Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Maroc : le Colonel en retraite Mohamed Mellouki propose un sch茅ma complet pour la d茅signation des hauts responsables des administrations publiques

By   /   12 juin 2012  /   No Comments

LA PROC脡DURE 脌 SUIVRE

Par聽 Mohamed Mellouki

La premi猫re initiative gouvernementale, consid茅r茅e parmi les plus sensibles sur lesquelles 茅tait attendu M. Benkirane depuis son investiture, augurant de la mise en place de la nouvelle gouvernance, a accouch茅 d鈥檜n cactus. M. Abdellah Bouanou, un quadra Pjdiste de premier plan, chef du groupe parlementaire de sa formation se veut le plus critique 脿 l鈥櫭ゞard des r茅centes nominations de walis et gouverneurs. Il affirme que la plupart d鈥檈ntre eux ne font pas seulement l鈥檕bjet de soup莽ons, mais sont carr茅ment des d茅prav茅s, et somme le Chef du gouvernement qui n鈥檈st, donc, autre que son chef de parti, de clarifier la situation.

Cette pique a incit茅 le Ministre de l鈥橧nt茅rieur 脿 le mettre en demeure de justifier son accusation qu鈥檌l consid猫re attentatoire, d鈥檃bord, 脿 M. Benkirane en tant que chef du PJD avant qu鈥檈lle n鈥檃tteigne les autorit茅s concern茅es. L鈥橴SFP et le PAM, de leur c么t茅, ne pouvaient rater pareille aubaine pour titiller le Chef du gouvernement. Celui-ci n鈥檃 pas trouv茅 mieux que de r茅pondre qu鈥檌l ne pouvait conna卯tre personnellement tous les titulaires, que sa responsabilit茅 est, donc, d茅gag茅e, du fait.

Par la suite, au cours d鈥檜n s茅jour en Espagne, devant la colonie marocaine y r茅sidant, il ajoutera que parfois certaines personnes ne pr茅sentent pas toutes les garanties n茅cessaires, mais disposent de qualit茅s particuli猫res dont 鈥榦n鈥 a besoin dans certaines r茅gions. Il va jusqu鈥櫭 renvoyer la balle 脿 ses d茅tracteurs, au sein d鈥檜ne r茅union de son parti, les d茅fiant d鈥檃pporter la preuve de leurs accusations. Des propos choquants, certes, qui masquent surtout mal un vice de gouvernance. Il est 茅vident que le dossier a 茅t茅 ficel茅, comme nagu猫re, 脿 la seule diligence du Minist猫re de l鈥橧nt茅rieur, et que M. Benkirane n鈥檡 a, manifestement, jou茅 qu鈥檜n r么le de comparse ; comme il est tout 茅tonnant qu鈥檃ucun autre ministre ne s鈥檈st senti g锚n茅 d鈥檃voir trait茅 par-dessus jambe dans un dossier aussi sensible qui engage, logiquement, la responsabilit茅 collective du Cabinet.

La r茅sonance dans l鈥檕pinion publique de l鈥檌ncartade de M. Bouanou a 茅corch茅 un peu plus le peu de cr茅dit qui subsiste encore 脿 un Chef de gouvernement qui a tout l鈥檃ir d鈥檃ller 脿 vau-l鈥檈au. La presse, comme attendu, a largement contribu茅 脿 secouer ce cocotier. Une telle br猫che dans ce dossier qui, il y a moins d鈥檜n an, 茅tait cadenass茅 au plus haut niveau, consid茅r茅 r茅serv茅 dans le domaine r茅serv茅 est, certes, de nature 脿 ancrer un peu plus la d茅mocratie dans le pays. Elle demeure, n茅anmoins, st茅rile si elle se limite 脿 une joute oratoire o霉 ni le gouvernement ne peut apporter la preuve de la bonne moralit茅 de 鈥榮es鈥 agents, ni les d茅tracteurs celle inverse.

