Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Tunisie : deux historiens 茅tablissent un bilan des plus objectif pour l’an 2 de la r茅volution

By   /   19 f茅vrier 2013  /   No Comments

Quel bilan deux ans apr猫s la r茅volution聽?

Dominique-Avon Historien 脿 l'Universit茅 du Maine

Dominique-Avon Historien 脿 l’Universit茅 du Maine

 

Youssef Aschi historien 脿 la m锚me universit茅

Youssef Aschi historien 脿 la m锚me universit茅

Par Dominique AVON聽 et Youssef ASCHI

Dans la ferveur du 芦聽printemps arabe聽禄, la th猫se de la fin de l鈥 芦聽islamisme聽禄 a pr茅valu聽[1]聽: il s鈥檃gissait d鈥檈xpliquer que le jeu des forces politiques internes dans un cadre pluraliste et les contraintes 茅conomiques internationales conduiraient les dirigeants aspirant 脿 l鈥檃v猫nement d鈥檜n r茅gime 芦聽脿 r茅f茅rence islamique聽禄 脿 mettre leur doctrine sous le boisseau聽[2]. Une autre th猫se consista 脿 ne pas enterrer trop t么t cet 芦聽islamisme聽禄 mais 脿 disjoindre le 芦聽lexique聽禄 鈥揷oncepts et symboles- et la 芦聽rh茅torique聽禄 pour nier le fait que des repr茅sentants de la parole religieuse entendaient mettre en 艙uvre un projet de soci茅t茅 englobant et contraignant聽[3]. Dans les deux cas, l鈥檌nvitation 脿 se tourner vers un 芦聽mod猫le turc聽禄 -jamais d茅fini- 茅tait combin茅e 脿 la d茅nonciation d鈥檃pproches n茅o-colonialistes disqualifi茅es pour leur soutien aux dictatures effondr茅es (Tunisie, Egypte) ou en sursis (Alg茅rie, Syrie). Dans les deux cas, l鈥檃ffirmation de la reconnaissance d鈥檜ne 芦聽matrice identitaire聽禄 sp茅cifique sous-tendait de mani猫re paradoxale une perspective t茅l茅ologique pour expliquer qu鈥檌l faudrait du temps pour arriver 脿 une stabilit茅, comme il en avait fallu 脿 la France et 脿 l鈥橢urope聽[4]. Quelques voix discordantes permettaient, cependant, d鈥檃limenter une autre analyse. D茅but 2012, le journaliste britannique Robert Fisk indiqua que la Tunisie ne semblait pas emprunter le chemin de la d茅mocratie聽[5] et, 脿 la fin de cette m锚me ann茅e, son coll猫gue libanais Jih芒d al-Zayn manifesta des r茅serves 脿 l鈥櫭ゞard des liens entre 芦聽Etat聽禄 et 芦聽religion聽禄聽[6]. Dans un registre prescriptif, le juriste socio-anthropologue Mohamed Nachi invita les acteurs de terrain 脿 la th猫se du compromis 芦聽autour du renoncement 脿 tout Absolu religieux聽禄 sans rompre avec un patrimoine culturel sp茅cifique聽[7].

Notre approche聽[8] 茅tait et reste fond茅e sur l鈥檃nalyse d鈥檜n d茅fi commun pos茅 par les 茅l茅ments structurants de la modernit茅 脿 toutes les religions en g茅n茅ral et

Manifestation le jour de la c茅l茅bration du deuxi猫me anniversaire de la r茅volution tunisienne

Manifestation le jour de la c茅l茅bration du deuxi猫me anniversaire de la r茅volution tunisienne

aux monoth茅ismes en particulier, dans un cadre 茅tatique聽: refus d鈥檜ne instance ultime de d茅cision publique au nom du transcendant聽; libert茅 de pouvoir remettre en question l鈥檃cquis聽; 茅galit茅 de droits entre citoyens quel que soit le genre ou l鈥檕ption id茅ologique et religieuse聽[9]. Ennahda, 茅crivions-nous au printemps 2012, continue 脿 rejeter ces trois principes et, 脿 ce titre, participe de l鈥檌nt茅gralisme religieux dont les promoteurs n鈥檋茅sitent pas 脿 passer des transactions ponctuelles sans jamais c茅der sur des principes consid茅r茅s comme intangibles. Ce positionnement aboutit 脿 une impasse temporaire en Tunisie o霉 l鈥檃ttention des responsables est focalis茅e sur la nature du r茅gime 脿 venir et non sur le r猫glement des d茅fis 茅conomiques et sociaux. Dans le jeu 茅lectoral, le mouvement fond茅 par Rached Ghannouchi s鈥檃ppuie sur des alli茅s qui cherchent 脿 promouvoir des principes politiquement lib茅raux聽: pour Moncef Marzouki, pr茅sident de la R茅publique, la 芦聽d茅mocratie聽禄聽[10] est en marche, il lie la 芦聽libert茅 de conscience聽禄 et la 芦聽citoyennet茅聽禄 -芦聽On peut 锚tre citoyen tunisien, tout en 茅tant musulman, juif, chr茅tien ou ath茅e聽禄聽[11])聽; pour Mustafa Ben Jaafar, pr茅sident de l鈥橝ssembl茅e Nationale Constituante (ANC), la Tunisie est en 芦聽pr茅d茅mocratie聽禄聽[12]. Mais, au sein de la soci茅t茅 civile, Ennahda coop猫re avec d鈥檃utres alli茅s qui rejettent explicitement ces m锚mes principes et jusqu鈥櫭 la cat茅gorie m锚me de 芦聽d茅mocratie聽禄. Ce grand 茅cart se traduit chez Ghannouchi par, d鈥檜n c么t茅, l鈥檈ngagement 脿 la 芦聽fondation d鈥檜n r茅gime et d鈥檜ne soci茅t茅 d茅mocratique聽禄聽[13] et, de l鈥檃utre, l鈥檃ffirmation selon laquelle il a 芦聽un probl猫me avec ceux qui misent sur al-ridda (芦聽l鈥檃postasie聽禄) avec les symboles de l鈥檃ncien r茅gime聽禄聽[14].

Une soci茅t茅 civile impatiente et inqui猫te dans une r茅gion en proie aux troubles

Mobilisations disparates avec le soutien de l鈥橴GTT

La d茅gradation de la situation sociale en Tunisie a particip茅 du d茅clenchement du mouvement populaire qui a conduit 脿 la chute de Ben Ali. L鈥檌mmolation par le feu de Muhammad Bouazizi est devenue un symbole international. L鈥檃ction de l鈥橴GTT a 茅t茅 d茅cisive pour encadrer et soutenir les manifestants. Deux ans plus tard, la situation 茅conomique s鈥檈st d茅grad茅e, le nombre de ch么meurs avoisine les 20% de la population active et la tension entre la Tro茂ka qui a remport茅 les 茅lections d鈥檕ctobre 2011 et la principale centrale syndicale n鈥檃 eu de cesse de se renforcer. De mani猫re sporadique, des br猫ves signalent des suicides, mais ces actes ne suscitent plus de mobilisation m茅diatique, politique ou religieuse. La justification du vol pour raison de n茅cessit茅 par Ghannouchi聽[15] n鈥檃 pas 茅t茅 comprise par les t茅l茅spectateurs d鈥橝l-Jazira. Le clan Traboulsi ne dirige plus d鈥檈ntreprise mafieuse 脿 la t锚te de l鈥橢tat tunisien, mais l鈥櫭﹑ouse de Marouen Mabrouk, gendre de Ben Ali et d茅tenteur de 51% des actions d鈥橭range-Tunisie, est rentr茅e en Tunisie et ses biens lui ont 茅t茅 restitu茅s dans leur int茅gralit茅. Une confusion entoure les modalit茅s de cette restitution et des scandales 茅clatent autour de pratiques r茅pr茅hensibles qui subsistent au plus haut niveau de l鈥檃dministration聽: utilisation de la voiture du ministre de l鈥橧ndustrie, Chakhari, par son fils聽; passe-droit pour le neveu du ministre de l鈥橢ducation pour la session de rattrapage du bac alors qu鈥檌l 茅tait absent 脿 la session principale聽; nomination de la fille du ministre du Travail au sein du conseil du ministre de la Femme alors m锚me que les ch么meurs sont invit茅s 脿 aller trouver un emploi en Libye. Ces faits exasp猫rent une opinion qui ne voit pas son quotidien s鈥檃m茅liorer et o霉 court le bruit selon lequel Baghdedi, ancien Premier ministre de Khadhafi r茅fugi茅 en Tunisie, a 茅t茅 vendu pour 120 millions de dinars 脿 la Libye. Les caisses de l鈥橢tat sont vides, les d茅ficits publics croissent, les marges d鈥檈ndettement ont 茅t茅 r茅duites et les prix augmentent sans perspective de subvention pour les produits de premi猫re n茅cessit茅. Le Qatar refuse de payer la deuxi猫me part du cr茅dit promis et l鈥橝rabie saoudite rechigne 脿 apporter une aide financi猫re d鈥檌mportance.

Fin juin, Mohamed Abbou, ministre charg茅 des Affaires de la r茅forme administrative, pr茅sente sa d茅mission apr猫s avoir essuy茅 plusieurs refus de proposition de r茅forme propos茅e au Premier ministre Jebali. Le 27 juillet, le ministre des Finances Houcine Dimassi d茅missionne 脿 son tour en soulignant l鈥檌ncomp茅tence du gouvernement. A l鈥檕ccasion du vote majoritaire de l鈥橝NC conduisant 脿 son d茅part, le gouverneur de la Banque Centrale Tunisienne, Mustapha Kamel Nabli, attach茅 脿 la lutte contre l鈥檌nflation et l鈥檃ction sp茅culative sur des cr茅dits 脿 hauts risques, prononce un discours dans lequel il expose les probl猫mes de la Tunisie et dresse un constat identique au sujet de l鈥櫭﹒uipe dirigeante de la Tro茂ka聽[16]. Son successeur, Chedly Ayari, membre de la Chambre des Conseillers sous Ben Ali, fut un des co-r茅dacteurs de l鈥檕uvrage comm茅morant les 20 ans du 芦聽Changement du 7 novembre 1987聽禄 et un partisan de la loi de juin 2010 incriminant les opposants 脿 l鈥檃ncien r茅gime. Or c鈥檈st au motif m锚me de l鈥櫭﹍imination des supp么ts de l鈥檃ncien r茅gime, qu鈥橢nnahda applique un programme continu de nomination de ses membres aux postes cl茅s聽: les PDG de la STEG (distribution d鈥櫭﹍ectricit茅), de la SNCFT (chemins de fer) et de la SONEDE (distribution de l鈥檈au) sont limog茅s au printemps 2012 et remplac茅s par des nahdhawis. De hauts fonctionnaires de la SONEDE et de l鈥橧nstitut National des Statistiques font part de pressions qu鈥檌ls subissent s鈥檌ls refusent de coop茅rer pour servir tel ou tel int茅r锚t. Des lettres anonymes de d茅nonciation suffisent 脿 ouvrir une enqu锚te. Des ex-RCDistes sont charg茅s de la mise en application du chantage qui peut conduire 脿 l鈥檈xclusion de la fonction publique. La publication d鈥檜n manifeste t茅moigne du malaise des milieux de l鈥櫭ヾucation et de la culture聽[17].

Dans le secteur du tourisme, les indicateurs de 2012 sont meilleurs que ceux de l鈥檃nn茅e pr茅c茅dente, mais loin de ceux de 2010. La d茅claration du philosophe Abu Yaarib Al-Marzouki, proche du Premier ministre, qualifiant le tourisme de 芦聽prostitution clandestine聽禄聽[18], en pr茅sence du ministre des Affaires 茅trang猫res Rafik Abdessalam Bouchleka et d鈥橝jmi Lourimi 脿 l鈥檕ccasion du Congr猫s d鈥橢nnahda, soul猫ve un toll茅 dans les milieux 茅conomiques. La r茅ponse du ministre du Tourisme ne se fait pas attendre, jugeant inacceptable des propos relevant de la 芦聽clownerie聽禄聽[19]. Mais ceux-ci passent d鈥檃utant moins inaper莽us qu鈥檌ls rejoignent des d茅clarations ant茅rieures de Rached Ghannouchi 茅voquant la n茅cessit茅 de repenser la place et la nature de ce secteur d鈥檃ctivit茅 en le r茅orientant notamment en direction des touristes venus du Golfe qui ne font pourtant pas l鈥檜nanimit茅聽[20]. Mais ce sont les difficult茅s quotidiennes qui d茅clenchent des manifestations populaires. Au c艙ur de l鈥櫭﹖茅 2012, l鈥檈au puis l鈥櫭﹍ectricit茅 sont coup茅es dans nombre de r茅gions et dans certains quartiers de la capitale. Les entreprises responsables crient au complot afin de faciliter leur privatisation alors que ces coupures sont les cons茅quences d鈥檜ne mauvaise gestion des seuils de consommation. Le gouvernement pointe le manque de comp茅tence de certains hauts responsables et les limoge, sans parvenir 脿 apaiser le m茅contentement. Le 26 juillet, le local d鈥橢nnahdha 脿 Sidi Bouzid est vandalis茅 et br没l茅. Des heurts entre manifestants et policiers continuent une partie de la soir茅e et de la nuit. Ennahdha accuse l鈥橴GTT d鈥櫭猼re derri猫re ces actes. La centrale syndicale r茅plique en mena莽ant le pouvoir d鈥檜ne manifestation massive. Le 31 juillet est adopt茅 un projet d鈥檌ndemnisation des anciens prisonniers s鈥櫭﹍evant 脿 1,2 milliards de dinars. Celui-ci concerne surtout les membres d鈥橢nnahda, victime de la r茅pression de l鈥檃ncien r茅gime. Le m锚me jour, 脿 Mahdia, des habitants br没lent le si猫ge local d鈥橢nnahdha en scandant 芦聽vive Ben Ali聽!聽禄.

Le 4 ao没t, Jebali donne une interview en direct 脿 la t茅l茅vision. Il minimise les probl猫mes rencontr茅s par ses ministres, mais 茅voque l鈥檈xistence de complots et de sabotages. Il insiste sur la l茅gitimit茅 de son gouvernement dont le terme, initialement fix茅 au 23 octobre 2012, a 茅t茅 prolong茅 jusqu鈥檃u printemps 2013聽[21]. Il assume le versement de l鈥檌ndemnisation aux anciens prisonniers, tout en reconnaissant la d茅gradation de la note de la Tunisie par les Agences internationales et les r茅serves du FMI concernant la gestion des finances du pays聽[22]. Mais le malaise est patent, y compris dans les rangs d鈥橢nnahda lorsqu鈥檈st diffus茅 le montant de la facture (58 000 dt) pour la soir茅e de rupture du je没ne dans un palace de la capitale, le Golden Tulipe, pour faire honneur au nouvel ambassadeur des Etats-Unis. Au d茅but de l鈥檃utomne, des centaines d鈥檋abitants de Sidi Bouzid et des villes environnantes battent le pav茅 pour r茅clamer des mesures urgentes contre la pr茅carit茅, le ch么mage et la pauvret茅. Trois d茅put茅s entament une gr猫ve de la faim聽[23] pour relayer les revendications de leurs administr茅s. Apr猫s Sidi Bouzid et Gab猫s, c鈥檈st 脿 Siliana, une ville situ茅e 脿 120 km au sud-est de Tunis, au mois de novembre, que se focalise le conflit social. En moins d鈥檜ne ann茅e, les investissements y ont baiss茅 de moiti茅 et les cr茅ations d鈥檈mploi des deux tiers聽[24]. La mobilisation prend de l鈥檃mpleur, les manifestants sont repouss茅s avec violence par les forces de police聽[25] et des affrontements s鈥檈nsuivent. Il y a plus de 300 bless茅s, un bilan qui est imput茅 au gouverneur de la r茅gion dont la d茅mission est exig茅e. Samir Dilou, ministre des Droits de l鈥橦omme et de la Justice transitionnelle, assume l鈥檜sage de la chevrotine par les forces de l鈥檕rdre. Des marches pacifiques de soutien 脿 Siliana sont organis茅es dans diff茅rentes villes, notamment 脿 Tunis. Des affrontements ont lieu ailleurs, comme 脿 Kef et 脿 Sbe茂tla. Le gouvernement finit par c茅der partiellement et signe un accord avec l鈥橴GTT聽[26], mais cela n鈥檈mp锚che pas les habitants de Siliana d鈥檕rganiser une marche jusqu鈥櫭 la capitale. Ils y sont accueillis par des agents de la police et des membres de la Ligue pour la protection de la r茅volution (LPR), qui voient en eux la main de l鈥橴GTT et de l鈥檈x-RCD. Ghannouchi stigmatise les 芦聽partisans du parti stalinien qui promeuvent la contre-r茅volution聽禄聽[27]. Le si猫ge de la centrale syndicale, place Mohamed Ali, est attaqu茅聽[28]. Afin de r茅pliquer 脿 ces actes de violence, l鈥橴GTT lance un mot d鈥檕rdre de gr猫ve g茅n茅rale pour le 13 d茅cembre, puis fait machine arri猫re, ce qui est interpr茅t茅 par Ennahda comme une victoire de son camp聽[29].

Libert茅 de pens茅e et d鈥檈xpression聽: le p么le r茅sistant des m茅dias et de l鈥橴niversit茅

L鈥檜n des changements les plus remarquables de l鈥櫭╮e post-Ben Ali concerne la libert茅 avec laquelle la presse, les m茅dias audio-visuels et les r茅seaux sociaux peuvent s鈥檈xprimer. Moncef Marzouki s鈥檈n f茅licite, m锚me s鈥檌l a 脿 en p芒tir 脿 titre personnel. Mais ce n鈥檈st pas le cas des dirigeants d鈥橢nnahda, engag茅s dans un bras de fer qui conduit Amer La芒rayedh, fr猫re du ministre de l鈥橧nt茅rieur et d茅put茅 d鈥橢nnahdha 脿 l鈥橝NC, 脿 proposer un r茅f茅rendum pour la privatisation de certains m茅dias聽[30]. Ghannouchi relaie l鈥檌nitiative聽[31] et, simultan茅ment, un sit-in est install茅 devant la T茅l茅vision nationale. Quelques employ茅s et journalistes rejoignent les manifestants pour d茅noncer un parti-pris hostile 脿 la majorit茅 parlementaire, mais la plupart des int茅ress茅s d茅noncent le blocage et ces m茅thodes d鈥檌ntimidation encourag茅s par au moins un des responsables des manifestations qui partent r茅guli猫rement de la mosqu茅e Al-Fath, centre de la contestation religieuse intransigeante 脿 Tunis. Il y a des heurts聽[32]. Dans les jours qui suivent, certains observateurs notent une forme d鈥檃utocensure dans les journaux. Bien qu鈥橢nnahda se d茅fende de toute implication aupr猫s des manifestants, des photos prouvent la pr茅sence sur les lieux de Habib Ellouze, un des membres dirigeants d鈥橢nnahda. C鈥檈st d鈥檃illeurs Lotfi Zitoun, ancien garde du corps de Ghannouchi, ministre conseiller en charge des Affaires politiques aupr猫s de Jebali et propri茅taire effectif de la cha卯ne Zitouna (Oussama Ben Salem, fils du ministre de l鈥橢nseignement sup茅rieur, n鈥檈st qu鈥檜n pr锚te-nom) qui parvient 脿 obtenir le retrait des manifestants聽[33].

Le 3 mai, journ茅e mondiale de la libert茅 de la presse, est aussi le moment de l鈥檕uverture du proc猫s de Nesma TV pr茅alablement report茅聽[34]. Karoui, son directeur, est condamn茅. Il doit s鈥檃cquitter de 2 400 dt (soit 1 200 鈧) d鈥檃mende. Le montant para卯t d茅risoire, mais le verdict est consid茅r茅 comme une d茅faite pour la libert茅 d鈥檈xpression et une victoire pour ses adversaires en Tunisie. Contrairement 脿 ce qui s鈥檈st pass茅 durant l鈥檃utomne, le proc猫s s鈥檈st d茅roul茅 dans un calme relatif. Le m锚me jour, 80 d茅put茅s d鈥橢nnahdha entour茅s d鈥檜ne foule de partisans se rendent 脿 l鈥檃茅roport pour y accueillir le shaykh 茅gypto-qatari Youssef al-Qarad芒w卯, pr茅sident de l鈥橴nion mondiale des ul茅mas. En juin, le principe de la cr茅ation d鈥檜ne Haute Instance pour la r茅forme des m茅dias est adopt茅 脿 l鈥檕ccasion du d茅bat sur projet de loi sur la r茅forme des m茅dias. L鈥檜ne de ses missions consiste 脿 mettre sur pied une Haute autorit茅 ind茅pendante de la communication audiovisuelle. A la t锚te de ce dernier organisme, Marzouki propose le nom de Lotfi Hajji聽[35], qui d茅cline l鈥檕ffre, puis de Mohamed Krichen, l鈥檜n et l鈥檃utre 茅tant journalistes travaillant pour Al-Jazira.

A la fin de l鈥櫭﹖茅 plusieurs d茅cisions gouvernementales provoquent des r茅actions. L鈥櫭﹎ission satirique des 芦聽Guignols聽禄 tunisiens est arr锚t茅e sur la cha卯ne EttounisiyaTV. Sami Fehri, propri茅taire de la cha卯ne priv茅e, est inculp茅 pour corruption (脿 propos de contrats publicitaires pass茅s avec la t茅l茅vision nationale sous l鈥檃ncien r茅gime) et plac茅 en d茅tention聽[36]. Une 茅mission diffus茅e pendant le mois de ramadan avait 茅t茅 consid茅r茅 comme particuli猫rement g锚nante pour Ennahda聽: 芦聽Al-lujik al-si芒s卯聽禄 [芦聽La logique politique聽禄]聽[37]. Le juge rend un verdict favorable 脿 Fehri, mais il est chang茅 d鈥檃ffectation et le maintien en d茅tention de l鈥檃ccus茅 appara卯t comme le fait du ministre de la Justice Noureddine B鈥檋iri. La crainte de la 芦聽censure juridique聽禄 est vive dans le milieu, elle repose sur la menace de l鈥檜tilisation des archives de la police politique de Ben Ali par Lotfi Zitoun. L鈥檕rganisation Reporters sans fronti猫res fait part de 芦聽son m茅contentement et [de] son incompr茅hension face 脿 la poursuite des nominations arbitraires 脿 la t锚te des m茅dias publics聽禄聽[38]. Lotfi Touati, un ancien policier au service de Ben Ali, est nomm茅 脿 la t锚te de Dar al-sabah鈥, propri茅t茅 du gendre du dictateur. Le 30 ao没t, une premi猫re 茅dition du journal est retir茅e des kiosques pour 锚tre remplac茅e, avec l鈥檃ide de la police, par une nouvelle version, la pr茅c茅dente ayant 茅t茅 jug茅e trop critique vis-脿-vis d鈥橢nnahda. Le nouveau directeur interrompt imm茅diatement la chronique de Youssef Seddik. Le 3 septembre, des journalistes de ce quotidien, rejoints par d鈥檃utres confr猫res, manifestent et lancent un appel 脿 la gr猫ve des r茅dactions. Touati est finalement d茅plac茅 脿 la t锚te du Centre de Documentation nationale, o霉 il reste contest茅, et il doit compara卯tre devant la justice pour avoir percut茅 un journaliste聽[39]. Cela n鈥檈mp锚che pas Ennahda, par la voix de Zitoun et Ellouze, de lancer une campagne baptis茅e Ekbes聽! qui peut se traduire par 芦聽durcis聽!聽禄, 芦聽tiens fermement聽!聽禄 ou 芦聽mus猫le聽!聽禄聽[40]. Il s鈥檃git d鈥檈ncourager le gouvernement 脿 faire preuve de davantage de fermet茅 脿 l鈥櫭ゞard des m茅dias. Ils m猫nent une marche-rassemblement-pri猫re du vendredi le 1er (puis le 7) septembre 2012 vers la place de la Casbah. Parmi les slogans qui sont brandis figurent l鈥檜rgence de 芦聽nettoyer, assainir et purger les m茅dias聽禄, l鈥 芦聽obligation聽禄 d鈥檃ssurer une compensation aux anciens prisonniers, la n茅cessit茅 d鈥檈xclure les RCDistes de la politique, en particulier Beji Ca茂d Essebsi dont la popularit茅 cro卯t聽[41]. En langue fran莽aise, dans un entretien accord茅 脿 La Presse, Zitoun 茅voque les pers茅cutions pass茅es subies par les militants d鈥橢nnahda pour expliquer certains d茅bordements et reconna卯t que le gouvernement n鈥檃 pas 茅t茅 脿 la hauteur de toutes les attentes聽[42]. Mais, 脿 l鈥檕ccasion d鈥檜ne de ses pr茅dications, Ellouze diabolise les instruments qui sont 芦聽dans les mains des ennemis de la R茅volution聽禄 et loue les 芦聽miraculeuses r茅alisations du gouvernement que personne n鈥檃 entendues 脿 cause de la partialit茅 des m茅dias聽禄聽[43].

Ces engagements n鈥檈mp锚chent pas Ennahda de continuer 脿 affirmer son attachement 脿 la libert茅 de pens茅e, de recherche et d鈥檈xpression. En avril 2012, un entretien entre Rached Ghannouchi et Youssef Seddik visait 脿 rassurer les milieux intellectuels聽[44]. Six mois plus tard, 脿 l鈥檕ccasion d鈥檜ne conf茅rence organis茅e 脿 Kairouan sur le th猫me 芦聽Tol茅rance et islam聽禄, Seddik 鈥揹茅j脿 menac茅- est pris 脿 partie par un nahdawi, condamn茅 en 2007 pour 芦聽terrorisme聽禄 et lib茅r茅 en 2011, reprochant 脿 l鈥檃uteur de Nous n鈥檃vons jamais lu le Coran, d鈥檃voir insult茅 A茂cha lors d鈥檜ne 茅mission de radio. Pr茅sent 脿 la tribune, l鈥檃vocat et shaykh Abdelfatah Mourou prend la d茅fense de Seddik, expliquant que l鈥檃uteur de ces propos 茅tait Mohammad Talbi parlant de la position des chiites, et qu鈥檌l les avait tenus au cours d鈥檜ne disputatio qu鈥檌l avait eue avec lui. Mourou est alors physiquement agress茅 par le militant qu鈥檌l avait lui-m锚me d茅fendu聽[45]. Mourou est 脿 nouveau agress茅 d茅but 2013, cette fois par des salafistes qui reprochent 脿 ce 芦聽m茅cr茅ant聽禄 d鈥檃voir fredonn茅 du Beethoven sur un plateau de t茅l茅vision. Ces incidents, qui vont jusqu鈥櫭 toucher une figure historique d鈥橢nnahda, bien que contest茅e par certains de ses compagnons de militance, confirment un climat d茅l茅t猫re qui r猫gne lorsqu鈥檌l est question des sujets religieux, qu鈥檌l s鈥檃gisse de recherche savante ou des pratiques les plus banales. En r茅action est publi茅 un communiqu茅 pour la D茅fense des libert茅s acad茅miques et de cr茅ation聽[46]. La tendance g茅n茅rale n鈥檈st pas favorable 脿 ce milieu promoteur d鈥檜ne conception plurielle de la culture tunisienne et arabe. Le bilan de la Foire internationale du livre de Tunis (octobre 2012) ne rassure pas les professionnels de l鈥櫭ヾition, sinon ceux du secteur 芦聽religieux聽禄 (droit traditionnel, pr茅dication etc.) ou de la technique qui se partagent l鈥檈ssentiel de l鈥檈space 脿 c么t茅 de stands o霉 l鈥檕n vend de l鈥檈ssence de parfum traditionnel et des gants de crin en tissu聽[47].

Le milieu universitaire continue 脿 锚tre agit茅 par des manifestations sporadiques autour de la question du niqab聽[48]. En septembre 2012, 脿 la suite d鈥檜ne manifestation devant l鈥橝NC, et sans consultation pr茅alable des personnels de l鈥檈nseignement ni des syndicats, le chef de cabinet du ministre de l鈥橢nseignement sup茅rieur et de la Recherche scientifique a annonc茅 le d茅p么t de trois projets de loi sur le port du niqab dans les universit茅s聽: interdiction cat茅gorique聽; autorisation conditionn茅e聽; permission sans autorisation. Ils doivent 锚tre d茅battus devant le Conseil des universit茅s puis 脿 l鈥橝NC. Les campus sont plus paisibles qu鈥櫭 la veille des 茅lections estudiantines qui ont vu la victoire des syndicats proches de l鈥檕pposition politique. Tel ou tel groupe salafiste fait encore parler de lui聽[49], mais les agents de s茅curit茅 relevant des 茅tablissements depuis la disparition de la 芦聽police universitaire聽禄 parviennent 脿 maintenir le calme. L鈥檃ttention des deux camps est focalis茅e sur le proc猫s du doyen de la facult茅 des Lettres de l鈥橴niversit茅 de la Manouba, Habib Kazdaghli, point nodal de l鈥檃ntagonisme. A l鈥檃utomne 2011, cet ancien membre du Parti communiste tunisien, d茅fenseur des libert茅s acad茅miques, s鈥檈st oppos茅 aux men茅es de salafistes sur le campus et a voulu appliquer la d茅cision du conseil scientifique refusant le port du niqab 脿 la facult茅. Il porte plainte pour saccage contre deux 茅tudiantes ayant investi son bureau et est 脿 son tour l鈥檕bjet d鈥檜ne plainte pour gifle de la part de l鈥檜ne d鈥檈lles, plainte requalifi茅e par le minist猫re public en 芦聽acte de violence commis par un fonctionnaire dans l鈥檈xercice de ses fonctions聽禄, ce qui le rend passible d鈥檜ne peine de cinq ans d鈥檈mprisonnement. Kazdaghli nie les faits qui lui sont imput茅s. Le procureur a requis 5 ans de prison. Initialement attendu en juillet 2012, puis le 17 janvier 2013, le verdict du proc猫s a 茅t茅 report茅 au 28 mars 2013 et cette affaire marque une inflexion dans le regard port茅 par certains m茅dias europ茅ens sur la Tunisie聽[50].

Une forme d鈥檌solement dans l鈥檈nvironnement arabe et international

Le monde arabe qui a essentiellement v茅cu pendant des ann茅es au rythme des guerres contre Isra毛l, est secou茅 comme jamais il ne l鈥檃 茅t茅 depuis les ind茅pendances聽: impasse du processus politique en Egypte en d茅pit d鈥櫭﹍ections libres et de l鈥檃doption d鈥檜ne nouvelle constitution聽; partition de deux Etats en conflit larv茅 ou ouvert au Soudan聽; d茅liquescence de l鈥橢tat au Y茅men聽; effondrement de l鈥橢tat en Libye聽; tensions exacerb茅es au Liban聽; r茅activation des violences communautaires en Irak聽; tensions sociales, tribales et nationales en Jordanie聽; impossible expression de l鈥檕pposition dans les p茅tromonarchies du Golfe聽; contentieux persistant entre le Maroc et l鈥橝lg茅rie聽; guerre civile en Syrie鈥 La sc猫ne r茅gionale est domin茅e par la guerre que se livrent l鈥橝rabie saoudite et l鈥橧ran par alli茅s interpos茅s. Les Etats-Unis d鈥橭bama se limitent 脿 faire valoir leurs constantes聽: soutien quasi-inconditionnel 脿 Isra毛l聽; promotion des pratiques 茅conomiques lib茅rales. La Russie m猫ne un combat qu鈥檈lle n鈥檈sp猫re pas ultime 脿 Damas. La Chine reste absorb茅e par la g茅opolitique de l鈥橢xtr锚me-Orient. L鈥橴nion europ茅enne n鈥檃 pas d鈥檃utres moyens que la politique d鈥檃ide 茅conomique, parfois d茅terminante, et les mobilisations ponctuelles de forces d鈥檌nterposition comme au Liban o霉 elle fournit le gros du contingent de la FINUL. Quelle carte peut jouer la Tunisie dans ce contexte聽?

Fin avril, une manifestation de soutien aux rebelles syriens, 脿 la Casbah de Tunis, est organis茅e par le Hizb Ettahrir apr猫s la pri猫re. Des bureaux de recrutement de 芦聽jihadistes聽禄 sont ouverts pour partir, qui en Syrie, qui en Irak. La lutte contre la dictature de l鈥檃laouite Bachar al-Assad comme la mobilisation sunnite pesant sur le gouvernement du chiite irakien Nouri al-Maliki ne constituent pas une priorit茅. Ennahda ferme les yeux, car la 芦聽cause palestinienne聽禄 est la seule ligne pleinement assum茅e en politique 茅trang猫re et elle conduit le mouvement 脿 exiger vainement l鈥檌ntroduction d鈥檜ne clause constitutionnelle d鈥檌ncrimination de toute normalisation avec l鈥橢tat d鈥橧sra毛l聽: au Congr猫s d鈥橢nnahda, Khaled Mech芒al est acclam茅 en h茅ros, mais l鈥檃rticle 27 propos茅 pour la Constitution est supprim茅 par l鈥橝NC en octobre. Le jeu est rendu plus complexe par la rivalit茅 diplomatique entre l鈥橝rabie saoudite et le Qatar qui, lui-m锚me, place constamment dans la balance ses int茅r锚ts 茅conomiques propres et la promotion universelle d鈥檜ne forme particuli猫re d鈥檌slam. Le prix de ce positionnement est parfois 茅lev茅聽: le 4 juin, Ghannouchi est emp锚ch茅 de prendre la parole au Congr猫s du Nationalisme arabe聽[51]. Les organisateurs s鈥檕pposent 脿 la distribution de tracts et d茅pliants o霉 figure un 茅loge du r么le d鈥橢nnahda en faveur du 芦聽nationalisme arabe聽禄. L鈥檌nt茅ress茅 minimise l鈥檃ffaire, expliquant que le Baath, qui a publi茅 un communiqu茅 d茅non莽ant la pr茅sence de nahdawis, 茅vite en g茅n茅ral d鈥檌nviter des personnalit茅s officielles聽[52], sans expliquer pourquoi il est le seul 脿 avoir essay茅 d鈥檡 participer.

De fait, Ennahda m茅nage les Etats-Unis. Parmi les nombreux indices figure l鈥檃utorisation donn茅e au FBI de venir interroger en Tunisie m锚me le ressortissant tunisien suspect茅 d鈥櫭猼re responsable de l鈥檃ttaque contre l鈥檃mbassade des Etats-Unis 脿 Benghazi, arr锚t茅 en Turquie puis extrad茅 vers la Tunisie聽[53]. La Grande-Bretagne o霉 Rached Ghannouchi a longtemps v茅cu en exil, est 茅galement l鈥檕bjet de son attention聽: en septembre, il annonce son intention de porter plainte contre The Independant qui a relay茅 un propos du ministre syrien des Affaires 茅trang猫res concernant un transfert qatari en direction d鈥橢nnahdha聽[54], mais d茅cide finalement de publier une interview dans le m锚me organe de presse, strat茅gie de communication qui lui permet au passage de rappeler que nombre de t锚tes sont tomb茅es durant les r茅volutions europ茅ennes聽[55]. Deux mois plus tard, dans la m锚me perspective, un article est publi茅 dans le Monde. Ghannouchi comme Bouchleka critiquent la France qui a soutenu jusqu鈥櫭 l鈥檜ltime moment Ben Ali et rejettent ce qu鈥檈lle repr茅sente, mais Jebali ou Mourou jouent les entremetteurs en donnant notamment plusieurs interviews sur France 24. Le pr茅sident de la R茅publique Marzouki limite 脿 芦聽une fraction de la France officielle聽禄 ceux qui se sont compromis avec Ben Ali聽[56]. Homme cultiv茅 et d茅fenseur des droits de l鈥檋omme, il soutient une dimension plurielle de la Tunisie聽: arabo-musulmane, africaine et m茅diterran茅enne聽[57] et en cela se d茅marque fondamentalement d鈥橢nnahda聽[58]. Il regrette, cependant, la prise de distance adopt茅e par la diplomatie fran莽aise qui n鈥檈nvoie aucun repr茅sentant pour comm茅morer le 2e anniversaire de la 芦聽r茅volution聽禄.

Dans le cadre maghr茅bin, la Tunisie peine 脿 surmonter le handicap de ses d茅saccords internes et de sa faiblesse 茅conomico-militaire face 脿 l鈥檌mplosion de la Libye, au contentieux alg茅ro-marocain et au d茅veloppement d鈥檜n 芦聽Sahelistan聽禄. En juin, Marzouki doit faire face 脿 la d茅mission de conseillers et fait preuve d鈥檜ne certaine impuissance 脿 l鈥檕ccasion de l鈥檃ffaire Baghdedi 脿 qui l鈥橝lg茅rie avait propos茅 l鈥檃sile politique. Des initiatives contradictoires sont prises聽: le pr茅sident de la R茅publique appelle 脿 la suppression des visas pour tous les ressortissants maghr茅bins, 脿 l鈥檕uverture des fronti猫res avec la possibilit茅 de s鈥檌nstaller, de poss茅der, d鈥檌nvestir et m锚me de voter aux l茅gislatives, mais l鈥檃rm茅e fait du d茅sert tunisien une 芦聽zone militaire ferm茅e聽禄 sauf d茅rogation. Deux camions remplis d鈥檃rmes qui se dirigeaient vers l鈥橝lg茅rie sont intercept茅s fin juin. Des rumeurs courent concernant l鈥檌nstallation d鈥檜ne base militaire am茅ricaine. En juillet, pourtant, une d茅claration commune de Marzouki, Ghannouchi (qui n鈥檃 pourtant aucune fonction diplomatique officielle) et 鈥楢bdallah Triki (secr茅taire d鈥橢tat charg茅 des affaires arabes et africaines) appelle 脿 l鈥檕uverture des fronti猫res 脿 tous les Maghr茅bins, sans restriction. Le ministre Rafik Abdessalem Bouchleka est contraint de d茅mentir le lendemain, apr猫s avoir re莽u la r茅ponse de l鈥橝lg茅rie qui juge que la circulation des personnes n鈥檈st pas 脿 l鈥檕rdre du jour聽[59].

Ce m锚me mois de juillet, Al Khatib al-Idrissi, leader du salafisme jihadiste un temps supplant茅 par Abou Ayoub lors de son s茅jour en prison, appelle 脿 une mobilisation devant le Minist猫re des Affaires Etrang猫res en signe de solidarit茅 avec les d茅tenus tunisiens en Irak聽: Marzouki et Ghannouchi ont vainement appel茅 脿 les extrader en Tunisie pour qu鈥檌ls y purgent leurs peines de prison, ce qui a 茅t茅 refus茅 (les Irakiens ont ex茅cut茅 un des d茅tenus inculp茅s dans le meurtre d鈥檜ne journaliste). Idrissi rappelle ainsi 脿 la constellation des islamo-salafistes (depuis Ennahdha jusqu鈥檃u Jabhat al-Islah) qu鈥檌l ne faut pas le marginaliser mais composer avec lui. Dans le m锚me temps, lui qui a toujours marqu茅 sa distance avec le cadre politique 茅lectoral, doit faire face 脿 une pression de ses lieutenants susceptibles de rejoindre le courant salafiste entr茅 en politique. La coop茅ration entre les militaires tunisiens et alg茅riens est manifeste pour faire face aux men茅es des jihadistes聽: la 芦聽zone militaire聽禄 est renforc茅e le 18 d茅cembre 2012聽[60]. Interrog茅 par France 24, apr猫s le lancement de l鈥檕p茅ration Serval, Marzouki estime qu鈥檌l 茅tait temps d鈥檃gir pour imposer un coup d鈥檃rr锚t aux jihadistes鈥 sans pour autant soutenir explicitement l鈥檕p茅ration militaire fran莽aise. Des groupes salafistes menacent la France pour son intervention militaire au Mali聽[61], deux Tunisiens sont compt茅s parmi les preneurs d鈥檕tages d鈥橧n Amenas, dans le sud de l鈥橝lg茅rie, ce qui conduit le minist猫re de la D茅fense et celui de l鈥橧nt茅rieur 脿 mettre davantage de moyens pour garantir la s茅curit茅 de l鈥檃mbassade de France聽[62]. Dans l鈥檈nsemble, du fait du caract猫re tr猫s perturb茅 du contexte r茅gional, de la faiblesse de ses moyens et de l鈥檃mpleur des d茅fis int茅rieurs, la Tunisie ne parvient pas 脿 valoriser les initiatives prises au cours des ann茅es 2011-2012.

Jeux de dupes entre alli茅s

Une Tro茂ka d茅s茅quilibr茅e face 脿 une opposition divis茅e

La Tro茂ka a 茅t茅 constitu茅e au lendemain des 茅lections d鈥檕ctobre 2011. Elle est fond茅e sur l鈥檃lliance d鈥橢nnahda, du CPR et d鈥橢ttakatol disposant respectivement de 89, 29 et 20 des si猫ges 脿 l鈥橝NC. Au principe de cette alliance figure le refus d鈥檜ne bipolarisation de la sc猫ne tunisienne et la conviction qu鈥檌l est possible de d茅finir un r茅gime in茅dit. Quinze mois plus tard, Ennahda a refus茅 la d茅mission d鈥檜n de ses membres, Fattoum Attia聽[63], mais le CPR comme Ettakatol ont 茅t茅 significativement affaiblis par le d茅part de 14 membres pour le premier et de 9 pour le second. Le pr茅sident de la R茅publique, qui b茅n茅ficie d鈥檜ne forte reconnaissance internationale聽[64], a d没 faire face 脿 la d茅fection de son bras droit, Mohamed Abbou, et de son conseiller, Ayoub Masoudi qui a d茅clar茅 que Moncef Marzouki 茅tait instrumentalis茅 par Rached Ghannouchi聽[65]. Ce dernier, class茅 parmi les 100 personnalit茅s les plus influentes par le Time聽[66] exerce une fonction centrale, 脿 la fois politique et religieuse, sans avoir un seul mandat 茅lectif.

La violence politique est une r茅alit茅, m锚me si les autorit茅s parviennent 脿 la contenir. En avril, l鈥檃ffaire Bousarsar-Essebsi prend une tournure judiciaire. Sur Shems FM, le premier 鈥搈embre du Minist猫re des Affaires religieuses- d茅clare que lorsqu鈥檌l a scand茅 芦聽mort 脿 Essebsi聽禄 (al-mawt Essebsi) il ne voulait pas dire 芦聽mort physique聽禄, mais 芦聽mort politique et id茅ologique聽禄 de ce que l鈥檃ncien chef du gouvernement de transition repr茅sente聽: le revivificateur de la pens茅e bourguibienne. L鈥檈xamen de la plainte contre l鈥檌mam Bousarsar a 茅t茅 report茅 脿 la mi-avril 2013. D鈥檃utres faits viennent inqui茅ter les partisans d鈥檜ne vie politique pluraliste et apais茅e. Au printemps, le porte-parole du r茅seau Doustourouna 鈥揓awhar Ben 鈥楳barek, est violemment agress茅 脿 l鈥檌ssue d鈥檜n meeting 脿 Souk El Ahad dans le gouvernorat de Kebili聽[67]聽; il doit la vie sauve aux militants locaux de son r茅seau ainsi qu鈥櫭 des membres de l鈥橝ssociation des Dipl么m茅s Ch么meurs qui le transportent d鈥檜rgence 脿 l鈥檋么pital de Sfax. Ses agresseurs courent toujours. Ennahda, de son c么t茅, est victime de piratage 茅lectronique聽: la bo卯te du Premier Ministre Hamadi Jebali est attaqu茅e, comme celle de Ghannouchi, arr锚t茅e provisoirement apr猫s avoir 茅t茅 satur茅e de trolls聽: 芦聽voleur聽禄, 芦聽assassins聽禄, 芦聽chauve-souris聽禄. Son gendre, le ministre des Affaires 茅trang猫res, Rafik Abdessalem Bouchleka, attaque l鈥檕pposition en employant l鈥檈xpression Quwwa al-Ridda, 芦聽force de l鈥檃postasie聽禄聽[68]. Au d茅but de l鈥檃utomne, c鈥檈st un membre de Nida芒 Tounes, Lotfi Nagdh, pr茅sident de l鈥橴nion r茅gionale des agriculteurs et coordinateur provisoire du nouveau parti 脿 Tataouine, qui est tu茅 par des manifestants de la Ligue pour la d茅fense de la r茅volution. Lorsque le minist猫re de l鈥橧nt茅rieur annonce que, selon l鈥檃utopsie, l鈥檋omme est d茅c茅d茅 des suites d鈥檜n arr锚t cardiaque, une pol茅mique 茅clate. Ennahda pr茅sente Nida芒 Tounes comme un repaire d鈥檃nciens RCDistes (Ghannouchi l鈥檃vait d茅clar茅 芦聽plus dangereux que les salafistes聽禄)聽[69]. Pour Ennahda, la coalition est un rep猫re d鈥檃nciens RCDistes et le soup莽on d鈥檌slamit茅 d茅ficiente est r茅current. En r茅ponse aux discours pr茅sentant les dirigeants de Nida芒 Tounes comme des individus ayant rompu avec l鈥檌slam, Essebssi, d茅clare sur les ondes de Shems FM聽: 芦聽Je suis plus musulman que Ghannouchi et je commence 脿 douter de sa v茅ritable foi islamique聽禄聽[70]. Mohamed Talbi sort 茅galement de son mutisme pour critiquer Ghannouchi sur ExpressFM, appeler 脿 la cr茅ation d鈥檜ne instance pour les musulmans la茂ques聽[71] avant de rejoindre Nida芒 Tounes. D鈥檃utres intellectuels tunisiens font le m锚me choix bien que certains soient g锚n茅s par la pr茅sence d鈥檃nciens caciques ou compagnons de route du r茅gime de Ben Ali. Mezri Haddad, le dernier ambassadeur de Tunisie 脿 l鈥橴NESCO 脿 avoir 茅t茅 d茅sign茅 par Ben Ali, qualifie Ghannouchi de 芦聽chef du salafisme en Tunisie聽禄聽[72]. A gauche, douze partis soutenus par des personnalit茅s politiques ind茅pendantes organisent une nouvelle coalition port茅e notamment par Hamma Hammami et Chokri Bela茂d聽: le Front Populaire tunisien cherche 脿 tracer une voie sp茅cifique centr茅e sur une rupture avec l鈥櫭ヽonomie lib茅rale聽; il organise un meeting en septembre聽[73] et se dote d鈥檜ne charte politique聽[74].

Dans ce contexte tr猫s tendu, la cohabitation se prolonge, en d茅pit des d茅saccords relatifs aux attributions respectives des pouvoirs au sein de l鈥檈x茅cutif. L鈥檈xpulsion de l鈥檈x-Premier ministre libyen d茅cid茅e par Jebali et, 脿 l鈥檌nverse, le renvoi du Gouverneur de la Banque centrale tunisienne par Marzouki ont 茅t茅 l鈥檕ccasion de propos vigoureux bien que restant courtois. En revanche, ce sont des insultes et des menaces qui sont 茅chang茅s au sein du Comit茅 pour la s茅paration des pouvoirs de l鈥橝NC durant l鈥櫭﹖茅 2012聽: profitant de l鈥檃bsence du pr茅sident de cette instance et de ses collaborateurs pour la r茅ception de d茅put茅s europ茅ens, les nahdhawis ont voulu faire adopter 鈥搒ans programmation pr茅alable- le principe d鈥檜n 芦聽r茅gime parlementaire聽禄 en vote restreint et garantir l鈥檃doption de ce texte lors des r茅unions pl茅ni猫res de la Constituante o霉 ils escomptaient un vote majoritaire. Cette man艙uvre a 茅t茅 tr猫s mal re莽ue dans les rangs du CPR. Le 24 ao没t, pour la premi猫re fois depuis la constitution de la Tro茂ka, Marzouki critique publiquement Ennahda 脿 l鈥檕ccasion du congr猫s de son parti. Il pointe du doigt les efforts d茅ploy茅s par le mouvement en vue de dominer les structures du pays聽[75]. A la suite des troubles de l鈥櫭﹖茅, le pr茅sident de la R茅publique se d茅clare favorable 脿 la constitution d鈥檜n gouvernement restreint, centr茅 sur la gestion des questions 茅conomiques et sociales. La r茅ponse 茅crite annonc茅e par Hamadi Jebali n鈥檈st pas connue. L鈥檃ffaire de la jeune femme viol茅e par deux policiers alors que le troisi猫me 茅tait occup茅 脿 extorquer de l鈥檃rgent 脿 son compagnon, occupe la sc猫ne m茅diatique. D茅f茅r茅e devant un tribunal, la victime est accus茅e d鈥櫬燼tteinte 脿 la pudeur dans un lieu public聽禄. Le Minist猫re de l鈥橧nt茅rieur reste silencieux, le chef du gouvernement Jebali refuse de s鈥檈xprimer sur le sujet, mais Moncef Marzouki, accueille la jeune femme pour lui pr茅senter des excuses au nom de l鈥橢tat. La justice n鈥檈n poursuit pas moins son cours et le m茅decin l茅giste rattach茅 au tribunal livre un rapport dans lequel il explique qu鈥檌l n鈥檡 a aucune preuve de violences li茅es au viol. Un non-lieu est signifi茅 en premi猫re instance聽[76], mais le minist猫re public fait appel聽[77]. Quant aux policiers, ils sont officiellement inculp茅s pour viol six mois plus tard聽[78].

L鈥檃pproche de la date butoir du 23 octobre, dans un contexte 茅conomique et social d茅grad茅, conduit les membres de la Tro茂ka 脿 resserrer les rangs. Kamel Jendoubi, pr茅sident de l鈥檌nstance charg茅e de superviser les premi猫res 茅lections libres, a manifest茅 des r茅serves聽[79]. L鈥檕pposition crie 脿 la fin de l茅gitimit茅 du gouvernement en place et se pr茅pare pour des manifestations. En guise de r茅ponse, Ghannouchi, appelle 脿 f锚ter la premi猫re ann茅e de d茅mocratie en Tunisie tout en refusant un d茅bat avec Essebsi sur la cha卯ne d鈥檌nformation France 24聽[80]. Une r茅union entre alli茅s est organis茅e au si猫ge d鈥橢nnahdha pour fixer la date des futures 茅lections au 23 juin 2013. L鈥檕pposition est fragment茅e, elle manifeste sur deux jours (22-23 octobre) par incapacit茅 脿 s鈥檈ntendre et parce que le Minist猫re de l鈥橧nt茅rieur ne d茅livre pas les autorisations n茅cessaires. Reprenant le slogan du 14 janvier 2011, des manifestants crient 芦聽D茅gage聽!聽禄 sur l鈥檃venue Bourguiba, d鈥檃utres devant l鈥橝NC. Le morcellement des forces permet 脿 la Ligue de la Protection de la R茅volution (LPR) de prendre parfois le dessus dans les manifestations et de diluer les slogans 芦聽anti-gouvernement聽禄 dans d鈥檃utres 芦聽pro-gouvernement聽禄. Soumayya Ghannouchi provoque l鈥檕pposition en publiant un texte sur Facebook o霉 elle souhaite 芦聽une d茅sagr茅able f锚te 脿 tous les perdants, qui sont insignifiants, isol茅s, [ils] parlent trop sans rien dire, ils sont joueurs, leur travail et leur pr茅sence sont faibles au sein de la soci茅t茅聽; leurs ressources mat茅rielles et d鈥檌nformation visent 脿 troubler l鈥檕pinion publique… ils sont 茅trangers 脿 la r茅alit茅 du pr茅sent, instigateurs de discordes morales et physiques…聽禄 Parmi d鈥檃utres, Olfa Youssef r茅pond en repla莽ant Soumayya Ghannouchi dans son statut de femme de ministre des Affaires 茅trang猫res qu鈥檈lle qualifie de parfait ignorant de la g茅ographie et de l鈥檋istoire de son pays comme de celles du monde, pour le malheur des Tunisiens. La pol茅mique entre les deux femmes se prolonge 脿 l鈥檕ccasion d鈥檜ne affaire de m艙urs, le 芦聽Sheratongate聽禄, qui atteint Rafik Abdessalem Bouchleka聽[81].

Fin novembre, Marzouki 茅voque 脿 nouveau les d茅faillances des ministres dans la gestion des conflits sociaux (r茅pression polici猫re, tirs de chevrotine, h茅sitation 脿 茅carter le gouverneur de Siliana qui se trouve 锚tre un neveu de Jebali) et recommande de constituer un gouvernement d鈥檜nion nationale. Ennahdha r茅agit via son porte-parole, Samir Dilou. A travers son r茅seau informel de communication (r茅seaux sociaux), le mouvement v茅hicule la rumeur d鈥檜n r茅f茅rendum sur la d茅mission de Marzouki. L鈥檌ncident est sans cons茅quence imm茅diate, mais c鈥檈st dans ce contexte que le r么le politique d茅volu au Majlis al-Sh没r芒 d鈥橢nnahda聽[82]. Ses membres se r茅unissent 3 jours durant, au d茅but de l鈥檃nn茅e 2013, pour d茅cider d鈥檜n remaniement minist茅riel, sans consulter les partenaires de la Tro茂ka聽[83]. L鈥檌nstance consultative d鈥橢nnahda a 茅t茅 茅lue lors du congr猫s d鈥橢nnahada, du 12 au 16 juillet 2012聽[84]. Elle comprend 100 membres qui 茅lisent leurs repr茅sentants au Bureau ex茅cutif. Le shaykh Chourou en est l鈥檋omme fort聽: Ghannouchi a obtenu 72% des voix du congr猫s pour le poste de pr茅sident, mais il a 茅t茅 devanc茅 en nombre de voix par Chourou au sein du Majlis聽[85]. Les tensions internes au sein d鈥橢nnahda croisent deux configurations聽: la premi猫re est un h茅ritage de la dictature de Ben Ali et distingue les 芦聽locaux聽禄, les 芦聽prisonniers聽禄 et les 芦聽exil茅s聽禄聽; la seconde met face 脿 face des 芦聽r茅formistes聽禄 -plut么t dans la jeune g茅n茅ration oppos茅e au 芦聽r茅gime des shaykhs聽禄- et des 芦聽conservateurs聽禄. Ghannouchi a pr茅serv茅 son r么le de pivot et de leader du mouvement. Mourou, l鈥檜n des fondateurs plusieurs fois plac茅 hors d鈥橢nnahda, a regrett茅 publiquement que le rapport liminaire lors du congr猫s ne mentionne pas la reconnaissance des actes de terrorisme (Bab Swika, Sousse-Monastir, usage du vitriol). Le soup莽on d鈥檜ne collaboration avec Ben Ali a pes茅 sur lui comme sur d鈥檃utres 芦聽anciens combattants聽禄 (Bhiri, Dimni, La芒bidi), sans l鈥檈mp锚cher d鈥櫭猼re 茅lu lors du congr猫s au Majlis al-Sh没ra et 脿 la vice-pr茅sidence du mouvement, et d鈥櫭猼re d茅sign茅 comme candidat d鈥橢nnahdha pour la prochaine 茅lection pr茅sidentielle聽[86].

En d茅pit de ces tensions, Ennahda fait corps face 脿 l鈥檃dversit茅. Jebali a un contentieux qui l鈥檕ppose 脿 Ghannouchi au sujet de Bouchleka depuis la mi-2012 au moins. Il souhaite remercier son ministre des Affaires 茅trang猫res dont il d茅plore l鈥檌ncomp茅tence, les maladresses voire l鈥檃rrogance vis-脿-vis des Europ茅ens. Il lui reproche des relations privil茅gi茅es avec le Qatar sans cons茅quences du point de vue de l鈥檃ide financi猫re attendue, et d鈥檃voir commis des abus聽: l鈥檃ttribution d鈥檜n passeport diplomatique 脿 Ghannouchi (une fuite dans les m茅dias a pouss茅 le ministre 脿 d茅clarer qu鈥檜n arr锚t茅 sign茅 par la Pr茅sidence allouait 脿 tous les chefs de partis des passeports diplomatiques, ce que les int茅ress茅s ont alors d茅couvert聽; l鈥檃bsence du texte de cet arr锚t茅 au JORT n鈥檃 pas am茅lior茅 la cr茅dibilit茅 du ministre)聽; des vacances familiales aux Seychelles aux frais du contribuable聽; le renvoi de diplomates exp茅riment茅 et leur remplacement par des nahdawis incomp茅tents聽; l鈥櫭﹖alage sur une page Facebook de probl猫mes internes de fonctionnement du Minist猫re , en publiant une mise en garde et des bl芒mes adress茅s 脿 des secr茅taires d鈥橢tat. Les rumeurs de remaniement minist茅riel sont all茅es bon train, 脿 plusieurs reprises, sans autre effet que des d茅missions individuelles. Abdellatif Makki, pr茅sident du Congr猫s en juillet, a 茅voqu茅 l鈥檌solement du mouvement, le gouffre croissant le s茅parant des autres partis politiques repr茅sent茅s au sein de l鈥橝NC, des m茅dias et des associations de la soci茅t茅 civile. N茅anmoins, Ennahda sait pouvoir compter sur l鈥檃ppui d鈥檜ne large partie de l鈥檕pinion et sur la coop茅ration plus ou moins avou茅e de la constellation salafiste.

Une alliance de fait entre Ennahda et les salafistes

Constatant une tendance 脿 la radicalit茅 religieuse au sein d鈥檜ne partie de la soci茅t茅 tunisienne, l鈥檜n des responsables d鈥橢nnahda, Ajmi Lourimi consid猫re que le travail p茅dagogique aupr猫s de la jeune g茅n茅ration n鈥檃 pas 茅t茅 脿 la hauteur de ce qui a 茅t茅 accompli par le Mouvement de la tendance islamique (MTI) dans les ann茅es 1980. Il en veut pour preuve l鈥檃ttrait exerc茅 par les t茅l茅-pr茅dicateurs et les pr茅dicateurs de quartier auto-proclam茅s. L鈥檕bjectif, ajoute le responsable, consiste 脿 dialoguer avec eux en vue de les ins茅rer dans le jeu politique聽[87]. Rien n鈥檈st dit des diff茅rends doctrinaux susceptibles de les s茅parer. Ghannouchi ne manque pas de rappeler 芦聽l鈥檕bligation faite 脿 tout musulman de combattre le zulm contre les jababira, grands ou petits聽禄聽[88], et il n鈥檃 jamais critiqu茅 ces partenaires lorsque ceux-ci ont appel茅 脿 la violence ou au meurtre. Le discours d鈥橢nnahdha n鈥檃 pas chang茅 dans ses grandes lignes, d茅clare Riahd Ch卯ibi, membre du Conseil politique 脿 la veille du Congr猫s, mais il s鈥檈st adapt茅 au 芦聽large panel de radicalit茅聽禄聽[89]. Ellouze est plus explicite encore lorsqu鈥檌l indique que la question de l鈥檌dentit茅 nationale ne sera tranch茅e qu鈥檃pr猫s l鈥檌nstauration de l鈥橢tat islamique par un jih芒d dont il ne pr茅cise pas la forme聽[90]. Jamais les membres d鈥橢nnahda ne se risquent 脿 une disqualification religieuse de ces milieux, alors qu鈥檌ls ne s鈥檈n privent pas face 脿 leurs adversaires politiques, relay茅s en cela par leurs compagnons de route radicaux聽: en avril 2012, le repr茅sentant du wahhabisme en Tunisie, Bechir ben Hsin n鈥檋茅site pas 脿 qualifier d鈥 芦聽h茅r茅tique聽禄 tout opposant au gouvernement聽[91]聽; en d茅cembre, le chef de l鈥 芦聽association mod茅r茅e de la sensibilisation et de la r茅forme聽禄 nouveau nom de l鈥檃ssociation de la 芦聽promotion de la vertu et du pourchas du vice聽禄, Adel al-Ilmi, jure que les musulmans qu鈥檌l repr茅sente n鈥檃ccepteront jamais que B茅ji Ca茂d Essebssi, Hamma Hammami et 芦聽la bande d鈥檌vrognes聽禄 dirigent le pays聽: une plainte pour diffamation est d茅pos茅e contre lui par Hammami聽[92].

Cette entente cordiale face 脿 l鈥檃dversit茅 n鈥檈mp锚che pas des remous. Le 23 avril, Ridha Belhaj, porte-parole du Hizb Ettahrir (芦聽Parti de la Lib茅ration聽禄) qui proclame ouvertement son objectif de restauration du califat, d茅clare qu鈥檌l ne d茅posera plus de demande de licence au gouvernement par refus de la condescendance avec laquelle il s鈥檈stime trait茅聽: il affirme que son parti a le droit d鈥檈xister per se, et non parce qu鈥檜n gouvernement issu d鈥檜ne majorit茅 茅lue le d茅ciderait ainsi聽[93]. La rh茅torique est de pure forme. Le Hizb Ettahrir obtient sa licence le 17 juillet 脿 l鈥檈xtr锚me fin des deux mois d鈥櫭﹖ude du dossier pr茅vus par les autorit茅s. Ses responsables ont accept茅 de modifier certains points de leur demande, en suivant le conseil de Zitoun. Et cela n鈥檈mp锚che nullement Belhaj de d茅clarer quelques semaines plus tard que la d茅mocratie est un 芦聽faux messie聽禄聽[94]. Quant au Jabhat al-Islah (芦聽Front de la R茅forme聽禄) de Mohamed Khouja聽[95], il obtient sa licence d猫s la fin du mois de mai. Ennahda apporte sa caution en juillet 2012 lors d鈥檜n grand meeting qui affirme 芦聽La shar卯鈥檃 est notre voie, la r茅forme notre choix聽禄. Ghannouchi, Wirghi, et Zitoun assistent 脿 cette premi猫re entr茅e officielle des salafistes en politique. Mohamed Khouja y d茅finit la repr茅sentation de l鈥檌slam comme une r茅alit茅 englobant tous les aspects de la vie聽: 芦聽L鈥檌slam a apport茅 une shar卯鈥榓 mobile en fixit茅聽; mobile suivant les changements de la soci茅t茅, et tenant sa fixit茅 de la fixit茅 de la R茅v茅lation. Elle est aussi valable pour tous lieux et tous temps聽禄聽[96]. Les discours sont centr茅s sur la diabolisation de la 芦聽la茂cit茅聽禄 et la promotion du syst猫me politique et 茅conomique 芦聽islamique聽禄.

Et c鈥檈st bien sur un terrain religieux ins茅parable du politique que les partenaires se retrouvent. M锚me s鈥檌ls prennent certaines pr茅cautions, les nahdhawis ne se cachent pas pour se r茅unir avec leurs compagnons. Sous couvert d鈥檌naugurer le Conseil Scientifique de la Zitouna, Ellouze rencontre, 脿 huis-clos, le ministre Nourredine al-Kh芒dimi聽[97], Adel al-Ilmi, Belhaj, Bechir ben Hsin et Moncef al-Wirghi, ma卯tre de Penchac-silat (art martial indon茅sien) connu dans les ann茅es 90 pour 锚tre 芦聽l鈥檈ntra卯neur des kwenjiyya聽禄 (c鈥檈st-脿-dire des 芦聽Ikwhan聽禄, des 芦聽Fr猫res musulmans聽禄). D茅c茅d茅 le 26 octobre 2012, Wirghi avait d茅velopp茅 pendant son exil malaisien un nouvel art martial, le Zama-quit猫l, plus proche du Kravmaga isra茅lien que des arts martiaux traditionnels聽; ses disciples sont de plus en plus nombreux et font tous partie d鈥檜ne mouvance radicale. Outre Ellouze, il avait pour ami Abou Ayoub, le repr茅sentant d鈥橝QMI en Tunisie. Nous contestons l鈥檃nalyse des sp茅cialistes qui consid猫rent que Ghannouchi aurait accompli un tournant d茅cisif et rompu avec ces milieux 脿 la fin des ann茅es 1980. Des faits r茅cents confirment qu鈥檌l n鈥檃 pas quitt茅 la mouvance int茅graliste. Lors d鈥檜ne pr茅dication dat茅e du 10 Ao没t, publi茅e sur son site, Ghannouchi d茅clare que 芦聽les ennemis de l鈥檌slam sont pr锚ts, comme Samson, 脿 d茅truire le pays dans le but de d茅choir Ennahdha du pouvoir聽禄聽; il vise les m茅dias dont 芦聽une grande partie sont adeptes du mensonge et de la diffamation, d茅forment certains faits et r茅alit茅s聽禄 et 芦聽incitent 脿 la haine contre Ennahdha聽禄聽; cette parole offensive est pr茅c茅d茅e d鈥檜ne m茅ditation sur la reconqu锚te de la Mecque avec toute la symbolique politique qu鈥檈lle comporte聽[98].

L鈥檃ffaire de la vid茅o de Ghannouchi, tourn茅e par des salafistes 脿 son insu, prouve, s鈥檌l en 茅tait besoin, qu鈥檌l n鈥檈st pas seulement question de lexique et d鈥檜nivers symbolique sans port茅e pratique et politique. Ghannouchi y 茅voque ses craintes quant au positionnement de l鈥檃rm茅e et au pouvoir grandissant des 芦聽la茂cs聽禄, au retour potentiel du RCD et 脿 la confusion autour du rapport shar卯鈥檃-islam et 芦聽religion et politique聽禄 (d卯n wa dawla). Les la茂cs, dit-il, veulent l鈥檌slam sans la shar卯鈥檃 alors que l鈥檌slam est la shar卯鈥檃 et la shar卯鈥檃 est l鈥檌slam聽: 芦聽Il y a certains [la茂cs] qui ont propos茅 de reformuler le premier article [de la Constitution] en inscrivant que l鈥檌slam est la religion de la majorit茅 des Tunisiens, nous avons refus茅 car ceci aurait pour effet de dire que l鈥橢tat est la茂que, chose que nous ne voulons pas. Nous avons maintenu 鈥榣鈥檌slam est sa religion鈥 afin d鈥檌nsister sur le fait que l鈥橢tat est islamique. Cet article existe depuis l鈥檌nd茅pendance, mais il n鈥檃 pas emp锚ch茅 les dirigeants de transgresser les pires interdits, de formuler les pires moqueries et autres critiques de l鈥檌slam. Nous souhaitons le renforcer par un article qui l鈥檈ncadre par la shar卯鈥檃 comme source parmi d鈥檃utres ou source unique. Il faut tester si la soci茅t茅 est pr锚te 脿 accepter un tel projet avant de le mettre en 艙uvre… nos divergences ne concernent en rien le fiqh al-d卯n (芦聽jurisprudence religieuse聽禄), mais le fiqh al-waqi芒鈥 (jurisprudence de la r茅alit茅 imm茅diate聽禄)… nous diff茅rons dans la fa莽on de soigner ce malade [la soci茅t茅], car tous les soins sont compris par l鈥檌slam. Tous les m茅dicaments sont dans la pharmacie de l鈥檌slam, mais il faut que le m茅decin puisse diagnostiquer la maladie pour administrer le m茅dicament ad茅quat. L鈥檌slam politique est le m茅decin聽禄聽[99]. Ghannouchi expose 茅galement la volont茅 d鈥橢nnahdha d鈥檈xercer la gouvernance sur le pays en mettant en garde contre ce qui s鈥檈st pass茅 en Alg茅rie o霉 l鈥櫭﹑reuve de force a 茅t茅 finalement perdue par ceux qui se r茅clamaient de l鈥檌slam. Il reconna卯t cependant l鈥檃mateurisme des ministres. Il conclut cet entretien en opposant encore une fois la 芦聽la茂cit茅聽禄 脿 l鈥 芦聽islam聽禄, incluant dans le collectif 芦聽nous聽禄, Ennahda et les salafistes聽[100].

Ennahda doit admettre l鈥檃uthenticit茅 de l鈥檈nregistrement, mais Dilou et Amir Laryaedh d茅clarent qu鈥檌l y a eu trucage et que les faits remontent au mois de f茅vrier 2012. Une version expurg茅e des mises en garde contre la police et l鈥檃rm茅e circule alors sur Youtube. Apr猫s une l茅g猫re h茅sitation, Ghannouchi est contraint de reconna卯tre la r茅alit茅 de l鈥檈ntretien, qu鈥檌l situe en avril 2012, mais il d茅fend son positionnement聽[101], nie avoir voulu exprimer une d茅fiance 脿 l鈥檈ncontre de l鈥檃rm茅e聽[102] et stigmatise ceux qui, 脿 ses yeux, sortent ses dires de leur contexte. Il est poursuivi en justice聽[103] par un avocat (rejoint par d鈥檃utres plus tard), pour 芦聽menace聽禄, 芦聽haute trahison聽禄, 芦聽atteinte 脿 la s没ret茅 de l鈥橢tat聽禄, mais le tribunal n鈥檃 pas encore statu茅 sur la validit茅 d鈥檜ne telle proc茅dure聽[104]. Dans la foul茅e circule une autre vid茅o tourn茅e 脿 la fin du mois de mars ou au d茅but du mois d鈥檃vril. On y voit l鈥檌mam wahhabite Ben Hsin reprocher 脿 son interlocuteur Ghannouchi d鈥檃voir abandonn茅 le combat pour introduire la mention de la shar卯鈥檃 dans la Constitution. Ben Hsin appelle 脿 un r茅f茅rendum sur la question, il 茅voque ses 茅changes avec Ellouze 脿 ce sujet. Ghannouchi lui donne son interpr茅tation de l鈥檃rticle 1 de la Constitution聽: c鈥檈st l鈥 芦聽Etat聽禄 qui est islamique et arabe et non le 芦聽peuple聽禄. Ben Hsin lui pose alors la question du Code du Statut Personnel qui n鈥檈st pas conforme 脿 la shar卯鈥檃, et Ghannouchi de lui r茅pondre que la loi peut tout changer et qu鈥檈lle est interpr茅table 脿 souhait par 芦聽le plus fort聽禄聽: 芦聽nous lui enl猫verons des articles et en modifierons d鈥檃utres, il suffit de renforcer la pr茅sence islamique dans le pays聽禄聽; 芦聽nous ne poss茅dons pas le pays, il faut patienter et faire les choses par 茅tapes聽禄. Ben Hsin acquiesce au principe de l鈥檃pplication par 茅tapes, alors qu鈥檌l avait pr茅alablement critiqu茅 violemment cette position d鈥橢nnahdha dans ses pr锚ches. La r茅partition des r么les a 茅t茅 fix茅e d猫s le d茅but de la conversation聽: 芦聽Nous faisons partie de la m锚me cause聽: certains avec les pr锚ches et le savoir et d鈥檃utres en politique聽禄聽[105].

En acteur politique de talent qu鈥檌l est, Ghannouchi surmonte une 茅preuve qui a surtout co没t茅 脿 ses alli茅s du CPR et d鈥橢ttakatol. Sa ligne id茅ologique reste inchang茅e, comme en t茅moigne un entretien 脿 Chattam House sur sa conception de la d茅mocratie fond茅e sur une 芦聽uniting cultural platform that makes a transition from one party to another a transition among analogous rather than contrasting sides聽禄聽[106]. En va-t-il diff茅remment pour Jebali, auteur d鈥檜ne sortie sur la restauration du califat avant d鈥櫭猼re d茅sign茅 Premier ministre et d鈥檜n lapsus sur 芦聽l鈥檌nstauration de la dictature聽禄 lors de son discours au Congr猫s d鈥橢nnahda聽? Oui et non. Le 30 novembre lors d鈥檜ne visite 脿 Zarzis, Jebali tient 脿 faire la pr茅dication du vendredi dans une mosqu茅e de la ville聽: il insiste sur son intention d鈥檜tiliser les mosqu茅es pour autre chose que la religion au sens des 鈥榠badat (芦聽pri猫res聽禄 et 芦聽rites聽禄), afin d鈥檡 inclure les 芦聽choses de la vie聽禄聽; il appelle 脿 faire confiance 脿 l鈥檃utorit茅聽[107]. La voie est ouverte pour un Bechir ben Hsin, qui refuse la neutralit茅 politique des mosqu茅es聽[108]. D茅but 2013, ce dernier invite le pr锚cheur kowe茂tien Nabil al-Awadhi聽[109], qui est accueilli 脿 l鈥檃茅roport Tunis-Carthage par une foule arborant les drapeaux blanc et noir du qit芒l (芦聽combat聽禄) et par Deymi, directeur du cabinet du pr茅sident de la R茅publique. Les m茅dias boycottent l鈥櫭﹙茅nement 脿 l鈥檈xception de la cha卯ne Zitouna TV qui passe en boucle les festivit茅s organis茅es comme cette farandole de petites filles voil茅es qui se prend en photo en tournant autour du pr锚cheur arborant des pancartes 芦聽hijabi 鈥檌ffati聽禄, ou 芦聽hijabi nouri聽禄聽[110]. L鈥檃ccueil est cependant houleux 脿 Carthage, o霉 la pr茅dication pr茅vue doit 锚tre annul茅e. Et c鈥檈st Mourou qui, tout en soulignant certaines diff茅rences de conception avec le pr茅dicateur-h么te de la Tunisie, lui adresse des excuses pour la mani猫re dont des m茅dias l鈥檕nt trait茅聽: 芦聽Il n鈥檡 a pas d鈥檕bjections sur l鈥檃v猫nement en Tunisie de ce genre de personnes, c鈥檈st plut么t leurs discours qui doivent 锚tre au diapason du quotidien du tunisien聽禄聽[111].

Introuvable 芦聽troisi猫me voie聽禄

La Constitution tunisienne聽: une r茅daction qui n鈥檈n finit pas

L鈥檃doption de la Constitution 茅gyptienne post-Moubarak a 茅t茅 le r茅sultat d鈥檜n coup de force des Fr猫res musulmans contre les r猫gles impos茅es par l鈥檃rm茅e et contre la volont茅 de l鈥檕pposition politique. La situation tunisienne est singuli猫rement diff茅rente聽: qu鈥檌l le veuille ou non, le parti arriv茅 premier aux 茅lections libres doit composer avec ses alli茅s. Or des d茅saccords de fond les s茅parent. A la mi-mars, une r茅union du Conseil d鈥橢nnahda porte sur la question de la shar卯鈥檃, du salafisme et de l鈥橴GTT聽[112]. Les positions ne concordent pas initialement mais le diff茅rend porte sur la strat茅gie et non sur l鈥檌d茅ologie. Le 22, lors d鈥檜ne conf茅rence de presse, Ghannouchi d茅clare que son mouvement abandonne le souhait d鈥檜ne r茅f茅rence explicite 脿 la shar卯鈥檃 dans la Constitution, d茅claration confirm茅e quelques jours plus tard聽[113]. Comme le montrent les faits intervenus ult茅rieurement, Ennahdha s鈥檌nscrit dans une gymnastique linguistique sans abandonner r茅ellement la shar卯鈥檃 comme projet de soci茅t茅. La m茅thode consiste en une application graduelle et une pr茅paration, une sensibilisation du peuple avant assimilation et application d茅finitive. Le projet de constitution聽[114] circulant au sein du mouvement聽[115] comporte diff茅rentes d茅clinaisons du concept de shar卯鈥檃, sur le mode 芦聽express differently聽禄. Les d茅clarations de Chourou et d鈥橢llouze sont plus explicites et radicales sur le sujet, celles de Mourou vont dans le sens d鈥檜n projet diffus et lent. Pirat茅e en avril, la bo卯te aux lettres du ministre de l鈥橝griculture permet 脿 Anonymous de diffuser une note interne d鈥橢nnahda relative 脿 la shar卯鈥檃聽[116]. Les 4e et 5e lignes de la 2e page de cette note permettent de comprendre pourquoi Ennahdha a milit茅 en faveur de l鈥檌ntroduction d鈥檜n nouvel article, le 2e du projet de constitution.

D茅but juin, Ennahda propose de sp茅cifier la primaut茅 de l鈥檃rticle 1e de la Constitution sur tous les autres, en interpr茅tant celui-ci comme faisant de l鈥檌slam non seulement la religion de la Tunisie mais celle de l鈥橢tat. Une telle conception va 脿 l鈥檈ncontre de celle qui pr茅vaut depuis 1956. L鈥檕pposition y voit une mani猫re de contourner l鈥檕bstacle de la r茅f茅rence explicite 脿 la shar卯鈥檃. La proposition de Neji Jemal, d茅put茅 Ennahda, de d茅clarer que le pr茅sident de la R茅publique pourrait ne pas 锚tre musulman est contredite par une nouvelle tentative visant 脿 accorder une valeur primordiale 脿 l鈥檃rticle 1e. Cette proposition vise 脿 interdire la promulgation de toute loi contraire 脿 l鈥 芦聽islamit茅聽禄 de l鈥橢tat tunisien. Cette proposition envenime la r茅union de la commission des Principes fondamentaux et de l鈥檃vant-propos de la Constitution. Des d茅put茅s (Rafiq Tlili, Mouldi Riahi et Issam Chebbi) demandent 脿 leurs homologues d鈥橢nnahdha d鈥檃rr锚ter d鈥檜tiliser la 芦聽religion聽禄, de renoncer 脿 vouloir r茅introduire indirectement la question de la shar卯鈥榓 et de ne plus pr茅tendre 锚tre les seuls 脿 savoir ce qu鈥檈st l鈥檌slam聽[117].

Le 1er ao没t, au sein de la Commission Droits et Libert茅s de l鈥橝NC, Ennahda pr茅sente et fait voter un article de la future Constitution o霉 le statut de la femme est r茅vis茅聽: 芦聽l鈥橢tat assure la protection des droits de la femme, de ses acquis, sous le principe de compl茅mentarit茅 avec l鈥檋omme au sein de la famille et en tant qu鈥檃ssoci茅e de l鈥檋omme dans le d茅veloppement de la patrie聽禄. La femme est ici d茅finie en fonction de l鈥檋omme et de sa famille. Elle perd son statut de citoyenne 茅gale 脿 l鈥檋omme, garanti par le Code du statut personnel de 1956 et la Constitution m锚me si l鈥櫭ゞalit茅 n鈥檈st pas totalement effective dans le droit. Cette affaire provoque un toll茅 au sein de la classe politique, et d鈥檃bord parmi les membres de la Tro茂ka puisque que c鈥檈st une d茅put茅e d鈥橢ttakatol (d茅missionnaire depuis), Selma Mabrouk, qui lance une p茅tition 芦聽Je suis une femme tunisienne et avant d鈥櫭猼re une femme ou une Tunisienne, je suis un 锚tre humain et une citoyenne 脿 part enti猫re聽禄聽[118]. La campagne est reprise dans les m茅dias聽[119] et les r茅seaux sociaux聽[120]. Une marche est organis茅e le 5 ao没t, dans toute la Tunisie, pour d茅noncer ces articles. La police disperse la plupart des manifestants au motif que l鈥檃utorisation n鈥檃 pas 茅t茅 accord茅e. Meherzia Labidi-Ma茂za, vice-pr茅sidente de l鈥橝NC et d茅put茅e d鈥橢nnahda, r茅plique que le terme de 芦聽compl茅mentarit茅聽禄 ne signifie pas 芦聽in茅galit茅聽禄, interpr茅tation que rejette l鈥檕pposition et une partie de la majorit茅. L鈥檃rticle n鈥檈st pas adopt茅 en s茅ance pl茅ni猫re, mais le 3 octobre, Adel al-Ilmi est re莽u 脿 l鈥橝NC pour pr茅senter une p茅tition en faveur de la l茅galisation de la polygamie聽[121].

La probl茅matique du statut et des droits de la femme est un enjeu majeur pour la Tunisie et au-del脿. Ce que porte le Code de statut personnel tunisien c鈥檈st une rupture avec le droit traditionnel musulman聽: 芦聽A l鈥檌nverse des autres codes, dont les codes marocains et alg茅riens de la famille, aucune condition d鈥檌slamit茅 ou de conformit茅 脿 la chari芒 ou 脿 une quelconque 茅cole juridique de l鈥檌slam ou 脿 une opinion se pr茅valant d鈥檜n rite n鈥檈st exig茅e聽禄聽[122]. C鈥檈st autour de la r茅introduction ou non d鈥檜n droit musulman port茅 par des autorit茅s religieuses qui auraient le dernier mot que se dessine une ligne de fracture entre deux camps. Appuy茅 par les salafistes 脿 l鈥檈xt茅rieur de l鈥橝NC et quelques partis en son sein, Ennahda d茅fend cette option, mais pas ses alli茅s de la Tro茂ka ni la tr猫s grande majorit茅 de l鈥檕pposition. La date du 23 octobre initialement pr茅vue pour adopter la nouvelle loi fondamentale n鈥檈st pas tenue. Les d茅put茅s de l鈥橝NC, m锚me ceux de la Tro茂ka, ne parviennent pas 脿 s鈥檃ccorder, ni sur la nature de l鈥橢tat, ni sur celle du r茅gime (parlementaire ou semi-pr茅sidentiel)聽[123]. Une nouvelle date butoir est fix茅e pour le mois d鈥檃vril 2013. Le 14 d茅cembre, l鈥橝NC publie un deuxi猫me avant-projet de Constitution. L鈥檃rticle 15 soul猫ve des protestations car il permet de s鈥檃ffranchir du droit international et les cons茅quences qui peuvent en d茅couler sont nombreuses聽: limitations de l鈥檃ction des ONG, des instances financi猫res internationales (FMI, OMC, Banque Mondiale…), perte de cr茅dibilit茅 financi猫re 脿 l鈥檌nternational, r茅vision des accords bilat茅raux et multilat茅raux. Fin janvier 2013, rien n鈥檃 encore 茅t茅 d茅cid茅.

Autour du Sacr茅

La probl茅matique du 芦聽sacr茅聽禄, du 芦聽respect des croyances聽禄 et de la 芦聽transgression des pr茅ceptes religieux聽禄 a pris une dimension universelle au cours de la premi猫re d茅cennie du XXIe si猫cle, c鈥檈st un fait, n鈥檈n d茅plaise aux culturalistes聽[124]. Dans l鈥檕ptique de certains leaders tunisiens, 脿 commencer par ceux d鈥橢nnahda, il importe d鈥檈xtirper par la loi un mal qui est le produit d鈥檜ne influence n茅faste de 芦聽l鈥橭ccident s茅cularis茅聽禄 en g茅n茅ral et de la 芦聽France la茂que聽禄 en particulier. Au sein de l鈥檃ile radicale des milieux salafistes, l鈥檜sage de la violence est assum茅. Le milieu artistique, intellectuel et journalistique est particuli猫rement vis茅.

En avril 2012, Jalel Brik, un des opposants les plus farouches 脿 Ghannouchi, qui a mis en ligne de nombreuses vid茅os dans lesquelles il d茅nonce avec un ton souvent ordurier les membres du gouvernement (on lui a reproch茅 en particulier la diffusion d鈥檜ne vid茅o produite en 1991 par le pouvoir pour discr茅diter Ali Laarayedh alors en prison et montrant l鈥檃ctuel ministre de l鈥橧nt茅rieur ayant une relation sexuelle avec un cod茅tenu) est attaqu茅 脿 l鈥檃rme blanche par un groupe de salafistes 脿 la sortie d鈥檜n caf茅 sur les Champs-Elys茅es. Sur son blog, il montre les photos de son hospitalisation et de ses blessures. Ses agresseurs sont interpell茅s et l鈥檃ffaire est 茅touff茅e en France comme en Tunisie. Deux mois plus tard, alors que son mur Facebook compte plus de 27 000 fans, Jalel Brick s鈥檈n prend au proph猫te de l鈥檌slam en l鈥檌nsultant et en le traitant de 芦聽p茅dophile聽禄聽; il affirme que son propre 芦聽p猫re est plus noble que Muhammad聽禄 et que 芦聽Allah est un 锚tre qui n鈥檈xiste pas聽禄. Cette sortie suscite un toll茅 dans les m茅dias et dans les milieux politiques. Khedimi, le ministre des Affaires religieuses demande son extradition. Bechir ben Hsin r茅clame l鈥檃pplication de la sentence pr茅vue pour la 芦聽sortie de la religion聽禄聽[125]. De nombreuses incitations au meurtre du murtadd [芦聽ath茅e聽禄] et du k芒fir [芦聽h茅r茅tique聽禄] circulent sur la 芦聽toile聽禄. Des avocats portent plainte contre lui. Dans un acte de contrition diffus茅 sous forme de vid茅o, Brick pr茅sente ses excuses, pr茅textant l鈥櫭﹖at alt茅r茅 de sa conscience 脿 la suite d鈥檜ne soir茅e de beuverie聽[126].

Un an apr猫s la projection du film La la茂cit茅 Inch Allah, les esprits sont 茅chauff茅s. L鈥檈xposition du Printemps des Arts, manifestation culturelle organis茅e 脿 la Marsa, ouvre le 9 juin. Or, certaines 艙uvres sont jug茅s offensants et blasph茅matoires par Adel al-Ilmi, qui se pr茅sente comme le garant de l鈥檕rdre moral et religieux avec l鈥檃ppui d鈥檜n huissier. Des imams centrent leur pr茅dication sur le sujet, sans craindre de falsifier la r茅alit茅 (il est question d鈥檜n string ou d鈥檜ne 芦聽ascension聽禄 de Muhammad qui n鈥檕nt jamais figur茅 dans l鈥檈xposition) afin de mieux mobiliser l鈥檕pinion. Le ministre des Affaires religieuses rench茅rit. Sur les r茅seaux sociaux circulent des appels 脿 茅gorger les artistes et les personnalit茅s politiques ayant visit茅 l鈥檈xposition – avec leurs identit茅s et adresses- (c鈥檈st le cas notamment de Nejib Chebbi, pr茅sident du PDP et de Issam Chebbi). Suivent des heurts entre salafistes, police et arm茅e au Kram et 脿 Fouchana (dans la banlieue sud de Tunis), et entre salafistes et habitants de la Marsa. A Sijoumi, le tribunal et un poste de police sont incendi茅s. A Hayy al-Tadhamoun le si猫ge du PDP et un poste de police subissent le m锚me sort. Le 12 juin, le bloc Ennahda propose d鈥檌ns茅rer dans le projet de Constitution un article incriminant l鈥檃tteinte au sacr茅. Dans un communiqu茅, les responsables de la Tro茂ka 鈥揗arzouki, Jebali, Jaafar- d茅clarent que l鈥 芦聽extr茅misme islamique聽禄 芦聽qui instrumentalise la religion聽禄 et l鈥 芦聽extr茅misme la茂que聽禄 sont responsables des 茅v茅nements聽[127]聽; ils promettent de faire preuve de la plus grande rigueur contre les casseurs et perturbateurs en faisant r茅f茅rence 脿 l鈥檃pplication de la loi contre le 芦聽terrorisme聽禄.

Ghannouchi appelle 脿 manifester dans les rues 脿 la suite de la pri猫re du vendredi pour sauver la 芦聽r茅volution聽禄 et d茅fendre le 芦聽sacr茅聽禄, tout en fustigeant al-Dhawahiri, 脿 la t锚te d鈥檃l-Qa茂da depuis l鈥檈x茅cution de Ben Laden, pour rappeler que cet Egyptien n鈥檃 pas d鈥檌nfluence en Tunisie et que les gens de son esp猫ce ont fait du tort 脿 tous les pays o霉 ils ont voulu imposer leur id茅ologie聽[128]. Le minist猫re de l鈥橧nt茅rieur craint d鈥櫭猼re d茅bord茅 par les manifestants. Aussi indique-t-il par un communiqu茅 qu鈥檌l n鈥檃utorise aucune d茅monstration dans les rues. Ennahda renonce 脿 son appel, faisant coup double聽: fermet茅 sur le principe de la non atteinte au 芦聽sacr茅聽禄聽; souplesse dans l鈥檃pplication. Les salafistes renoncent 脿 leur tour, ce qui ne permet pas de distinguer les diff茅rents groupes. Un collectif d鈥檃rtistes, d鈥檃vocats, de d茅put茅s, d鈥檌ntellectuels et de personnalit茅s politiques se constitue et d茅pose une plainte contre les ministres de l鈥橧nt茅rieur (La芒rayedh), des Affaires religieuses (Noureddine El Kh芒dimi) et de la Culture (Mehdi Mabrouk) ainsi que contre l鈥檋uissier 脿 l鈥檕rigine de l鈥檃ffaire, qui a 茅t茅 condamn茅 脿 1 000 dt d鈥檃mende pour 芦聽trouble 脿 l鈥檕rdre public聽禄. A titre de comparaison, deux Tunisiens ayant exprim茅 leur ath茅isme en se moquant du proph猫te de l鈥檌slam sur les r茅seaux ont 茅cop茅 de 7 ans et demi d鈥檈mprisonnement et 7000 dt d鈥檃mende pour la m锚me charge聽[129]. D鈥檃utres Tunisiens connus pour 锚tre ath茅es subissent des menaces et intimidations quasi-quotidiennes. Les quelques Tunisiens de confession bouddhiste ont enlev茅 tous les signes religieux ext茅rieurs 脿 leur domicile, apr猫s avoir re莽u des 芦聽conseils聽禄 pour se faire discrets. Et, fin novembre, Hannibal TV n鈥檋茅site pas 脿 diffuser le pr锚che d鈥檜n imam aux propos explicitement hostiles aux juifs聽[130]].

Le Congr猫s d鈥橢nnahda se conclut par l鈥檃doption d鈥檜ne loi incriminant les atteintes au sacr茅聽[131] et, entre le 1e et le 3 ao没t, le bloc parlementaire du mouvement tente de faire adopter celle-ci聽[132] lors de la s茅ance pl茅ni猫re de la Constituante聽[133]. L鈥檌nitiative est repouss茅e au terme de plusieurs semaines par le pr茅sident de l鈥橝NC, Ben Jaafar聽[134]. Une campagne d鈥檕pinion est parall猫lement lanc茅e par le parti, avec pour mot d鈥檕rdre聽: 芦聽Fais une pri猫re pour le Proph猫te (S)聽禄. A Hammamet, Sousse, Monastir et Tunis, des militants interpellent des touristes pour leur tenir des discours pros茅lytes. Le premier jour du mois de Ramadan, le gouverneur de l鈥橝riana (banlieue nord de Tunis) accompagn茅 de policiers et de salafistes, oblige les restaurants et les caf茅s 脿 fermer au nom du respect d没 aux je没neurs, sans qu鈥檌l y ait eu une quelconque circulaire minist茅rielle dans ce sens. A Jendouba, des salafistes s猫ment la panique en pourchassant des non-je没neurs et en mena莽ant de repr茅sailles les restaurants et les caf茅s rest茅s ouverts. Quelques jours plus tard, Sofiane Chourabi, journaliste et blogueur connu pour son activisme contre Ennahda et le gouvernement, est arr锚t茅 sur une plage des environs de Kelibia et inculp茅 pour ivresse publique et outrage public 脿 la pudeur. En juillet, Rim al-Benna, actrice et mannequin, et Raafa Ayedi, professeur d鈥檃nglais, avaient successivement d茅cid茅 de porter plainte apr猫s avoir 茅t茅 maltrait茅es par la police. Dans les deux cas, leur interpellation a eu lieu la nuit, alors qu鈥檈lles se trouvaient en voiture. Elles affirment avoir 茅t茅 Insult茅es, interrog茅es sur leur mani猫re de s鈥檋abiller, leurs rapports avec les hommes, et leur consommation d鈥檃lcool 鈥 la seconde ayant 茅t茅 contrainte de se rendre dans un poste de police et 芦聽maltrait茅e聽禄. Un collectif d鈥檃vocats pr茅sente b茅n茅volement ses services et publie des conseils juridiques pour ce genre d鈥檃ffaires.

Le mois de ramadan a permis de lancer un nouveau programme sur la cha卯ne nationale, pr茅sentant la famille id茅ale tunisienne post-r茅volutionnaire聽: l鈥檈nfant habill茅 脿 la talibane, les fillettes voil茅es et la maman portant un niq芒b. Cette premi猫re diffusion cr茅e une pol茅mique dans les journaux et sur les r茅seaux sociaux. La cha卯ne est oblig茅e de bloquer la s茅rie durant une journ茅e mais exclut son retrait et la relance le lendemain. La programmation religieuse traditionnelle fait, quant 脿 elle, une large place 脿 Mourou et Kh芒dimi qui ont leur 茅mission quotidienne. Les psalmodieurs 芦聽canoniques聽禄 du Coran (Hosari, Abdessamad, Soudaisi, Bouraq) sont remplac茅s par des r茅citateurs qui, de l鈥檃vis d鈥檃uditeurs avertis, ont de pi猫tres voix, psalmodiant 芦聽脿 l鈥檕rientale聽禄 avec beaucoup d鈥檌nflexions (pleurs ou boule 脿 la gorge), qui rappelle les usages chiites ou salafistes. La star des pr茅dicateurs palestiniens, Abdejabbar Said, est invit茅e pour rappeler les auditeurs 脿 leurs devoirs religieux (da鈥檃wa) en utilisant un registre wahhabite (r么le de la femme, statut de la femme, habit de la femme, habit de l鈥檋omme, importance de la barbe, relation homme-femme, obligations faites aux femmes lorsqu鈥檈lles se tiennent face 脿 l鈥檋omme鈥). Sont aussi diffus茅s des feuilletons historiques qui font r茅f茅rence aux h茅ros de l鈥檋istoire islamique arabe. La s茅rie Omar rencontre un fort succ猫s en d茅pit de la violence de certaines sc猫nes.

Cette action m茅diatique est 脿 rapprocher de la r茅organisation de l鈥檌slam juridique au sein de la Cit茅. La premi猫re initiative d鈥檌mportance est l鈥檕rganisation du Congr猫s de la r茅forme du fiqh politique. Pour Ghannouchi, la tenue de ce congr猫s est la preuve qu鈥檜ne 芦聽r茅volution聽禄 a bien eu lieu et que le shaykh Qarad芒w卯 en est l鈥 芦聽initiateur聽禄聽; il se r茅jouit de voir que la Tunisie d茅couvre pour la premi猫re fois les 芦聽savants de l鈥檌slam聽禄 et que les 茅l茅ments unificateurs des Tunisiens sont la 芦聽citoyennet茅聽禄 et l鈥 芦聽islam聽禄. Youssef al-Qarad芒w卯, de son c么t茅, met l鈥檃ccent sur les difficult茅s d鈥檕rganisation du congr猫s聽: l鈥櫭﹎ir de Sheriqa avait promis de l鈥檃ccueillir puis s鈥檈st r茅tract茅 sous la pression d鈥橝bou Dhabi聽; enregistr茅 脿 Dublin, une premi猫re session a eu lieu 脿 Londres, les deuxi猫me et troisi猫me 脿 Istanbul et c鈥檈st au Qatar qu鈥檌l a fallu ensuite trouver une solution de repli. Le principe fondamental de 芦聽gouvernement聽禄 est un 芦聽prince 茅lu par le peuple聽禄 dont les 芦聽ailes sont coup茅es聽禄 et qui est 芦聽encha卯n茅聽禄 par le Coran, la Sunna, les 芦聽hommes de Loi聽禄 (al-tash鈥檙i鈥) et le Majlis al-Sh没r芒 non d茅mocratiquement 茅lu et dont la norme de fonctionnement est le consensus. Dans cette intervention et dans d鈥檃utres聽[135], Qarad芒w卯 confirme que le 芦聽r茅gime parlementaire聽禄 n鈥檈st pas 芦聽islamique聽禄. Il souligne le r么le du Qatar dans le soutien aux r茅volutions en Tunisie et en Egypte. Il annonce aussi l鈥檕uverture d鈥檜n Bureau des savants musulmans 脿 Tunis, et qualifie Ghannouchi de personnalit茅 du 芦聽centre聽禄 (al-wasatiyya), lui-m锚me appelant au 芦聽centre revivifi茅聽禄 (al-wassatiyya al-mujaddada聽[136]).

En ce printemps 2012, des bruits circulent d鈥檜n possible abandon par Ghannouchi de la direction d鈥橢nnahda, pour prendre la succession de Qarad芒w卯 (dont il serait le favori) 脿 la t锚te de l鈥橴nion mondiale des ul茅mas. Mais, en septembre, 芦聽Arabonline聽禄 publie un article sur la succession de Qarad芒w卯 脿 la t锚te de l鈥橭rganisation internationale des Ikhwan (芦聽Fr猫res musulmans聽禄) 脿 travers l鈥橴nion mondiale des ul茅mas. Il y est 茅crit que l鈥欌櫭﹎ir du Qatar aurait choisi Khaled Mech芒al pour succ茅der 脿 Qarad芒w卯, coupant court aux dissensions au sein de l鈥檕rganisation entre les divers pr茅tendants聽: Al-Awda, Daddou et Ghannouchi聽[137]. Voyant son horizon se resserrer dans un cadre tunisien et europ茅en (il est membre du Conseil europ茅en de la Fatwa), Ghannouchi lance la structuration du Haut Conseil Islamique pr茅vu dans le projet de Constitution d鈥橢nnahdha. Il s鈥檃git de cr茅er des centres de fatwa dans tous les gouvernorats de la Tunisie, action chapeaut茅e par Kh芒dimi, le ministre des Affaires religieuses. Le 1e ao没t, ce dernier annonce une s茅rie de mesures et de r茅alisations dont la r茅instauration des Awqaf, la cr茅ation d鈥櫬燼dministrations locales des affaires religieuses聽禄, le d茅veloppement de moyens pour pourvoir 脿 l鈥櫭ヾucation religieuse et l鈥檈nseignement du Coran pour les prisonniers. Dans cette perspective de contr么le et de r茅gulation du corps social par le 芦聽religieux聽禄, Adel al-Ilmi soumet un projet de remise de peine, voire de remise en libert茅 pour tout prisonnier ayant appris le Coran par c艙ur聽[138]. Un programme d鈥檈nseignement religieux dans la police, compos茅 par ses soins, est d茅j脿 sur l鈥櫭﹖abli.聽[139].

L鈥檕ccupation de la rue聽: un enjeu crucial entre les deux camps

La bipolarisation croissante de la vie politique tunisienne est un fait, celle de la soci茅t茅 l鈥檈st partiellement聽: les difficult茅s et souffrances rencontr茅es par les cat茅gories les plus d茅favoris茅es perturbent cette repr茅sentation d鈥檃vant-plan. La premi猫re manifestation d鈥檈nvergure apr猫s les 茅lections de l鈥檃utomne 2011 est celle du 9 avril, organis茅e par une partie importante de l鈥檕pposition. Elle suscite une r茅pression polici猫re sur l鈥檃venue Bourguiba, mais aussi l鈥檃ction de contre-manifestants dont un est rep茅r茅 pour avoir 茅t茅 form茅 dans un camp d鈥橝QMI en Libye聽[140]. Ghannouchi, Al-Arayedh et Dilou affirment que ce sont les 芦聽staliniens聽禄 qui ont provoqu茅 les troubles du 9 avril聽; Hammami leur donne la r茅plique聽[141]. Le positionnement des forces de l鈥檕rdre, form茅es dans un cadre dictatorial, est d茅licat聽: il ne semble pas pr茅d茅termin茅 par une orientation id茅ologique li茅e 脿 l鈥檜n des deux camps. Au printemps, en effet, le syndicat des forces de police menace de prendre l鈥檌nitiative pour stopper les actions des salafistes qui attaquent les points de vente d鈥檃lcool et bousculent les consommateurs, et sans attendre 鈥搒elon les sources connues- les ordres du ministre l鈥橧nt茅rieur ou de la D茅fense, les forces sp茅ciales de la police et de la gendarmerie se positionnent dans certaines villes en vue d鈥檕p茅rations qu鈥檈lles esp猫rent rapides et efficaces, car la quantit茅 d鈥檃rmes estim茅e est trop grande pour que les autorit茅s continuent 脿 les laisser circuler dans la nature. Mais les annonces ne sont pas toujours pas suivies d鈥檈ffet聽[142].

Des quartiers, le plus souvent populaires, 茅chappent partiellement au contr么le de l鈥橢tat. A Khereddine, quartier modeste au nord de la Goulette, des salafistes prennent la direction d鈥檜ne mosqu茅e. Ils y organisent un 芦聽cercle de d茅bat聽禄 pour y d茅noncer les complots sionistes-juifs, occidentaux-chr茅tiens, am茅ricains, qataris鈥 autant de 芦聽polyth茅istes聽禄 qui voudraient emp锚cher la prosp茅rit茅 de la Tunisie et l鈥檈xpansion de l鈥檌slam. Les Saoudiens n鈥檈ntrent pas dans leur vindicte, ils sont qualifi茅s de 芦聽vrais supports de l鈥檌slam聽禄 en fournissant argent et logistique. Ils reconnaissent d鈥檃illeurs b茅n茅ficier d鈥檜n statut privil茅gi茅 dans la soci茅t茅 depuis la chute de Ben Ali. Face 脿 de telles situations, l鈥檃vocat Ahmed Ben Hassena d茅cide de porter plainte pour non-respect de l鈥檃pplication de la loi, manquement au devoir et non-interpellation de criminels. L鈥檃ffaire est toujours en instruction au d茅but de l鈥檃nn茅e 2013 alors que d鈥檃utres man艙uvres d鈥檌ntimidation de salafistes 脿 l鈥檈ncontre des 芦聽la茂cs聽禄 ont eu lieu 脿 la Goulette, accompagn茅es de pr茅dications violentes contre les juifs, chr茅tiens, musulmans mun芒fiqun [芦聽fautifs聽禄, 芦聽hypocrites聽禄 d鈥檜n point de vue religieux], ath茅es, sceptiques, femmes non voil茅es. Ici, comme au Kram et 脿 Carthage les murs sont couverts d鈥檃ffiches de Hizb Al-Tahrir et de groupes salafistes divers appelant 脿 des cours d鈥櫬爄slam聽禄, des sessions de fiqh, des conf茅rences sur le hijab. Ghannouchi les consid猫re comme 芦聽porteurs de culture聽禄 non comme 芦聽menace pour la s茅curit茅 g茅n茅rale聽禄 et met en garde contre tour recours 脿 la force 脿 leur encontre聽[143].

En ao没t, pourtant, des mosqu茅es sont boycott茅es pour la pri猫re du Tarawi鈥檋, afin de marquer le rejet de leur contr么le par des salafistes et du contenu violent de leurs pr锚ches. On peut citer le cas de la mosqu茅e Omar 脿 la Goulette, de la mosqu茅e du Ksar 脿 Tunis, de la Grande Mosqu茅e 脿 Sfax et de la mosqu茅e al-Hideya 脿 B茅j脿 (des armes blanches et des barres de fer y ont 茅t茅 utilis茅es pour r茅gler des diff茅rends dans l鈥檕rdre du fiqh). Kh芒dimi d茅clare 脿 l鈥檃gence Tunis Press que ce probl猫me ne rel猫ve pas uniquement de sa comp茅tence mais de celle du ministre de l鈥橧nt茅rieur. Un couple de touristes franco-syrien est agress茅 pour avoir bu une bi猫re dans le hall de l鈥檋么tel, 脿 Hammamet. Le 16 ao没t, en marge du festival de Bizerte, un 茅lu socialiste de la Sarthe, Jamel Gharbi, est victime d鈥檜ne agression perp茅tr茅e par des salafistes聽[144]. La r茅action du gouvernement tarde 脿 venir聽[145]. Des scandales font surface聽: une fille est viol茅e par des policiers 脿 Carthage, un jeune de 25 ans meurt sous la torture 脿 Sijoumi, des manifestants sont violent茅s lors de leur arrestation. Depuis cette seconde partie de l鈥櫭﹖茅, l鈥檈xpression de 芦聽guerre civile聽禄 potentielle court dans certains 茅changes. Parmi les opposants, nombreux sont ceux qui ne voient pas d鈥檌ssue d茅mocratique 脿 la domination politique d鈥橢nnahda. Ils consid猫rent que des troubles pourraient servir 脿 l鈥檃ctuel gouvernement pour d茅clarer l鈥櫭﹖at d鈥檜rgence et transformer l鈥橝NC en Parlement durable. La Ligue Tunisienne de la Protection de la R茅volution est de plus en plus active dans ce contexte. Ghannouchi l鈥檃 d茅clar茅e 芦聽conscience du pays聽禄聽[146] et Ennahdha la d茅fend contre les demandes de dissolution.

Le pseudo-film post茅 sur Youtube, L鈥檌nnocence des musulmans, provoque l鈥檈mballement parall猫lement 脿 la mobilisation sociale. Le contenu suscite la d茅sapprobation g茅n茅rale. En revanche, les caricatures parues dans Charlie Hebdo sont d茅fendues par ceux pour qui la libert茅 d鈥檈xpression ne doit pas 锚tre entrav茅e par un interdit sur le blasph猫me聽[147]聽; mais la position ne fait pas l鈥檜nanimit茅 dans l鈥檕pposition, y compris 脿 l鈥檈xtr锚me-gauche聽[148] Cependant, la manifestation du 14 septembre modifie la donne. Partie de la mosqu茅e al-Fath, dans le centre de Tunis, elle est encadr茅e par la police jusqu鈥櫭 l鈥檃mbassade (6 km environ, 脿 proximit茅 du lac). Nombre de bus jaunes (transports publics), de bus inter-cit茅s et de bus priv茅s permettent 脿 d鈥檃utres manifestants de rejoindre la foule. Les forces de l鈥檕rdre sont d茅bord茅es par cet afflux et pourtant le quartier est hyper-s茅curis茅聽: il n鈥檈st qu鈥櫭 5km du palais pr茅sidentiel, 脿 1,5km de la base de la gendarmerie nationale, 脿 100m d鈥檜ne base militaire, 脿 50m de la station de la gestion des ondes (l鈥檈spionnage 茅lectronique) et 脿 30m de la Bourse des valeurs. 4 manifestants trouvent la mort et les d茅g芒ts mat茅riels sont importants. Une enqu锚te est ouverte pour savoir si les tirs meurtriers sont venus des forces de polices ou des marines post茅s sur le toit de l鈥檃mbassade. Ghannouchi remet le projet de la loi anti-blasph猫me 脿 l鈥檕rdre du jour tout en critiquant le ministre de l鈥橧nt茅rieur pour la gestion des 茅v茅nements. Marzouki incrimine les auteurs d鈥檃ctes violents contre l鈥檃mbassade et l鈥櫭ヽole am茅ricaines. Jebali ne fait aucune d茅claration. Youssef Seddik demande publiquement la d茅mission du ministre de l鈥橧nt茅rieur. Durant toute la semaine, des actes de violence sont enregistr茅s contre des caf茅s, des bars et des h么tels.

La police re莽oit l鈥檕rdre d鈥檌nterpeler les chefs salafistes responsables, d茅cision 脿 laquelle s鈥櫭﹖ait jusqu鈥檃lors toujours refus茅 le gouvernement Jebali. Chef de l鈥檃ssociation Ansar al-Shar卯鈥檃, dont les membres se consid猫rent comme des jihadistes, Abu Iyadh avait au printemps menac茅 d鈥檜tiliser la violence contre le gouvernement s鈥檌l se sentait menac茅聽[a href=鈥檋ttp://www.youtube.com/watch?v=O-ZJhm97gjg鈥 class=鈥檚pip_out鈥 rel=鈥檔ofollow鈥]. Im芒m 脿 la mosqu茅e al-Fath, il pr锚chait l鈥檈ngagement n茅cessaire pour 芦聽rectifier les d茅viants聽禄 dans la mesure o霉 la 芦聽politique est un autre mot pour d茅signer l鈥檌slam聽禄聽[149]. Au lendemain du 14 septembre, il est en fuite apr猫s la perquisition de son domicile. Cela ne l鈥檈mp锚che pas, sous le regard des cam茅ras, de participer aux fun茅railles d鈥檜n des manifestants tu茅s par balle. Parmi les militants arr锚t茅s figure Mohamed Bakhti, condamn茅 脿 12 ans de prison pour complicit茅 脿 des actes terroristes en 2007, amnisti茅 apr猫s janvier 2011 et responsable du blocus de la Manouba au printemps 2012聽[150]. D猫s la fin du mois, il s鈥檈ngage avec une cinquantaine de salafistes dans une gr猫ve de la faim qui lui co没te la vie. Cette action est arr锚t茅e apr猫s un second d茅c猫s et des n茅gociations conduites par des proches. Le pr茅sident Moncef Marzouki annonce l鈥檌nstauration d鈥檜ne commission d鈥檈nqu锚te pour conna卯tre les circonstances exactes des deux d茅c猫s et les responsabilit茅s engag茅es聽[151]. Abu Iyadh reste introuvable, multiplie les annonces et 茅cope d鈥檜ne condamnation par contumace 脿 une ann茅e de prison pour incitations 脿 la violence. Une information para卯t dans Al-Jarida concernant la nomination de deux de ses proches 脿 des postes importants au sein du Minist猫re de l鈥橧nt茅rieur聽: l鈥檜n est formateur, l鈥檃utre responsable de la s没ret茅 脿 Gafsa. Selon le journal, le premier a inclus dans son programme de formation une mati猫re intitul茅e 芦聽culture religieuse聽禄. Dans le m锚me temps, AQMI demande 脿 Ennahdha l鈥檃nnulation de la loi anti-terroriste聽[152].

En octobre, Ansar al Shar卯鈥檃, qui dispose d鈥檜n bastion au Kram, appelle les gens 脿 investir les rues聽[153]. En d茅cembre, une bombe est d茅samorc茅e 脿 temps 脿 Kairouan聽[154]. Au cours des huit derniers mois de 2012, plus de trente sanctuaires soufis ont 茅t茅 partiellement d茅truits (Sidi Ali Ben Salem 脿 Gab猫s, Sidi Ahmed Al Ghout 脿 Douz, d鈥檃utres 脿 Akouda, Gafsa, Monastir Kairouan聽; des attentats ont 茅t茅 d茅jou茅s 脿 Sidi Sa鈥檋bi et 脿 Sidi Bou Sa茂d). Ces attentats conduisent Mehdi Mabrouk, ministre de la Culture, 脿 lancer un plan d鈥檜rgence de s茅curisation des lieux sacr茅s le 26 janvier 2013. Ob茅issant 脿 l鈥檃ir du temps, le magazine pour jeunes Qaws Quzah鈥 (芦聽Arc-en-ciel聽禄) publie un article sur la fabrication de cocktails Molotov. Le ministre de la Jeunesse et de la Femme porte plainte contre lui et cette campagne de promotion de la violence jug茅e 芦聽d茅bile聽禄, mais n鈥檈ngage aucune proc茅dure de contr么le vis-脿-vis des jardins d鈥檈nfants islamistes o霉 des mises en sc猫ne d鈥檃ctes violents sont d茅nonc茅s聽[155]. La LPR continue de menacer les activit茅s des partis de l鈥檕pposition et tout particuli猫rement de Nida芒 Tounes en cherchant 脿 emp锚cher la tenue des r茅unions et des meetings, avec pour cible principale Nida芒 Tounes dont les bureaux sont l鈥檕bjet d鈥檃ctes de vandalisme 脿 Monastir et 脿 Menzel Bouzalfa comme 脿 Tunis o霉 des cocktails Molotov ont 茅t茅 utilis茅s. Le minist猫re de l鈥橧nt茅rieur r茅affirme la libert茅 et la protection des activit茅s des partis l茅galis茅s en mena莽ant ceux qui s鈥檡 opposent聽[156]. C鈥檈st dans ce contexte que le shaykh Mourou s鈥檈ngage 脿 d茅fendre les meurtriers de Lotfi Nagdh, tabass茅 脿 mort le 18 octobre 2012 par un groupe d鈥檌ndividus apparent茅s 脿 Ennahda.

*

Les nouveaux gouvernants de Tunisie, comme d鈥橢gypte, venus des 芦聽courants islamiques qui ont 茅t茅 les cibles de la r茅pression聽禄 ne 芦聽sont pas dans la possibilit茅 de construire une soci茅t茅 islamiste聽禄, affirmait Henry Laurens. La raison avanc茅e 茅tait que ceux qui se sont mobilis茅s au printemps 2011 sont porteurs d鈥檜n 芦聽sch茅ma mental qui se rapproche de l鈥檌ndividu europ茅en聽禄聽[157]. C鈥檈st bien l鈥檌mpasse actuelle, au Caire comme 脿 Tunis, et elle est politique autant qu鈥櫭ヽonomique et sociale聽[158]聽: l鈥檈squisse d鈥檜ne 芦聽troisi猫me voie聽禄 entre les d茅mocraties lib茅rales et les autocraties religieuses n鈥檈st, pour le moment, par perceptible. La d茅mocratie 芦聽脿 r茅f茅rence islamique聽禄 n鈥檈st pas dessin茅e. Les d茅bats portant sur les quelques articles-clefs de la Constitution en sont une illustration聽: libert茅 vs 芦聽sacr茅聽禄聽; 茅galit茅 vs primat de l鈥檋omme sur la femme ou du musulman sur le non-musulman鈥 c鈥檈st la quadrature du cercle. Sur le plan id茅ologique, les dirigeants d鈥橢nnahda ne font aucune concession, les seules transactions sont de nature conjoncturelle. En cela, nous rejoignons l鈥檃nalyse d茅velopp茅e par Hamadi Redissi au lendemain du congr猫s d鈥橢nnahda聽: il n鈥檡 a eu aucune remise en question des 茅l茅ments doctrinaux fondamentaux par rapport 脿 1984聽; ce qui a domin茅 les d茅bats relevait de la strat茅gie ou de la tactique (interne comme externe) pour se donner les moyens de remporter les 茅lections 脿 venir. Dans le m锚me temps, tout en se pr茅sentant comme un rempart contre les groupes radicaux avec lesquels il parvient 脿 s鈥檃ccorder, le mouvement de Ghannouchi entend encadrer religieusement la soci茅t茅 par la ma卯trise de l鈥櫭ヾucation, du savoir et des m茅dias. C鈥檈st l脿 une ligne de force dans l鈥檈nsemble du monde de langue arabe, elle permet d鈥檈xpliquer pourquoi toutes les probl茅matiques actuelles sont 鈥 脿 tort ou 脿 raison 鈥 ramen茅es 脿 des enjeux confessionnels par les responsables聽[159].

La Tro茂ka est une alliance contre nature dans la mani猫re de concevoir la loi fondamentale sur laquelle des citoyens peuvent s鈥檃ccorder. Celle-ci peut durer. Il est possible de trouver une configuration analogue en Isra毛l o霉 des 芦聽lib茅raux聽禄 et des 芦聽religieux聽禄 parviennent 脿 艙uvrer de concert sans jamais se mettre d鈥檃ccord sur un texte constitutionnel et en faisant primer la r茅ponse 脿 une menace sur l鈥檃ccord relatif aux fondements de l鈥橢tat. La situation, interne et externe, de la Tunisie est en partie diff茅rente聽: pour les partenaires, l鈥檃lliance est l鈥檃ssurance d鈥櫭﹙iter le conflit civil, m锚me si Ghannouchi n鈥檃 pas manqu茅 de rappeler 脿 Marzouki 芦聽qu鈥檌l ne serait pas l脿 si Ennahda ne l鈥檃vait pas accept茅聽禄聽[160]. Le pr茅sident de la R茅publique a conscience d鈥檜ne double fracture聽: sociale et culturelle. L鈥檜ne et l鈥檃utre ne se recoupent pas exactement comme le montrent le positionnement de l鈥橴GTT contre le pouvoir et le rapprochement du Front populaire et de Nid芒a Tounes dont les projets socio-茅conomiques divergent pourtant. Une configuration de l鈥檕pposition qui n鈥檈st pas sans analogie avec la coop茅ration du centre et de la gauche, dans la France de la fin du XIXe si猫cle o霉 9 Fran莽ais sur 10 se disaient catholiques, autour du d茅nominateur commun de la lutte contre la pr茅gnance du religieux dans les champs politique, 茅ducatif et culturel. Comparaison n鈥檈st pas raison, dans le cas de la Tro茂ka comme de l鈥檕pposition, mais les termes de la probl茅matique existent bel et bien dans le monde de langue arabe depuis plus d鈥檜n si猫cle聽[161]. L鈥檌ssue n鈥檈st pas dessin茅e 脿 l鈥檃vance.

Dominique Avon et Youssef Aschi

Notes

[1] Cet article a donn茅 lieu 脿 une conf茅rence le 5 f茅vrier 2013, veille de l鈥檃ssassinat de l鈥檕pposant Chokri Bela茂d, suivi par une vague de manifestations, l鈥檃nnonce d鈥檜n remaniement minist茅riel et l鈥檃ppel 脿 une gr猫ve g茅n茅rale. L鈥檌ntervention a 茅t茅 film茅e, elle est disponible sur le site de l鈥universit茅 du Maine.

[2] Olivier Roy, 芦聽The Islamic counter-revolt聽禄, New Statesman, 23 january 2012, p. 24-29.

[3] Fran莽ois Burgat, 芦聽L鈥檌slamisme et le printemps arabe聽禄, Conf茅rence IREMMO, Paris, 4 novembre 2011.

[4] 芦聽Vincent Geisser聽: 鈥楨nnahda est en train de se 鈥榮alafiser鈥 et c鈥檈st regrettable pour la Tunisie聽禄, Oumma.com, 25.09.2012 (http://oumma.com/14217/vincent-geis…). Geisser a re莽u un prix des mains du Pr茅sident Marzouki pour avoir d茅fendu les libert茅s 脿 l鈥櫭﹑oque de Ben Ali. La projection de son 芦聽souhait聽禄 relatif 脿 ce que devrait devenir Ennahda nous semble affaiblir son analyse sur ce que le mouvement a 茅t茅 jusqu鈥櫭 pr茅sent.

[5] Robert Fisk, 芦聽Poisoned spring聽: revolution brings Tunisia more fear than freedom聽禄, The Independent, 21.02.2012.

[6] Jihad al-Zayn, 芦聽Le cercle de la religion et de l鈥橢tat en Tunisie聽: voulez-vous une chasse aux renards聽?聽禄 (article en arabe), Al-Nahar, 01/11/2012.

[7] Mohamed Nachi, 芦聽Les figures du compromis dans les soci茅t茅s islamiques聽禄, Conf茅rence 脿 l鈥橴niversit茅 Lyon 3 – Jean Moulin, 23 mars 2012.

[8] Cet article est le quatri猫me d鈥檜ne s茅rie portant sur l鈥檋istoire imm茅diate de la Tunisie聽: 芦聽Suicides, islam et politique. Retour sur les 茅v茅nements de Tunisie聽禄, LaViedesIdees.fr, f茅vrier 2011 http://www.laviedesidees.fr/Suicide… (article traduit en arabe et en anglais)聽; 芦聽Des historiens et du jasmin聽禄, Affaires strat茅giques, n掳1, juin 2011, p. 27-39聽; 芦聽Ennahda 2012. Premi猫re ann茅e de l鈥檈xercice partag茅 du pouvoir en Tunisie聽禄, Religioscope, mai 2012, (http://religion.info/french/article…).

[9] Dominique Avon, Les religions monoth茅istes (ann茅es 1880-ann茅es 2000), Paris, Ellipses, 芦聽Le Monde聽: une histoire聽禄, 2009, 359 p. Sur ce point, nous rejoignons l鈥檃nalyse de Mohamed Cherif Ferjani, Le politique et le religieux dans le champ islamique, Paris, Fayard, 2005, 253 p.

[10] Interview de Marzouki sur France 24, 19.07.2012, http://www.france24.com/fr/20120719…

[11] Extrait de la conclusion du discours de Moncef Marzouki 脿 la rencontre organis茅e par le r茅seau Oasis, Tunis, juin 2012.

[12] Isabelle Mandraud, 芦聽De la dissidence 脿 la prudence聽禄, LeMonde.fr, 11.01.2013.

[13] Rached Ghannouchi, 芦聽La Tunisie rel猫vera les d茅fis de la d茅mocratie聽禄, LeMonde.fr, 14.01.2013. On lira avec int茅r锚t Fabien Tr茅court, 芦聽Rached Ghannouchi. L鈥檃ntimoderne聽禄, Philosophie-Magazine, n掳60, juin 2012, p. 29-31.

[14] 芦聽Kalima al-shaykh R芒shid bi-mu鈥檛amar hizb al-mu鈥檛amar min ajl-l-jumhuriyya聽禄, 28.08.2012, publi茅e le 29.08.2012, http://www.youtube.com/watch?v=zB9n….

[15] Interview de Ghannouchi sur al-Jazira, Mai 2012, http://www.youtube.com/watch?v=QrcN…

[16] 芦聽Tunisie聽: apr猫s la BCT, Mustapha Kamel Nabli r茅fl茅chit 脿 son avenir politique聽禄, Akhbar.tn, 20 juillet 2012, http://www.akhbar.tn/revue-de-press…. Le pr茅sident de la R茅publique Moncef Marzouki a nomm茅 un autre gouverneur d猫s le 11 juillet, sans attendre l鈥檃vis de l鈥橝NC.

[17] Manifeste des intellectuels tunisiens, 芦聽L鈥檋orizon d鈥檈sp茅rance que la R茅volution tunisienne a ouvert, est en train de s鈥檕bscurcir聽禄, 9 avril 2012, Letemps.com.tn, mise en ligne le 05.06.2012, http://www.letemps.com.tn/article-6…

[18] Video mise en ligne 脿 l鈥檃dresse suivante聽: http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[19] 芦聽Waz卯r al-s卯yaha聽: tasr卯h芒t Ab没 Ya鈥榬ib al-Marz没q卯 tahr卯h聽禄, Babnet.net, 21.07.2012, http://www.babnet.net/rttdetail-521…. R茅action de l鈥橴nion Tunisienne des Tours Op茅rateurs聽: http://www.arabesquetv.tn/index.php…

[20] 芦聽Les Qataris chassent des esp猫ces prot茅g茅es en Tunisie聽禄, Oumma.com, 25 janvier 2013, http://oumma.com/15579/qataris-chas…

[21] 芦聽Les 茅lections seront organis茅es entre mars et juin 2013聽禄, 16 avril 2012, http://directinfo.webmanagercenter….

[22] 芦聽D茅bat t茅l茅vis茅 Hamadi Jebali聽禄, 4 ao没t 2012, http://www.pm.gov.tn/pm/channelvide…. Voir 茅galement聽: http://www.dailymotion.com/video/xs…

[23] Charlotte Boitiaux et Maha Ben Abdeladhim, 芦聽Un d茅put茅 de Sidi Bouzid en gr猫ve de la faim聽: 鈥楥鈥櫭﹖ait la seule solution聽禄, France24.com, 03.10.2012, http://www.france24.com/fr/20121003…

[24] 芦聽En Tunisie, des centaines de bless茅s dans des affrontements 脿 Siliana聽禄, France24.com, 29.11.2012, http://www.france24.com/fr/20121129…

[25] Priscille Lafitte, 芦聽Bless茅 脿 Siliana, David Thomson t茅moigne聽: 鈥榣a police a tir茅 aveugl茅ment聽禄, France24.com, 03.12.2012, http://www.france24.com/fr/20121203…

[26] 芦聽Accord entre le gouvernement tunisien et les syndicalistes 脿 Siliana聽禄, LeMonde.fr, 01.12.2012. Et 芦聽Violences 脿 Siliana聽: mise 脿 l鈥櫭ヽart du gouverneur contest茅聽禄, France24.com, 01.12.2012

[27] 芦聽Al-nidwa al-sahafiyya allat卯 鈥榓qadah芒 ra鈥櫭畇 harakat al-Nahda聽禄, Attounissia, vid茅o publi茅e le 05.12.2012, http://www.youtube.com/watch?v=alMM…

[28] http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[29] D茅claration de Mehrezia La芒bidi sur son mur Facebook. Voir聽: http://www.lecourrierdelatlas.com/3… et http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[30] Interview du d茅put茅 sur la cha卯ne Tunisia TV, Babnet.net, mise en ligne le 17 avril 2012, http://www.babnet.net/rttdetail-484…

[31] 芦聽R芒shid al-Ghan没sh卯 mu鈥檃ssis wa ra鈥櫭畇 harakat al-Nahda al-tunisiyya fi hiw芒rin lil-sharq al-qatariyya tanshiruho 鈥榰m芒n聽禄, 18 Avril 2012, http://main.omandaily.om/node/92585

[32] 芦聽La situation d茅g茅n猫re devant le si猫ge de la T茅l茅vision Nationale聽禄, MosaiqueWeb, vid茅o publi茅e le 24 avril 2012 http://www.youtube.com/watch?v=nL6h…

[33] 芦聽Lotfi Zitoun s鈥檈n prend aux journalistes de la TV et d茅fend les sit-inneurs聽禄, Tunisienumerique.com, 25 avril 2012, http://www.tunisienumerique.com/lot…. Vid茅o de la pr茅sence d鈥橢llouze聽: http://www.video2see.info/%D8%B2%D9…

[34] 芦聽Proc猫s Persepolis聽: le patron de Nessma TV condamn茅 脿 une amende, LeMonde.fr, 03.05.2012, http://www.lemonde.fr/tunisie/artic…

[35] L鈥檃rticle n鈥檈st d茅sormais plus disponible sur le site Lapresse.tn, http://lapresse.tn/08112012/57833/l…

[36] 芦聽Ennahda 鈥榲eut mettre le grappin鈥 sur les m茅dias publics tunisiens聽禄, France24.com, 04.09.2012, http://www.france24.com/fr/20120904…. Ecouter aussi l鈥檈nregistrement dans lequel Semi Fehri raconte les pressions qu鈥檌l a subies 脿 cause de ses 芦聽guignols聽禄, notamment de Lotfi Zitoun, qui s鈥檈xplique aussi sur le m锚me sujet聽: http://www.dailymotion.com/video/xt…

[37] 芦聽Hubisa mud卯r talfizi没n kh芒s ishtahara b卯 barn芒maj si芒s卯 yaskharu min rum没z al-hukm f卯 T没nis聽禄, Swissinfo.ch, automne 2012, http://www.swissinfo.ch/ara/detail/…

[38] 芦聽RSF critique vivement 鈥榣a poursuite des nominations arbitraires 脿 la t锚te des m茅dias publics聽禄, Leaders.com.tn, 29.08.2012, http://www.leaders.com.tn/article/r…

[39] 芦聽Tunisie聽: Lotfi Touati renverse un journaliste avec sa voiture聽禄, Jeuneafrique.com, 14.09.2012, http://www.jeuneafrique.com/Article…

[40] 芦聽Tunisie/Ekbes聽: Lotfi Zitoun harangue la foule 脿 la Kasbah聽禄, Gnet.net, 07.09.2012, http://www.gnet.tn/temps-fort/tunis…. Voir 茅galement聽: 芦聽Habib Ellouz, Imam de la pri猫re du vendredi organis茅e par la campagne 鈥楨kbes鈥櫬犅 http://www.tuniscope.com/index.php/… et les photoes聽: http://www.flickr.com/photos/ekbes/…

[41] Pr茅sence de Youssef Aschi 脿 la manifestation du 7 septembre.

[42] L鈥檌nterview n鈥檈st d茅sormais plus accessible sur le site Lapresse.tn聽: http://www.lapresse.tn/11092012/551…

[43] Article de Hassan al-鈥楢i 芒d卯, du 08.09.2012, en ligne http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[44] 芦聽Entretien Rached Ghannouchi et Youssef Seddik聽禄, Shems FM, vid茅o publi茅e le 13.07.2012, http://www.youtube.com/watch?v=pNft…

[45] F卯 nidwatin bi-l-Q卯r芒wan, tarad Yusuf al-Siddiq wa i鈥檛id芒鈥 鈥榓n卯f bi 芦聽k芒鈥檚聽禄 鈥榓l芒 鈥楢bd al-Fatt芒h M没r没, 06.08.2012, http://alikhbaria.com/index.php/201…

[46] 芦聽Bay芒n bi-sh芒鈥檔 al-hurriyyat al-fikriyya wa al-ibd芒鈥榠yya aghl芒 wa aqdas al-hurriyy芒聽禄, [email protected]

[47] 芦聽Un Tour 脿 la Foire du Livre au Kram聽禄, vid茅o de TN (Tunisie num茅rique), publi茅e le 06.11.2012, http://www.youtube.com/watch?v=oShk…

[48] I.B. (avec Tap), 芦聽Tunisie. Bient么t une loi sur le port du niqab 脿 l鈥檜niversit茅 devant la Constituante聽禄, Kapitalis.com, 24.09.2012, http://www.kapitalis.com/fokus/62-n…

[49] 芦聽Facult茅 des lettres de la Manouba聽: le doyen emp锚ch茅 de rejoindre son bureau聽禄, Newsoftunisia.com, 17.04.2012, http://www.newsoftunisia.com/scienc…

[50] 芦聽Acquittez le doyen Kazkaghli聽!聽禄, Editorial du Monde, LeMonde.fr, 15.01.2012

[51] 芦聽Rached Ghannouchi n鈥櫭﹖ait pas le bienvenu au congr猫s des nationalistes arabes聽禄, Archive.mosaiquefm.net, 04.06.2012, http://archive.mosaiquefm.net/index… (reportage 脿 茅couter de Saida Hammemi).

[52] D.M., 芦聽Rached Ghannouchi, ind茅sirable chez les nationalistes arabes聽禄, 04.06.2012, http://www.businessnews.com.tn/Tuni… et

[53] 芦聽Le FBI interrogera, 脿 Tunis m锚me, le suspect dans l鈥檃ttaque de l鈥檃mbassade US 脿 Benghazi聽禄, Kapitalis.com, 03.11.2012, http://www.kapitalis.com/63-fokus/1…

[54] 芦聽Rached Ghannouchi porte plainte contre le journal The Independant聽禄, Melekher.com, 30.08.2012, http://www.melekher.com/detail/rach…

[55] Robert Fisk, 芦聽Rached Ghannouchi says he doesn鈥檛 want an Islamic State in Tunisia. Can he prove his critics wrong聽?聽禄, Independent.com.uk, 24.10.2012, http://www.independent.co.uk/voices….

[56] 芦聽Moncef Marzouki聽: 鈥楿ne fraction de la France officielle a soutenu la dictature qui nous a opprim茅s鈥櫬犅, LeMonde.fr, 18.07.2012, http://www.lemonde.fr/videos/video/….

[57] 芦聽Discours de M.聽Moncef Marzouki 脿 Kinshasa, le 13 octobre 2012, Francophonie.org, 13.10.2012, http://www.francophonie.org/Discour…

[58] 芦聽Moncef Marzouki sur RFI聽: 鈥業l faut que les islamistes nous donnent des garanties plus s茅rieuses sur leurs intentions鈥櫬犅, Rfi.fr, 15.10.2012, http://www.rfi.fr/afrique/20121015-…

[59] 芦聽Ouverture de fronti猫res聽: Alger soup莽onne Tunis d鈥檃rri猫re-pens茅es聽禄, Newoftunisia.com, 04.07.2012,

[60] 芦聽Kasserine聽: Le groupe arm茅 se retrouve 脿 Jebel Cha芒nbi et est compos茅 de 40 individus聽禄, Shemsfm.net, 12.12.2012, http://www.shemsfm.net/fr/actualite…

[61] 芦聽Menaces salafistes contre des int茅r锚ts fran莽ais en Tunisie聽禄, LeCourrierdelAtlas.com, 17.01.2012, http://www.lecourrierdelatlas.com/3…

[62] 芦聽Renforts s茅curitaires devant l鈥檃mbassade de France聽禄, TunisieNumerique, vid茅o publi茅e le 18.01.2013, http://www.youtube.com/watch?v=Y4kG…

[63] 芦聽Ennahda consid猫re la d茅mission de Fattoum Attia comme ill茅gale聽禄, Tuniscope.com, 05.02.2013, http://www.tuniscope.com/index.php/…

[64] 芦聽Marzouki au top 100 Global Thinkers of 2012聽禄, 27.11.2012, http://directinfo.webmanagercenter….

[65] Hajer Ajroudi, 芦聽Tunisie 鈥 L鈥檋omme qui en dit trop, Ayoub Massoudi fait des confidences fracassantes聽禄, Businessnews.com, 31.08.2012, http://www.businessnews.com.tn/Tuni…. L鈥檃ncien conseiller a, depuis, 茅t茅 condamn茅聽: 芦聽Tunisie 鈥 Peine aggrav茅e pour Ayoub Messaoudi 脿 un an de prison avec sursis聽禄, Businessnews.com, 04.01.2013, http://www.businessnews.com.tn/Tuni…

[66] 芦聽The World鈥檚 100 Most Influential People聽禄, Time.com, 2012, http://www.time.com/time/specials/p…

[67] Zohra Abid, 芦聽Jawhar Ben M鈥橞arek raconte son samedi noir 脿 Souk El-Ahad聽禄, Kapitalis.com, 23.04.2012, http://www.kapitalis.com/fokus/62-n…

[68] 芦聽Khat卯r Bushl芒ka bi-b芒ja al-yawm yasifu al-mu鈥樏ada bi-quwwa al-ridda聽禄, cf. http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[69] 芦聽Al-Ghanush卯聽: Nida鈥檃 T没nis akhtar min al-salafiyya聽禄, Tn-M茅dias, publi茅 le 04.10.2012, http://tn-medias.com/2012/10/04/%D8…

[70] 芦聽Issibsi f卯 iz芒鈥檃 鈥楳uza卯k鈥 Ana muslim akthar min al-Ghan没sh卯聽禄, 25.10.2012, http://www.alchourouk.com/Ar/articl…. Voir 茅galement聽: http://www.mosaiquefm.net/ar/index/…

[71] I.B., 芦聽Mohamed Talbi appelle 脿 la cr茅ation d鈥檜ne association de musulmans la茂cs pour lutter contre le salafisme聽禄, Kapitalis.com, 11.10.2012, http://www.kapitalis.com/fokus/62-n…

[72] 芦聽Al-M芒zir卯 al-Had芒d聽: R芒shid al-Ghan没sh卯 za鈥樏甿 al-salafiyya f卯 T没nis聽禄, Babnet.net, 25.09.2012, http://www.babnet.net/rttdetail-546…

[73] 芦聽Les moments forts du meeting du Front populaire au Palais des Congr猫s, vid茅o de TN (Tunisie num茅rique), publi茅e le 07.10.2012, https://www.youtube.com/watch?v=MaH…

[74] 芦聽Tunisie聽: cr茅ation d鈥檜n 鈥楩ront populaire鈥. Projet de charte politique聽禄, Alencontre.org, 02.10.2012, http://alencontre.org/moyenorient/t…

[75] Nicolas Fauque, 芦聽Le pr茅sident tunisien tire 脿 boulets rouges sur ses alli茅s islamistes聽禄, LeMonde.fr, 24.08.2012.

[76] 芦聽Viol茅e et accus茅e d鈥檃tteinte 脿 la pudeur, une Tunisienne b茅n茅ficie d鈥檜n non-lieu聽禄, LeMonde.fr, 29.11.2012

[77] 芦聽Tunisie聽: le parquet fait appel du non-lieu en faveur de la femme viol茅e聽禄, LeMonde.fr, 03.12.2012.

[78] Br猫ve du Courrier de l鈥橝tlas, 23.01.2013, http://www.lecourrierdelatlas.com/4…

[79] 芦聽Kamel Jendoubi, pr茅sident de l鈥橧nstance Sup茅rieure Ind茅pendante pour les Elections en Tunisie, France24.com, 05.06.2012, http://www.france24.com/fr/20120602…

[80] Br猫ve de African Manager, 23.10.2012, http://www.africanmanager.com/14410…

[81] I.B., 芦聽Olfa Youssef raille Soumaya Ghannouchi et son 茅poux聽禄, Kapitalis.com, 29.12.2012, http://www.kapitalis.com/politique/…

[82] 芦聽Majl卯s al-Sh没r芒 yu鈥榓lin 鈥榓n al-taghy卯r al-hukuma f卯 muntasif shahr j芒nf卯聽禄, cf. http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[83] Texte de la d茅claration du Majlis al-Sh没r芒, cf. https://www.evernote.com/shard/s19/…

[84] Site d茅di茅 au Congr猫s pour sa pr茅paration, cf. http://www.congresnahdha.tn/opencon….

[85] 芦聽Bay芒n Majl卯s al-Sh没r芒 li-haraka al-Nahda聽禄, cf. http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[86] 芦聽Hizb al-Nahda yarshah al-shaykh 鈥榓bd al-Fatt芒h M没r没 li-ri鈥櫭a T没nis聽禄, Al-Moslim.net, 09.2012, http://www.almoslim.net/node/171584

[87] Entretien de Youssef Aschi avec Ajmi Lourimi, 19 octobre 2012

[88] Rached Ghannouchi, 芦聽Entrer dans la modernit茅 depuis la porte de l鈥檌slam聽禄, Colloque 脿 l鈥檕ccasion du 31e anniversaire de la naissance du mouvement Ennahdha, 4 juin 2012.

[89] Entretien avec Youssef Aschi, 29 mars 2012. Ch卯ibi a 茅t茅 en charge de l鈥檕rganisation du Congr猫s du mouvement.

[90] Pr茅dication donn茅e le 4 mai 2012 脿 la Zitouna, Tunis.

[91] 芦聽Bash卯r Ben Hsin yaq没lu聽: Kullu mu鈥樏id li-hukuma al-Nahda huwa k芒fir聽禄, vid茅o publi茅e le 21.04.2012, http://www.youtube.com/watch?v=jc_J…

[92] 芦聽鈥楢dil al-鈥業lmi聽: Lan nasmah lil-B芒j卯 wa li-H芒ma wa li-N芒d卯 鈥榓l-s没k芒rjiyya鈥 bi-hukm al-bal芒d聽禄, Jomhouria.com, 11.12.2012, http://jomhouria.com/%D8%B9%D8%A7%D…

[93] 芦聽Hizb al-Tahr卯r lam yatahassal b鈥榓du 鈥榓la al-ta鈥檚h卯ra al-q芒n没niyya聽禄, cf. http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[94] 芦聽Hiw芒r ma鈥榓 al-ustaz Rid芒聽禄, cf. http://www.evernote.com/shard/s19/s….

[95] Mbarki Ikram, 芦聽Hizb Jabha al-Isl芒h聽: Iltiz芒m w芒dih wa sar卯h bil-shar卯鈥榓聽禄, vid茅o publi茅e le 04.06.2012, http://www.youtube.com/watch?v=PjLL…

[96] 芦聽Meeting du parti 鈥楲e front de la r茅forme鈥櫬犅, Tuniscope, publi茅e le 13.07.2012, http://www.youtube.com/watch?featur…

[97] 芦聽鈥楲a question du salafisme est complexe et ne peut 锚tre r茅solue par des mesures s茅curitaires鈥 (Noureddine Khademi)聽禄, Babnet.net, 20.04.2012, http://www.babnet.net/cadredetail-4…

[98] 芦聽Khutba al-Jumu鈥檃 bi-ta鈥檙卯kh lil-shaykh R芒shid al-Ghan没sh卯聽禄, 10.08.2012, vid茅o publi茅e le m锚me jour, http://www.youtube.com/watch?v=XsQX…

[99] Cette formule a un fondement scripturaire ancien聽: c鈥檈st le 岣d墨峁痟 du 芦聽jasad al-w芒岣d聽禄 (芦聽le m锚me corps聽禄). Il permet de rassembler la umma dans un m锚me principe聽: 芦聽Si une seule partie du corps est malade c鈥榚st l鈥檈nsemble qui est en proie 脿 la fi猫vre et 脿 l鈥檌nsomnie聽禄.

[100] 芦聽La vid茅o fuit茅e de Rached Ghannouchi, entre v茅rit茅s et manipulations聽禄, Businessnewscomtn, publi茅e le 10.10.2012, http://www.youtube.com/watch?v=Qu2T…. Voir 茅galement N没r al-D卯n bil-Tayyib, 芦聽F卯d卯o al-Ghan没sh卯聽: 鈥榓layna al-saytara 鈥榓la al-amin wa al-iqtis芒d wa al-i鈥檒芒m聽禄, Al-Akhbar, 11.10.2012.

[101] 芦聽F卯 hiw芒r 鈥榓la al-Wataniyya R芒shid al-Ghan没sh卯 ya鈥榓kisu al-huj没m聽禄, vid茅o publi茅e le 11.10.2012, https://www.facebook.com/photo.php?…. Voir 茅galement 芦聽Tunisie-Rached Ghannouchi, un salafiste refoul茅 et d茅masqu茅聽?聽禄, Slate Afrique, 11.10.2012.

[102] Amel Mizouri, 芦聽Rached Ghannouchi film茅 par une Cam茅ra cach茅e聽禄, publi茅e le 09.10.2012, http://www.youtube.com/watch?v=Ylkv…. Voir 茅galement聽: 芦聽Rached Ghannouchi, un salafiste refoul茅 et d茅masqu茅聽?聽禄, Slateafrique.com, 11.10.2012, http://www.slateafrique.com/96119/t…

[103] Hamadi Redissi, 芦聽Tasr卯h芒t khat卯ra lil-Ghan没sh卯 tabrizu haq卯qa haraka al-Nahda聽禄, 10.2012, https://www.facebook.com/photo.php?…

[104] 芦聽Rached Ghannouchi poursuivi en justice聽禄, Tuniscope.com, 11.10.2012, http://www.tuniscope.com/index.php/…

[105] 芦聽鈥榠ndam芒 yaqa鈥榰 al-shaykh R芒shid al-Ghan没sh卯 f卯 fakh Al-Bash卯r Bin Husayn聽禄, vid茅o publi茅e le 11.10.2012, http://www.youtube.com/watch?featur…

[106] 芦聽After the Revolution聽: Prospects for Tunisia聽禄, entretien men茅 par Dr Claire Spencer, 26.11.2012, Document en anglais聽: http://www.chathamhouse.org/sites/d…. Document en arabe聽: http://www.chathamhouse.org/sites/d….

[107] H.B.N., 芦聽En vid茅o聽: Jebali prononce un discours 脿 la Mosqu茅e 鈥楨l Hissar鈥 脿 Zarzis聽禄, publi茅e sur Tuniscope.com, 01.12.2012, http://www.tuniscope.com/index.php/…

[108] 芦聽Al-Bash卯r Bin Husayn聽: L芒 wa mil卯un l芒 li-tahy卯d al-mas芒jid wa law kalafna zalika ruq芒ban芒聽禄, Babnet.net, 17.01.2013, http://www.babnet.net/rttdetail-592….

[109] Nabil al-Awadhi est interdit de pr茅dication dans son pays pour propositions en faveur du Nika鈥檋 al-jih芒d, de l鈥檌mposition du voile pour les filles non pub猫res et pour ses 茅missions de t茅l茅vision qui ne parlent que de sexe. Parmi ses faits d鈥檃rmes qui ont couru sur la toile, l鈥檌nterdiction faite aux enfants de regarder 芦聽Bob l鈥櫭﹑onge聽禄, parce qu鈥檌l est asexu茅 et qu鈥檌l se laisse intimider par les filles.

[110] Photos en ligne 脿 l鈥檃dresse suivante聽: http://www.evernote.com/shard/s19/s… et http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[111] 芦聽Mourou pr茅sente ses excuses au pr茅dicateurs kowe茂tien Nabil Al-Awadhi聽禄, 31.01.2013, http://directinfo.webmanagercenter….

[112] 芦聽Muhadir al-jalasa 鈥榓04dd lil-maktab al-tanfizi聽禄, 19.03.2012, https://www.anonymous-tunisia.org/a….

[113] Edito du Monde du 27 mars 2012.

[114] Projet transmis aux auteurs par Ch鈥櫭産i lui-m锚me.

[115] 芦聽Dustur al-jumh没riyya al-t没nisiyya聽禄, doc. de 20 p., s.d., https://www.anonymous-tunisia.org/a…

[116] 芦聽Waraqa manhajiyya f卯 tat芒wil qadaiyya al-tans卯s 鈥榓la al-shar卯 鈥榓 min 鈥榓dmihi聽禄, doc. de 2 p., s.d. (03.2012 pour la transmission), https://www.anonymous-tunisia.org/a…

[117] Monia Ben Hamadi, 芦聽Ennahdha repose la question de la Chari芒a en demandant la supr茅matie de l鈥橝rticle 1聽禄, Businessnews.com.tn, 06.06.2012, http://www.businessnews.com.tn/deta…

[118] Charlotte Boitiaux, 芦聽鈥楥ompl茅mentarit茅鈥 contre 鈥樏ゞalit茅鈥 des sexes, la pol茅mique enfle en Tunisie, France24.com, 08.08.2012, http://www.france24.com/fr/print/4605766聽?

[119] I.B., 芦聽Ennahda revient sur le principe de l鈥櫭ゞalit茅 des sexes dans la Constituante聽禄, Kapitalis.com, 02.08.2012, http://www.kapitalis.com/fokus/62-n…

[120] Voir la page Facebook, 芦聽Rassemblement devant l鈥橝NC pour le refus de la compl茅mentarit茅聽禄, https://www.facebook.com/events/431…

[121] A.B.A., 芦聽Adel Almi 脿 la Constituante pour d茅fendre les vertus de la polygamie聽禄, 04.10.2012, http://directinfo.webmanagercenter….

[122] Sana Ben Achour, 芦聽Le Code de statut personnel, 50 ans apr猫s聽: les dimensions de l鈥檃mbivalence聽禄, L鈥橝nn茅e du Maghreb, 2005-2006, n掳II, p. 55-70, mis en ligne le 08 juillet 2010. URL聽: http://anneemaghreb.revues.org/89

[123] Fran莽ois Guillot (AFP), 芦聽La Constitution tunisienne prend du retard聽禄, Le Monde.fr, 13.08.2012

[124] Dominique Avon (dir.), La caricature au risque des autorit茅s politiques et religieuses, Rennes, PUR, 2010, 202 p.

[125] 芦聽Al-shaykh bin Husayn聽: yajibu qata鈥 ra鈥檚 Jal芒l Br卯k in lam yatub聽禄, vid茅o publi茅e le 05.06.2012, http://www.youtube.com/watch?v=9GXn…

[126] 芦聽Jal芒l Br卯k ya鈥檛aziru lil-sha鈥榖 al-t没nis卯聽禄, vid茅o mise en ligne le 03.06.2012, http://mayfootekchay.tv/isctube_sho…

[127] 芦聽Les trois pr茅sidents s鈥檃dressent au peuple聽禄, Businessnews.com, 13.06.2012, http://www.businessnews.com.tn/Les-…

[128] 芦聽Al-Ghan没sh卯 ya鈥檛abiru al-Zahw芒hir卯 wa <=聽禄聽禄 p=聽禄聽禄>

[129] 芦聽Caricatures de Mahomet sur Facebook聽: sept ans de prison pour le Tunisien Jabeur Mejri聽禄, Rfi.fr, 26.06.2012, http://www.rfi.fr/afrique/20120626-….

[130] 芦聽Plainte contre Hannibal TV pour la diffusion d鈥檜n pr锚che anti-juif聽禄, Kapitalis.com, 13.12.2012, www.kapitalis.com/kanal/1335…芦聽336297206478172聽禄%3A174718665985701&action_type_map=芦聽336297206478172聽禄%3A聽禄og.recommends聽禄&action_ref_map=[

[131] Article 8, page 7 du document mis en ligne 脿 l鈥檃dresse suivante聽: http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[132] Rached Cherif, 芦聽Tunisie. Ennahda veut une loi pour punir l鈥檃tteinte au sacr茅 et limiter la libert茅 d鈥檈xpression聽禄, LeCourrierdelAtlas.com, 02.08.2012, http://www.lecourrierdelatlas.com/3….

[133] S.T., 芦聽Projet de loi d鈥橢nnahda聽: 2 ans de prison pour atteinte au sacr茅聽禄, Businessnews.com.tn, 01.08.2012, http://www.businessnews.com.tn/Tuni….

[134] D茅p锚che AFP, 芦聽Tunisie聽: pas d鈥檃tteinte au sacr茅聽禄, LeFigaro.fr, 12.10.2012, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2…

[135] Emission de Al-Wataniyya TV, 12.05.2012.

[136] R茅f茅rence au Coran, sourate 芦聽La Vache聽禄, 143.

[137] 芦聽Am卯r Qatar yufridu li-khil芒fa al-Qardhaw卯聽禄, Arabonline, 03.10.2012, http://www.alarab.co.uk/index.asp?f…

[138] 芦聽Al-Kh芒dim卯 yu鈥檃linu 鈥榓n insh芒鈥 baytan lil-zakat wa 鈥榓wda al-鈥榓mil bi-niz芒m al-awq芒f聽禄, Arabesquetv.net, 01.08.2012, http://www.arabesquetv.tn/index.php…

[139] D茅p锚che AFP, 芦聽Al-d芒khiliyya al-t没nisiyya tudarrij m芒dda dimna muqarar芒t al-ta鈥檒卯m f卯 mad芒ris al-Amin聽禄, France24.com, 19.01.2013, http://www.france24.com/ar/20130119…

[140] Lien vers vid茅o聽: http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[141] 芦聽Tasr卯h Hamma al-Ham芒m卯 hawla ahd芒th yawm 9 Afr卯l聽禄, Elbecha.com, 04.2012聽: http://elbecha.com/videos/watch/RA9…. 芦聽Ennahda ne portera pas plainte contre Hamma Hammami聽禄, Shems.net, 10.04.2012, http://www.shemsfm.net/fr/actualite…

[142] 芦聽Des salafistes saccagent le dernier h么tel de Sidi Bouzid qui servait de l鈥檃lcool聽禄, France24.com, 04.09.2012, http://www.france24.com/fr/20120904…

[143] 芦聽Rashid al-Ghan没sh卯聽: al-salafiyyun yabshir没n bi-thaq芒fa wa l芒 yuhaddid没n al-aman al-鈥樏m聽禄, Babnet.net, 22.02.2012, http://www.babnet.net/rttdetail-460…

[144] 芦聽Un 茅lu fran莽ais agress茅 par des salafistes en Tunisie聽禄, France24.com, 22.08.2012, http://www.france24.com/fr/20120822… festival-culturel-bizerte

[145] 芦聽Tunis s鈥檈xcuse aupr猫s de l鈥櫭﹍u sarthois agress茅 par des salafistes聽禄, LeMonde.fr, 25.08.2012.

[146] 芦聽Rash卯d al-Ghan没sh卯 聽禄, Shemsfm, vid茅o publi茅e le 22.10.2012, http://www.youtube.com/watch?v=G51g…

[147] Interview d鈥橝chcar sur la libert茅 d鈥檈xpression聽: http://www.zcommunications.org/free…

[148] D茅claration de la LGO (Tunisie) sur les caricatures (celle qui est 芦聽probl茅matique聽禄)聽: http://www.europe-solidaire.org/spi…

[a href=鈥檋ttp://www.youtube.com/watch?v=O-ZJhm97gjg鈥 class=鈥檚pip_out鈥 rel=鈥檔ofollow鈥] http://www.youtube.com/watch?v=O-ZJ...

[149] T茅moignage Youssef Aschi, Pr锚che du vendredi 31 ao没t 2012.

[150] Mathieu Olivier, 芦聽Tunisie, les 茅tudiants salafistes s猫ment le chaos 脿 la Manouba聽禄, JeuneAfrique.com, 08.03.2012.

[151] 芦聽Un second islamiste meurt en gr猫ve de la faim en Tunisie聽禄, France24.com, 17.11.2012, http://www.france24.com/fr/20121117…

[152] 芦聽AQMI appelle Ennahda 脿 annuler la loi antiterroriste聽禄, Newsoftunisia.com, 14.10.2012, http://www.newsoftunisia.com/genera…

[153] 芦聽Les djihadistes d鈥橝nsar Chari芒 appelle 脿 cr茅er des comit茅s de d茅fense publique聽禄, Kapitalis.com, 11.10.2012, http://kapitalis.com/fokus/62-natio…

[154] 芦聽Ibt芒l qunbula mawquta 鈥榰thira 鈥榓l卯ha bi-mahata al-mus芒fir卯n bi-l-Q卯rw芒n聽禄, publi茅 le 11.12.2012, http://tn-medias.com/2012/12/11/%D8…. Et I.B., 芦聽Une bombe artisanale d茅samorc茅e dans une station de bus 脿 Kairouan聽禄, Kapitalis.com, 12.12.2012, http://kapitalis.com/63-fokus/13335…

[155] Voir la reproduction de la page de la revue聽: http://www.evernote.com/shard/s19/s…

[156] 芦聽Tunisie. Le minist猫re de l鈥橧nt茅rieur menace les 鈥榮aboteurs鈥 des r茅unions des partis聽禄, Kapitalis.com, 05.11.2012, http://www.kapitalis.com/63-fokus/1…

[157] Henri Laurens, 芦聽La sp茅cificit茅 du printemps arabe聽禄, Conf茅rence 脿 la MSH Ange-Gu茅pin de Nantes, 23 mars 2012.

[158] 芦聽Les mobilisations peuvent affaiblir ou m锚me remettre en cause le gouvernement聽: entretien avec Jalel Ben Brik Zoghlami聽禄, Inprecor, janvier 2013, n掳590, p. 19-23.

[159] Jih芒d al-Zayn, 芦聽Al-rab卯鈥 al-鈥榓rab卯聽: min sunufin akhir聽禄, Alnahar.com, 25.08.2012.

[160] 芦聽R芒shid al-Ghan没sh卯聽: , Shemsfm.net, 22.10.2012,

[161] Dominique Avon et Amin Elias, 芦聽La茂cit茅聽: Navigation d鈥檜n concept autour de la M茅diterran茅e聽禄, revue 茅lectronique Droits de Cit茅, 3 janvier 2011, en ligne sur le site聽: http://droitdecites.org/2011/01/03/…

 

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →