Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Moyen-Orient : aux origines du conflit opposant l’occident 脿 l’Iran contemporain (1)

By   /   18 janvier 2013  /   No Comments

carteiranPar Sami SHERIF

La g茅ographie et l鈥檋istoire de l鈥橧ran a fait de ce pays un Etat 脿 part dans la r茅gion聽: jamais l鈥橧ran n鈥檃 茅t茅 colonis茅, comme ce fut le cas de ses principaux voisins, et les Iraniens en tirent une certaine fiert茅. Il est depuis des si猫cles l鈥檜n des pays phares de la culture musulmane, l鈥檜n de ceux qui a donn茅 脿 l鈥橧slam ses plus grands savants, intellectuels ou artistes, 脿 l鈥檌nstar d鈥橝vicenne ou d鈥橭mar Al Khayyam. Mais le pays a 茅t茅 traumatis茅 lors de la Seconde Guerre mondiale, lorsqu鈥檌l fut envahi aussi bien par les troupes sovi茅tiques que par les britanniques et que l鈥檃rm茅e iranienne, trop faible pour maintenir son ind茅pendance, dut battre en retraite. Aujourd鈥檋ui, l鈥橧ran se sent isol茅 sur la sc猫ne internationale et vit cette situation comme une menace directe contre son identit茅 et son ind茅pendance.

Son histoire 茅crite remonte 脿 Cyrus, roi des Perses, en 550 avant J茅sus-Christ. L鈥檌nvasion arabe de la Perse commenc茅e en 637 et la conversion 脿 l鈥橧slam qui en d茅coula ne firent pas dispara卯tre pour autant la culture persane, dont le support; la langue persane, est parvenue 脿 s鈥檌mposer dans le monde islamique 脿 c么t茅 de celle du Coran. Aujourd鈥檋ui, le farsi est toujours parl茅 par de nombreuses minorit茅s dans toute l鈥橝sie Centrale, principalement au Tadjikistan, en Afghanistan mais aussi en Ouzb茅kistan, dans les anciennes villes perses de Boukhara et Samarkand. Isma茂l Safavi cr茅a en 1501 la dynastie des Safavide qui fit de la Perse un ensemble autonome 脿 l鈥櫭ゞard de l鈥橢mpire Ottoman sunnite. Il d茅cr茅ta la m锚me ann茅e le chiisme religion d鈥橢tat. C鈥櫭﹖ait plut么t un acte dict茅 par un fervent nationalisme. Aujourd鈥檋ui nombre d鈥檕bservateurs avertis voient l鈥橝yatollah qui guide la r茅volution iranienne comme un shah enturbann茅聽!

L’Iran a la cinqui猫me plus grande r茅serve prouv茅e de p茅trole brut dans le monde (env. 90 bn de barils) et figure comme le deuxi猫me producteur de r茅serves prouv茅es de gaz naturel (pr猫s de 23 trillions de m猫tres cubes) . La production de p茅trole quotidienne est de 3.89 millions de barils. En 2001, le gouvernement projetait d’augmenter la production, mais en mars l’OPEP a approuv茅 une diminution d’un million de barils par jour (b/d) de son rendement, il s’agit de a deuxi猫me grande r茅duction en quelques mois. La d茅cision de l’OPEP vise 脿 stabiliser les prix, et 脿 obliger la R茅publique islamique 脿 restreindre sa croissance de production cette ann茅e 脿 3.7 millions b/d de barils par jour. En cons茅quence, il n’y aurai aucune reprise de l’augmentation de production estim茅e 脿 9.5 % de la production produite pendant l’ann茅e 2000-2001.

Pendant ces quelques derni猫res ann茅es, de nouveaux gisements de p茅trole ont 茅t茅 trouv茅s. En f茅vrier 2007, la NIOC, l’organisme 茅tatique iranien charg茅 de la recherche p茅troli猫re, a annonc茅 une d茅couverte g茅ante de p茅trole en mer dans le Golfe, pr猫s d’Abadan, probablement aussi importante que la d茅couverte r茅cente 脿 Azadegan (estim茅e 脿 26 bn de barils et des r茅serves r茅cup茅rables de 5 脿 6 bn de barils) .

脌 cette 茅tape, l’Iran devrait d茅velopper de nouvelles d茅couvertes de p茅troles et de gaz, et maintenir la production de ses gisements de p茅trole qui vieillissent et m没rissent rapidement. Un des probl猫mes de l’Iran est l’augmentation de la consommation d’茅nergie domestique int茅rieure. En fait, entre 1980 et 1999 la consommation de produits raffin茅s bruts, a plus que doubl茅. L鈥檃ccroissement de la consommation chancelante a 茅t茅 caus茅e par les facteurs suivants : le revenu accru des exportations de p茅trole brut a cr茅茅 de la richesse, a permis la subvention du聽 prix de l’茅nergie et a encourag茅 la consommation par foyer ainsi que le gaspillage ; le quadruplement de la population nationale, de plus de 16 millions en 1951 脿 65 millions en 1999; et l鈥檜rbanisation acc茅l茅r茅e de la masse paysanne.

Revenons 脿 la notion de 芦聽crise聽禄:聽 l’on pourrait dire que les crises sont partout dans notre environnement. Prenons l鈥櫭ヽonomie, qui est notre discipline au sein de l鈥橢cole sup. de Co., avec la surproduction, l鈥檌nflation non contr么l茅e, la stagflation ou le krach, c鈥檈st la crise, c鈥檈st le dysfonctionnement. Les crises internationales, sociales, politique, agricole, sont l脿 pour attester de la pr茅sence parmi nous de ce fait affectivement regrettable…Certains philosophes ont m锚me pens茅 les crises comme les moments n茅cessaires et d茅cisifs de l’histoire : un id茅aliste comme Hegel, un mat茅rialiste comme Marx, un 茅pist茅mologue comme Khun. Ils nous montrent la voie en pla莽ant la contradiction au c艙ur de leurs syst猫mes. La contestation d鈥檜n l’Etat, celle de la soci茅t茅 ou celle d鈥檜n secteur 茅conomique, n鈥檈st alors que la manifestation d’une contradiction qui fait souffrir. Pas de crise sans douleur, pas de crise sans contradiction, mais ces deux ingr茅dients n’茅puisent pas un concept qui se r茅v猫le pleinement dans son 茅tymologie.

Les crises ne peuvent pas ne pas 锚tre. Nous vivons avec. Mais la grande diff茅rence de notre temps avec les pr茅c茅dents est patente : d茅sormais les crises ont toujours des spectateurs et se jouent, m锚me parfois, uniquement entre les acteurs et les spectateurs. Avec leurs trag茅dies, les grecs le savaient : la crise est un spectacle. Mais le th茅芒tre est devenu monde et la crise se joue sans que la fatalit茅 en gouverne le d茅nouement.

Alors que la violence, la discorde, l鈥檌ncompr茅hension, la s茅paration, la perte, la souffrance sont monnaies courantes et qu’il n’y a de jour o霉 le mot 芦聽crise聽禄 ne soit prononc茅, se pourrait-il que certains 锚tres soient 茅pargn茅s et puissent vivre dans une zone sans conflit, sans avoir 脿 passer par quelque secte ou paradis artificiel ? 芦聽Heureux les pauvres en esprit, est-il dit dans les 茅vangiles, le Royaume des Cieux est pour eux聽禄.聽 Qui ne r锚ve, au fond, d’une paix permanente ?聽 Mais qui, dans le m锚me temps, ne l’appr茅hende comme l’ombre de la mort ?聽 La vie existe-t-elle sans 茅preuve? Sans doute pas, sauf peut-锚tre pour certains que l’on appelle des 芦聽d茅ficients mentaux聽禄.

De nos jours, on 茅voque souvent la 芦communication de crise禄. On entend par l脿 le fait que des acteurs 茅conomiques ou politiques sont confront茅s 脿 des contradictions douloureuses qui peuvent leur nuire voire les d茅truire s’ils ne parviennent pas 脿 芦rendre commun禄 ce qui pourrait les sauver voire les faire grandir. La crise prend alors un aspect m茅diatique et m茅lange p锚le-m锚le, dans la douleur, le priv茅, le financier, le politique, le s茅curitaire et le juridique. Ce type de crise provient en g茅n茅ral d’une r茅v茅lation p茅nible : on sait d’un seul coup quelque chose de mal qu’on ignorait et l’on recherche responsables et coupables. On peut toujours essayer de pr茅venir, d’anticiper, mais, un jour, la crise s’impose. Il faut s’y pr茅parer et s’outiller pour que la crise ne prenne pas des proportions catastrophiques. Dans la pr茅paration, comme dans la gestion d’une crise, la communication est d’abord affaire de langage, de lexique et d’arguments. Un mot d茅plac茅, un argument contradictoire, des incoh茅rences entre les 茅metteurs, des ambigu茂t茅s cyniques font monter la fi猫vre et d茅cha卯ner les adversaires impatients.

La crise est ainsi appel茅e 脿 faire place 脿 la d茅sinformation. La manipulation de l鈥檌nformation devient monnaie courante en temps de guerre, quand tout est bon pour mobiliser la population : la diffusion de demi-v茅rit茅s, de mensonges, par omission ou non, de rumeurs inv茅rifiables. La crise pr茅c茅dant le conflit est pouss茅e 脿 son paroxysme : l鈥橢tat ennemi est diabolis茅,聽 son chef est pr茅sent茅 comme un 锚tre fonci猫rement malfaisant, au choix un 芦 aventurier 禄, un 芦 psychopathe 禄 un 芦 dictateur honni par son peuple 禄 ou un 芦 nazi 禄. La guerre est pr茅sent茅e comme 茅tant 芦 juste 禄, 芦 in茅vitable 禄, 芦 d茅fensive 禄. Elle devient 芦 pr茅ventive 禄 quand un Etat prend l鈥檌nitiative du conflit, en violation des conventions internationales destin茅es pr茅cis茅ment 脿 bannir la loi de la jungle dans les relations inter-茅tatiques. La d茅sinformation a ses r猫gles.聽 Les contestataires, les r茅fractaires 脿 la propagande, les partisans d鈥檜ne solution diplomatique sont aussit么t 茅tiquet茅s de 芦 munichois 禄 ou, au mieux, de 芦 na茂fs 禄. Le d茅bat est ainsi vite escamot茅. Jamais, depuis la fin de la guerre froide, des moyens aussi consid茅rables n鈥檃vaient 茅t茅 mis en oeuvre pour pr茅parer l鈥檕pinion 脿 la confrontation militaire avec l鈥橧rak. Aujourd’hui, c’est ce que l’on voit se construire au jour le jour contre l’Iran. L’ambiance de crise est fortement anim茅e par les m茅dias, et l’Iran est d’ores et d茅j脿 pr茅sent茅 脿 l’opinion publique internationale comme meneur de troubles.

Probl茅matique de la crise iranienne

Les courants de philosophie politique consid猫rent que les relations d鈥檜n 脡tat 脿 l鈥檈xt茅rieur de son territoire, relations 芦聽entre nations聽禄 ou internationales se d茅roulent dans l鈥檃narchie, dans une crise g茅n茅ralis茅e qui peut ne pas 锚tre perceptible. Pour Hegel, 芦聽les conflits entre 脡tats, lorsque les volont茅s particuli猫res ne trouvent pas de terrain d’entente, ne peuvent 锚tre r茅gl茅s que par la guerre聽禄. Cet 茅tat de fait est encore pr茅sent de nos jours en d茅pit de l鈥檈xistence de l鈥橭rganisation des Nations Unies. Selon Carl Schmitt, l’autonomie 茅tatique [que cette organisation a consacr茅e d鈥檃illeurs], repose sur la possibilit茅 de l’脡tat de s’autoconserver, en dehors m锚me de la norme juridique, par une action qui prouvera cette souverainet茅. C鈥檈st le cas 脿 pr茅sent de l鈥橢tat iranien qui a pris fermement la d茅cision de se doter de la technologie nucl茅aire et qui a pris des positions anti-isra茅liennes. Aujourd鈥檋ui, il se trouve au c艙ur de l鈥檃ctualit茅.

Pourquoi un tel revirement de la part de cet Etat auparavant alli茅 traditionnel de l鈥檕ccident et pourquoi ce toll茅 exprim茅 par les puissances composantes de celui-ci聽?

En fait, dans les Rapports Inter-Etatiques, il n鈥檡 a que deux principaux types de Relations possibles :

l’interd茅pendance聽: relation dans laquelle les acteurs op猫rent des choix qui individuellement sont marginaux mais cumul茅s sont de nature 脿 modifier l鈥檈nsemble des relations (Flux du commerce international). Aux effets de comp茅tition d鈥檜ne relation d’interaction se substituent des effets d鈥檃gr茅gation d鈥檜ne relation d鈥檌nterd茅pendance. C鈥檈st le cas en Europe communautaire par exemple聽; et,

L’interaction聽: c’est une relation telle que la modification du comportement de l鈥檜n agit sur l鈥檃utre. Il s’agit d’une relation typiquement de s茅curit茅聽: adoption d鈥檜ne mesure de d茅fense par un 脡tat, per莽ue par un autre comme une aggravation de la menace qui provoque en retour une contre-mesure et alimente un processus d鈥檈scalade (Course 脿 l鈥檃rmement). C鈥檈st le cas dont on aura 脿 discuter.

Du temps du Shah, les relations de l鈥橧ran avec l鈥檈nsemble des puissances occidentales relevaient du premier type de relations, bien que lui-m锚me avait entam茅 avec l鈥檃ppui occidental un s茅rieux programme nucl茅aire dont l鈥檌nterruption d鈥檃illeurs, fut l鈥檜ne des premi猫res d茅cisions de la R茅volution iranienne en 1979. Comment ce fait-il alors que l鈥檕n prenne l鈥橧ran d鈥檃ujourd鈥檋ui pour un Etat dangereux聽et qu鈥檕n lui interdise l鈥檃cc猫s 脿 la technologie nucl茅aire m锚me civile ?

De l鈥檃vis de certains observateurs, le Shah n鈥櫭﹖ait pas moins dangereux que les Mollahs contemporains, en allant occuper les 3 卯lots appartenant aux Emirats-Arabes-Unis. De surcro卯t, lui-m锚me r锚vait de conqu茅rir la c么te Ouest du golf comme le lui avait recommand茅 son p猫re R茅da Sheh Pahlewi. En plus, le Shah se pr茅sentait lui-m锚me comme le d茅fenseur de l鈥檈nsemble des croyants. Il n鈥櫭﹖ait pas rare de trouver des portraits du Shah d鈥橧ran dans les maisons des familles chiites d茅sh茅rit茅es du Sud Liban. Mais il faudrait rappeler que le Shah, 茅tait l鈥檜n des supers alli茅s des occidentaux dans la r茅gion et qu鈥櫭 cette 茅poque il partageait les m锚mes sentiments de solidarit茅 de l鈥檕ccident 脿 l鈥櫭ゞard de l鈥橢tat h茅breux.

聽Aujourd鈥檋ui, les relations de l鈥橧ran avec les puissances occidentales, leurs alli茅s arabes dans la r茅gion, ainsi qu鈥橧sra毛l, conna卯ssent une tension sans commune mesure. Elles rel猫vent d茅sormais du deuxi猫me type, et ce, de par l鈥檌nteraction plus ou moins violente qu鈥檈lles laissent appara卯tre.

Enjeu d鈥檜ne 芒pre bataille diplomatique, l鈥橧ran de nos jours, est聽 engag茅 dans un bras de fer avec la 芦聽communaut茅 occidentale聽禄 et se r锚ve en puissance nucl茅aire聽: la R茅publique islamique fait trembler une grande partie du monde. Un pr茅sident d茅mocratiquement 茅lu聽 appartenant聽 au camp conservateur, Mahmoud Ahmadinejad, multiplie les d茅clarations fustigeant聽 Isra毛l et la condamnant pour ses crimes contre les libanais et les palestiniens en des termes qui n鈥檕nt rien 脿 voir avec le discours polic茅 attendu par les chancelleries occidentales. L鈥橧ran est aussi en premi猫re ligne en Irak o霉 les Am茅ricains constatent tous les jours l鈥檌nfluence de T茅h茅ran dans la gestion quotidienne de la crise irakienne.

Le journaliste averti de FOX News聽 Chris Wallace vient d鈥檃ffirmer que聽 芦聽Pour le pr茅sident Bush qui scrute l鈥檋orizon international, l鈥橧ran est, de tous les pays, celui o霉 un conflit arm茅 semble le plus probable聽; le pr茅sident et son 茅quipe du minist猫re des Affaires 茅trang猫res sont persuad茅s que le r茅gime islamiste de T茅h茅ran cherche activement 脿 se doter de l鈥檃rme nucl茅aire聽禄.

Pour quelles raisons alors un tel 茅nervement, une telle escalade verbale dans les discours occidentaux聽? Si l鈥檕n souhaite mettre de c么t茅 l鈥檈sprit de croisade plus ou moins atavique chez certaines franges politiques chr茅tiennes (notamment aux Etats-Unis) et la th茅orie du choc des civilisations (la transposition actuelle de la doctrine m茅di茅vale), l鈥檕n a du mal 脿 comprendre un tel antagonisme. Reste la crainte de voir cette possible puissance passer 脿 un statut d鈥櫭ゞal qui obligerait 脿 n茅gocier avec un mod猫le qui fait peur et reste trop 茅loign茅 des valeurs occidentales. Aucun gouvernement n鈥檃vouera publiquement nier l鈥檈xistence d鈥檜ne th茅ocratie telle que l鈥橧ran. Pourtant ce principe de gouvernement semble sorti des pires cauchemars de l鈥檋istoire europ茅enne et influe probablement sur l鈥檌nconscient des dirigeants occidentaux. Si l鈥檕n exclue la menace r茅elle, le symbole politique et religieux que repr茅sente l鈥橧ran, que reste-t-il聽? L鈥橧ran, malgr茅 son rigorisme religieux, n鈥檈st pas une dictature, moins sans doute que nombre de th茅ocraties de cette m锚me r茅gion, et la soci茅t茅 civile soutient dans une certaine mesure son mod猫le de soci茅t茅.

Les nouveaux conservateurs qui contr么lent la Maison Blanche et qui veulent fa莽onner le monde arabo-musulman 脿 leur mani猫re, ne peuvent tol茅rer聽; et avec eux les puissances occidentales, ces agissements et cette situation jug茅e menacente pour leurs int茅r锚ts propres聽 et pour ceux de leurs prot茅g茅s isra茅lien聽 et arabes.

Tel est l鈥櫭﹏onc茅 de la crise qui s鈥檈st install茅e entre d鈥檜ne part cette nation musulmane dont l鈥檋istoire deux fois mill茅naire lui donne le statut de tr猫s vieille civilisation et dont les ambitions id茅ologiques, 茅conomique et militaires sont suspect茅es de partout, et d鈥檃utre part les puissances occidentales habituellement hostiles 脿 tout r茅veil de l鈥檕rient musulman.

Historique sur des rapports聽 conflictuels : Occident chr茅tien/Orient musulman

Aujourd鈥檋ui, les occidentaux s鈥檃charnent 脿 stopper l鈥櫭﹍an nationaliste iranien vers un d茅veloppement 茅conomique et technologique et pour maintenir sa vuln茅rabilit茅 et sa d茅pendance. L鈥檋istoire des rapports des musulmans avec les occidentaux est une succession de crises dont la plupart 茅tait violente. Abdellah LAROUI dit en substance qu鈥櫭犅 l鈥檌ssue des croisades du XI猫me et XII猫me si猫cles, quand il s鈥檈st av茅r茅 que les musulmans 茅taient imbattables en m茅diterran茅e, les occidentaux ont contourn茅 l鈥檈mpire musulman en passant par le Cap de Bonne Esp茅rance pour aller saper leur ressources 茅conomiques en 茅tablissant au moyen de comptoirs sur les c么tes africaines et asiatiques, des liens commerciaux directes avec l鈥橝frique, l鈥橧nde et la Chine. Durant toute la p茅riode qui s鈥櫭﹖end du XIV猫me au XX猫me si猫cle, ils ont tout fait pour affaiblir l鈥檈mpire ottoman jusqu鈥櫭 ce qu鈥檌ls lui ont repris toutes ses d茅pendances dans les Balkans et dans le monde arabe. De surcro卯t, ils ont aid茅 脿 l鈥檌mplantation de l鈥橢tat d鈥橧sra毛l au c艙ur m锚me du monde arabe et islamique et lui ont consacr茅 toute l鈥檃ssistance pour devenir une puissance nucl茅aire. Ils lui fournissent une aide politique, 茅conomique, technologique et militaire sans commune mesure alors que cet entit茅 emprisonne et massacre depuis 60 ans d茅j脿聽 tout un peuple au vu et au su de tout le monde. Depuis 1956, jusqu鈥櫭 nos jours, ils ont 茅t茅 derri猫re six guerres meurtri猫res contre le nationalisme arabe. Aujourd鈥檋ui encore, ils occupent l鈥橧rak apr猫s l鈥檃voir compl猫tement d茅truit.

En ce moment et depuis nombre d鈥檃nn茅es, les Etats-Unis tiennent sans rel芒che l鈥橧ran sous un oeuil vigilant et mena莽ant. Ils ont tout fait pour l鈥檃ssi茅ger. Le projet de grand Moyen-Orient d茅velopp茅 par les n茅o-conservateurs am茅ricains et les聽 contingents聽 toujours plus聽 imposants聽 d茅ploy茅s dans聽 la r茅gion par les Etats-Unis ne sont pas de nature 脿 rassurer T茅h茅ran qui se sent encercl茅 d茅j脿.聽 Les unit茅s am茅ricaines stationnent en effet en Afghanistan et en Irak. Le Pakistan est le principal alli茅 de Washington dans sa guerre contre le terrorisme. La Turquie, quant 脿 elle, d茅j脿聽 membre de l鈥橭TAN, se rapproche de l鈥橢urope, et l鈥檈nsemble des pays du Golfe a sign茅 des accords militaires聽 de d茅fense avec l鈥橝m茅rique : l鈥橝rabie Saoudite, bien s没r, mais aussi le Kowe茂t, Qatar, les EAU, Bahre茂n et Oman accueillent les soldats de l鈥橭ncle Sam.

Des informations sur des prochaines frappes am茅ricaines et isra茅liennes sur l鈥橧ran, ne cessent de nous parvenir. Les derni猫res man艙uvres isra茅liennes et celles r茅guli猫res de la marine am茅ricaine dans le golf, augurent fort bien d鈥檜ne partie qui va se jouer prochainement dans cette r茅gion et qui聽 sera d鈥檜ne violence inou茂e. La d茅cision tout 脿 fait r茅cente du Pr茅sident Sarkosy de cr茅er avec l鈥檃ssentiment des Emirats-Arabes-Unis, d鈥檜ne grande base militaire fran莽aise sur la c么te sud du golf聽 est venue confirmer les bruits de bautes qui s鈥檃nnoncent. D茅cid茅ment la guerre est presque l脿聽!

D鈥檃ucuns diront qu鈥檌l s鈥檃git juste de pressions pour obliger l鈥橧ran 脿 l芒cher du leste en bondonnant ses pr茅tentions nucl茅aires,聽 脿 fl茅chir ses positions 脿 l鈥櫭ゞard d鈥橧sra毛l et 脿 coop茅rer encore plus pour la stabilisation de l鈥橧rak. Si l鈥檃cceptation par les forces am茅ricaines d鈥檈ncadrer et de s茅curiser la visite accomplie derni猫rement 脿 Bagdad par le Pr茅sident iranien, vient semer le trouble dans la vision pessimiste que l鈥檕n se fait de cette crise, le vote r茅cent du Conseil de S茅curit茅 d鈥檜n troisi猫me round de sanctions qui se veulent graduelles, est l脿 pour confirmer le fait tangible qu鈥檌l y a bien une v茅ritable crise, une crise qui risque de gagner en ampleur et de d茅g茅n茅rer en conflit arm茅 ouvert aux cons茅quences assur茅ment d茅sastreuses pour toute la r茅gion.

Nous nous proposons dans ce modeste travail d鈥檃ller aux origines de cette crise pour voir comment la comp茅tition de deux messianismes d茅vastateurs, chiite et nouveau-conservateur, doubl茅s de deux visions politiques tout 脿 fait contradictoires, peuvent exacerber les relations internationales en l鈥檃bsence de r猫gles claires quant 脿 l鈥檃cquisition des technologies nucl茅aires (premi猫re partie). Nous essayerons par la suite de cerner les manifestations de cette crise et de d茅voiler ses faces cach茅es (deuxi猫me partie).

Sami Sh茅rif

A suivre…

 

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →