son effritement en plusieurs entit茅s et pour ainsi assurer 脿 l鈥檈ntit茅 sioniste d鈥櫭猼re d茅barrass茅e d鈥檜ne s茅rieuse menace sur son flanc Nord-Est.

Tamir Pardo, patron du Mossad

Tamir Pardo, patron du Mossad

De surcro卯t, l鈥檃ctivit茅 du Mossad et d鈥橝man en Afrique du Nord, s鈥檈st r茅v茅l茅e d茅j脿 aux observateurs depuis le d茅but des 茅v茅nements de ce que l鈥檕n d茅signe sous le vocable de 芦 Printemps Arabe聽禄. En effet, les pays arabes du Maghreb ont 茅t茅 t茅moins d鈥檜n nombre croissant de controverses et de scandales concernant des cellules li茅es 脿 des activit茅s d鈥檈spionnage pour le compte d鈥橧sra毛l. Tout a commenc茅 quand un r茅seau d鈥檌nformateurs a 茅t茅 d茅mantel茅 en Mauritanie au d茅but de 2012. Ensuite, le Mossad a fait les manchettes en Alg茅rie et au Maroc dans une s茅rie d鈥檃rticles, de rumeurs et de canulars.

En Tunisie, on commence d茅j脿 脿 rattacher l鈥檃ctivit茅 des snippers embuscad茅s sur les toits des immeubles au centre de la capitale et qui tiraient sur les manifestants d猫s les premiers jours de la contestation des tunisiens du r茅gime Ben Ali, 脿 une conspiration anglo-am茅ricano-isra茅lienne ex茅cut茅e par des agents isra茅liens. L鈥檃ssassinat des deux leaders de gauche Chokri Bel A茂d, de Brahmi est 茅galement attribu茅 par certains milieux 脿 des terroristes travaillant pour le compte du Mossad et du Qatar. D茅j脿 en aout 2012, Abderraouf al-Ayadi, chef du Mouvement Wafa qui s鈥櫭﹖ait s茅par茅 du Rassemblement pour la R茅publique (RPR), avait provoqu茅 une 茅norme sensation la semaine derni猫re quand il a r茅v茅l茅 que le Mossad a renforc茅 ses activit茅s dans la Tunisie postr茅volutionnaire. Il avait indiqu茅 que ces activit茅s 茅taient men茅es sous la 芦聽couverture d鈥橭NG europ茅ennes et am茅ricaines qui pr茅tendent 锚tre caritatives, humanitaires ou culturelles.聽禄

Ceci fait 茅cho 脿 des d茅clarations ant茅rieures du responsable du Parti des travailleurs tunisiens (POCT auparavant), Hamma al-Hammami, sur les 芦聽r茅seaux d鈥檈spionnage isra茅liens op茅rant en Tunisie post-r茅volutionnaire qui profitent de l鈥櫭﹖at de chaos et d鈥檃narchie qui a balay茅 le pays apr猫s la fuite du pr茅sident Ben Ali.聽禄

L鈥檌nformation, r茅v茅l茅e par Ayadi et Hammami a co茂ncid茅 avec un rapport publi茅 en f茅vrier dernier par le Centre d鈥櫭﹖udes et recherche de Yafa, ax茅 sur les activit茅s du Mossad au Maghreb. Le rapport r茅v猫le que le Mossad a commenc茅 脿 concentrer ses op茅rations en Tunisie apr猫s le d茅part de l鈥橭LP de Beyrouth et sa relocalisation 脿 Tunis en 1982.

L鈥檌nt茅r锚t pour la r茅gion a diminu茅 apr猫s la signature des accords d鈥橭slo, jusqu鈥櫭 ce que la r茅volution tunisienne l鈥檃it raviv茅.

Le rapprochement tuniso-isra茅lien de l鈥檃pr猫s-Oslo a 茅t茅 rendu public par la mise en place en 1996 d鈥檜n bureau pour la coop茅ration 茅conomique. L鈥檃ccord comprenait un article secret sur la mise en place 芦聽d鈥檜n syst猫me de coordination de la s茅curit茅 entre le Mossad et la Tunisie par Shalom Cohen, un Juif tunisien travaillant dans la section 鈥橝frique du Nord鈥 du Mossad isra茅lien. Dans la m锚me ann茅e, il est devenu le directeur du bureau des int茅r锚ts isra茅liens en Tunisie.聽禄

Selon le rapport, Cohen a utilis茅 sa couverture diplomatique pour construire un 芦聽r茅seau du Mossad聽禄 bas茅 脿 Tunis, la capitale, avec des antennes 脿 Sousse et Djerba.

Les informations du centre Yafa sont coh茅rentes avec celles d鈥橝yadi, qui dit avoir re莽u l鈥檌nformation d鈥檜ne source de haut rang de la s茅curit茅 tunisienne qui signalait la surveillance d鈥檜n r茅seau secret du Mossad 芦聽d鈥檈nviron 300 agents聽禄 r茅partis sur les trois bases d鈥檈spionnage pr茅cit茅es./..

A suivre…

Sami Sh茅rif

    Print       Email
  • Published: 8 ans ago on 16 octobre 2013
  • By:
  • Last Modified: octobre 19, 2013 @ 3:28
  • Filed Under: Actualit茅s, Maghreb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →