, ,

L’iran : pourquoi la “bombe”?

Par Sami SHERIF

Un ami français de confession juive mais fleurtant à peine avec le sionisme, m’a posé il y a une semaine la question suivante : pourquoi l’Iran veut se doter de la bombe nucléaire?

A une telle question formulée de la sorte, j’ai dû lui demander de me donner le temps, au moins un quart d’heure pour lui fournir une réponse valable. De fait, la question comportait déjà un piège, elle fait de la “volonté” supposée des dirigeants iraniens de doter leur pays de l’arme atomique une vérité qu’il faudrait expliquer. Alors j’ai dû lui faire  un message explicite et claire que  je vous propose de lire.

Cette question appelle nombre d’éléments préliminaires pour qu’elle puisse être clarifiée :

– Qui prouve que l’Iran  VEUT effectivement se doter de la bombe nucléaire? Pouvons-nous rentrer dans le fort intérieur des dirigeants iraniens pour vérifier s’ils en ont l’intention, alors qu’une Fathwa (une loi islamique) de Khameinay  avait considéré que du point de vue de l’Islam, se doter d’une bombe nucléaire pour le cas échéant l’utiliser contre un autre pays risquant ainsi de tuer plus de civils que de militaires, est catégoriquement prohibé pour un pays musulman?

– La construction d’une bombe nucléaire nécessite des années de recherches, un équipement en technologie de pointe et la maîtrise technologique industrielle  pouvant permettre l’enrichissement de l’uranium à 91 %. D’après les rapports occidentaux, l’Iran ne peut à présent enrichir l’uranium qu’à 5 %. Donc, il lui faudra peut-être des dizaines d’années pour y parvenir.

Ceci dit, il faudra se poser la question suivante : l’Iran a-t-il le droit de développer  une technologie nucléaire pour des usages civils évidents ( production de l’énergie à moindre frais, utilisation médicale …), sachant qu’aucune convention internationale ne le lui interdise, et que bien au contraire, la convention sur l’interdiction de la prolifération nucléaire qui avait institué l’OEA à laquelle l’Iran avait souscrit  volontairement, l’y autorise expressément?

Maintenant à supposer que l’Iran veut bien se doter de l’arme nucléaire, ne serait-il pas un acte amenant un équilibre de la terreur dans la région, puisque Israël qui n’a pas souscrit à ladite convention sur la non prolifération s’est doté en dehors du droit international de l’arme atomique déjà en 1960, a fait  d’ores et déjà un bond décisif en cette matière en passant au stade de la deuxième frappe et à présent,  dispose de 200 bombes pointées vers tout les pays arabes et islamiques. Il ne faut pas oublier que l’Iran est voisin aussi du Pakistan, de l’Inde et de la Russie qui sont des puissances nucléaires avérées.

Il ne s’agit là pour l’Iran que d’une supposition qu’Israël s’acharne à convaincre l’occident de sa véracité pour obtenir une participation de celui-ci  à la destruction de ce pays comme on l’avait fait pour l’Irak avec des mensonges similaires. Mais pourquoi Israël s’acharne-t-il à vouloir détruire l’Iran? C’est là le nœud de la question véritable qu’il faudrait poser. Alors, le hic est dans la nature de l’Etat sioniste et dans sa géographie.  Oui, un fait tangible, c’est qu’ Israël demeure très vulnérable bien qu’elle soit parvenue au stade de la 2ème frappe et qu’elle se dote de missiles antimissiles : c’est qu’au premier tir nucléaire de la part d’un belligérant contre ce petit “pays”, il s’en trouvera anéanti (la géographie réduite et la concentration des populations dans des zones rapprochées multiplieront le nombre des victimes). De surcroît, la nature et l’histoire de cet “Etat” font que dès la menace nucléaire apparaitra évidente, une majorité d’habitants décideront de retourner là d’où ils étaient venus. Si à présent, les responsables sionistes insistent pour en finir avec le programme nucléaire iranien, c’est en raison de la vulnérabilité effective et pérenne de la présence d’Israël dans cette région…

Sami Shérif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Maroc : l’économie invisible

Maroc : El Yazghi, portrait de l’un des grands ténors de la politique