, ,

Egypte : les prémisses d’une éventuelle guerre civile se multiplient, l’heure est à la violence dans les rues!

Violences dans les rues en Egypte

 

Violences dans les rues en Egypte
Violence ant-islamiste dans les rues

Par Sami SHERIF

Après deux ans depuis la chute du dictateur Hosni Moubarak, l’Egypte donne l’impression qu’elle ne peut pas être gouvernée dans le calme. A présent,  nombreux ceux parmi les “jeunes de la révolution” qui estiment désormais n’avoir plus que la violence  pour s’opposer aux Frères musulmans au pouvoir, accusés d’être  sourd aux espoirs de démocratie et de reproduire  systématiquement les méthodes répressives violentes de l’ancien régime. C’est pratiquement le retour de la violence dans les rues comme au temps des dernières semaine du président déchu.

En une semaine, par trois fois,  les abords du bâtiment où siège le PC central des Frères musulmans dans le

Violence dans les rue en Egypte
Victime de violence des milices islamistes

quartier de Moqattam, banlieue du Caire, il y a eu des violences entre manifestants proches de l’opposition, membres de la confrérie islamiste et policiers, qui ont fait plusieurs dizaines de blessés. C’est la première fois que le siège de la confrérie est ainsi visé, preuve que le puissant mouvement islamiste et son bureau politique sont désormais identifiés comme le vrai centre du pouvoir, éclipsant le président Mohamed Morsi, pourtant issu de ses rangs. “Chaque coup qu’ils nous portent, on le leur rend encore plus fort”, lance Farid Sayyed, 24 ans, rencontré lors de ces  affrontements devant cet édifice.

violence policiere
violence policiere

La fugace solidarité du début 2011 contre Moubarak entre le mouvement islamiste très structuré et les “jeunes de la révolution” -ardents militants pro-démocratie mais mal organisés- a fait long feu.

“Nous avons commencé par défendre nos idées politiques puis les Frères musulmans ont échoué à nous faire taire, alors ils essayent de nous tuer”, dit Farid avec amertume. “Même si les Frères musulmans quittent le pouvoir, notre conflit avec eux persistera car il est devenu personnel”, renchérit Abdallah Souleimane, un étudiant en droit de 18 ans.

Une vidéo réalisée par le site d’information alternative “Mosireen” (“déterminés”), très regardée sur Youtube, replace les flambées de colère actuelles dans le prolongement de la révolte qui chassa Hosni Moubarak.

“Les Frères sont des menteurs, ils trompent sous couvert de religion” ou “ils sont le nouveau PND” , le parti autrefois hégémonique de Moubarak- y scandent des manifestants.

 Sami Shérif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Maroc : la visite royale en Afrique, une résurrection de l’art diplomatique qui a secoué les ennemis

Tunisie : le politologue Salem Benammar rend hommage à feu Cheikh Mohamed Ramadhan Al Bouti, figure emblématique de l’islam progressiste.