Le corps des autorit茅s administratives est ind茅niablement d茅nigr茅 dans sa quasi globalit茅 et vu le pouvoir dont il dispose, et l鈥檃bus de pouvoir qui l鈥檃ccompagne souvent, il est ressenti comme une sorte de rouleau compresseur dont le r么le principal, sinon unique, est d鈥檃sseoir l鈥檃utorit茅 de l鈥橢tat, en aplatissant la volont茅 populaire. Mais, m锚me si on 茅radiquait totalement le corps existant, personne ne peut garantir que les successeurs seront plus honn锚tes que leurs pr茅d茅cesseurs. Focaliser la r茅crimination 脿 ce niveau seulement reviendrait 脿 donner un coup d鈥櫭﹑茅e dans l鈥檈au, parce que c鈥檈st tout l鈥橢tat qui est d茅cri茅 dans sa globalit茅, et au sein duquel la pr茅varication s茅vit avec la m锚me intensit茅 d茅vastatrice. Il faut, donc, refonder totalement l鈥橢tat.

J鈥檃i fait de ce th猫me 脿 la fois le titre de mon Manifeste politique : 鈥楳aroc : De la Refondation de l鈥橢tat鈥, diffus茅 sur Google le 15 mars 2011, et l鈥檕bjet de mon M茅morandum que j鈥檃i d茅pos茅, le 2 mai suivant, devant la Commission consultative de la r茅vision constitutionnelle, diffus茅 茅galement sur le m锚me cr茅neau quelques jours plus tard. Le mal dont souffre l鈥橢tat, dans quels que secteurs et niveaux que ce soient, vient des mauvais choix de ses hommes, et son seul rem猫de s鈥檃ppelle, encore, l鈥檋omme, avec ses quelques qualit茅s et ses innombrables d茅fauts. Faute de pouvoir 鈥榝abriquer鈥 un parangon de la vertu, il faut chercher 脿 obtenir le meilleur profil possible en passant les postulants aux postes sensibles au peigne fin. Aussi, les affectations aux hautes charges, nationales et r茅gionales, dans toute l鈥橝dministration publique et semi-publique et dans les sph猫res d鈥檌nt茅r锚ts strat茅giques de la nation, ne devront plus, dor茅navant, 锚tre laiss茅es 脿 la seule discr茅tion du d茅partement de tutelle ; elles devront passer par un criblage en trois phases.

La premi猫re, pr茅paratoire, enclench茅e au niveau concern茅, devra consister en une proc茅dure de s茅lection des meilleurs 茅l茅ments sur la base de crit猫res d茅finis l茅galement, et laquelle devra se limiter, 脿 terme, 脿 鈥 avancer鈥 des noms. La seconde phase verra engager la responsabilit茅 collective de l鈥橢x茅cutif, par un r茅examen de cette s茅lection par les Conseils du gouvernement et par la suite des ministres. Des oppositions pourront se manifester contre certains 茅l茅ments qui se trouveront, du coup, 茅cart茅s 脿 ces niveaux. Le troisi猫me volet sera, lui, d茅volu au Parlement qui devra initier une enqu锚te de personnalit茅 consistant en des interpellations et investigations dans le but de passer au crible le pass茅 des postulants pour en d茅gager le v茅ritable profil avant de leur accorder, ou refuser le 鈥楽atisfecit鈥. Celui-ci devra rester sujet, 脿 tout moment, 脿 r茅vision ou retrait, en cas de faute disqualifiante; nonobstant les poursuites administratives ou judiciaires qui en r茅sulteraient. Apr猫s nomination, si le minist猫re concern茅 devra veiller au bon exercice de la fonction, la Cour des comptes devra, de son c么t茅, veiller 脿 l鈥櫭﹙olution de聽l鈥櫭﹖at de fortune des int茅ress茅s et du premier cercle de leurs familles. En cas, comme je le sugg猫re dans mes 茅crits pr茅c茅dents, de d茅mocratisation r茅elle du pays d茅bouchant sur l鈥檌nstitution 脿 l鈥櫭ヽhelon r茅gional d鈥檜n Gouvernement et d鈥檜n Parlement, l鈥檃pplication de la proc茅dure 鈥榙鈥檋abilitation鈥 aux postes de responsabilit茅 devra y 锚tre d茅volue 脿 cette derni猫re instance.

Le Colonel en retraite Mohamed Mellouki

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →