Loading...
You are here:  Home  >  Non class茅  >  Current Article

Elles vivent avec leur violeur…

By   /   14 mai 2012  /   No Comments

Selon le code p茅nal, le violeur d鈥檜ne mineure n鈥檈ncourt aucune peine d鈥檈mprisonnement s鈥檌l accepte d鈥櫭﹑ouser sa victime. Des mariages, a priori invraisemblables, mais qui r茅pondent 脿 la volont茅 de sauvegarder l鈥檋onneur de la fille et de sa famille.

Wahiba, 38 ans, est mari茅e depuis plus de 15 ans鈥埫犫圡ohamed, la quarantaine. Un m茅nage qui n鈥檈st pas des plus heureux, mais Rachida insiste sur le fait qu鈥檈lle n鈥檃 pas le choix et qu鈥檈lle ne peut pas quitter son conjoint, le p猫re de ses quatre enfants, 芦malgr茅 ce qui s鈥檈st pass茅禄. Vivant dans le m锚me quartier, Mohamed se pr茅sente un jour pour demander la main de Wahiba. Il essuie un refus cat茅gorique.鈥團ou鈥坉e鈥坮age,鈥坕l monte un stratag猫me afin de pouvoir se marier avec la femme qu鈥檌l veut. 芦Il est parti du principe qu鈥檈lle 茅tait sienne pendant sept ans et que le viol, avec perte de virginit茅, 茅tait le seul moyen de pression鈥坉e鈥坰a鈥坧art鈥坅fin鈥坉e mettre les parents de la jeune fille devant le fait accompli. C鈥櫭﹖ait criminel, mais Wahiba croit toujours que ce viol 茅tait la preuve qu鈥檌l l鈥檃imait v茅ritablement禄, explique Souad Taoussi, assistante sociale et militante associative. Un arrangement鈥坅鈥埫﹖茅鈥坱rouv茅鈥坅fin d鈥櫭﹙iter le scandale. Mais, comment Wahiba parvient-elle 脿 oublier cet instant o霉 le p猫re de ses enfants l鈥檃 forc茅e鈥埫犫坅voir鈥坈ette鈥坮elation sexuelle鈥坈ontre鈥坰on鈥坓r茅鈥? 芦Chaque fois qu鈥檌l y a un conflit, je lui lance cela en pleine figure. On n鈥檕ublie jamais ces choses-l脿禄, confie-t-elle. A l鈥檌nt茅rieur du鈥坢茅nage,鈥坙a鈥坴iolence r猫gne. Violence physique ou verbale, le couple se d茅chire, mais ni Wahiba ni Mohamed ne veulent divorcer. 芦Cette violence est la preuve d鈥檜n grand malaise dans le couple. Wahiba revit la m锚me sc猫ne avec son propre violeur lors des rapports sexuels. Ce couple ne pourra jamais vivre dans la s茅r茅nit茅禄, tranche Souad Taoussi. Le cas de Wahiba est exceptionnel, puisque les mariages arrang茅s entre violeurs et victimes ne durent jamais longtemps. Ou ne commencent m锚me pas.

A la recherche d鈥檜n statut

Nadia, elle, avait 17 ans quand elle a 茅t茅 victime de viol dans le domicile de Rachid, son cousin germain, qui avait le m锚me 芒ge qu鈥檈lle. Brillante 脿 l鈥櫭ヽole, Nadia s鈥檃ppr锚tait 脿 passer son baccalaur茅at. Ce ne sera finalement pas le cas. R茅sultat : une grossesse.鈥圠a famille de Nadia d茅pose鈥坧lainte鈥坋t鈥坙e鈥坖uge d鈥檌nstruction recommande au jeune homme de prendre pour 茅pouse sa victime, afin de sauver l鈥檋onneur des deux familles. Cette disposition est d鈥檃illeurs officialis茅e par le code p茅nal dans l鈥檃rticle 475, qui annule la peine d鈥檜n violeur de mineure qui accepte de prendre pour 茅pouse sa victime. Cela n茅cessite bien 茅videmment le consentement de鈥坙a鈥坒ille鈥坢ineure.鈥圡ais, 芦dans la majorit茅 des cas, l鈥檃dolescente n鈥檃 pas d鈥檃vis 脿 donner. C鈥檈st sa famille qui d茅cide 脿 sa place禄, explique Mme Taoussi. L鈥檃cte conclu, le jeune homme a 茅t茅 lib茅r茅. Mais il a toujours refus茅 de l鈥檃ccepter comme 茅pouse. Depuis qu鈥檈lle a accouch茅, Nadia ne sort plus de la maison de ses parents. Rachid a certes reconnu la paternit茅 du nouveau-n茅 et la petite fille, fruit du viol, a 茅t茅 inscrite 脿 l鈥櫭﹖at civil. Mais il n鈥檈ntretient aucun rapport ni avec Nadia, ni avec sa propre fille. 芦Le jeune homme a accept茅 la proposition du juge pour 茅chapper 脿 la prison. La fille mineure a fait de m锚me pour pr茅server l鈥檋onneur de la famille, mais ce couple n鈥檃 aucun avenir. D鈥檃illeurs, ils se refusent mutuellement禄, explique Me Zahia Ammoumou, avocate au barreau de Casablanca.

芦On r茅sume l鈥檈xistence de la fille 脿 son hymen. Sa vie, sa personnalit茅, son honneur, tout cela d茅pend de sa virginit茅禄, explique Mme Taoussi qui a travaill茅 pendant pr猫s de vingt ans鈥坰ur鈥坈ette鈥坱h茅matique. C鈥檈st donc pourquoi, dans le cas d鈥檜n viol, l鈥檕ption du mariage鈥坋st鈥坧lus鈥坬u鈥檈nvisageable.鈥埪獷n鈥坰e鈥坢ariant,鈥坙es jeunes filles viol茅es se cherchent un statut, un justificatif au regard de la soci茅t茅. Elles savent d鈥檃vance que le mariage ne va pas marcher, mais, au moins, ces victimes de viol seront consid茅r茅es comme divorc茅es, pas comme des femmes viol茅es sans aucun statut et sans aucune chance de trouver un autre parti. C鈥檈st qu鈥檃u Maroc, une femme ne peut 锚tre que c茅libataire donc vierge, mari茅e, divorc茅e ou veuve. Rien d鈥檃utre聽!禄, tranche Mme Taoussi. Le mot cl茅 dans toutes鈥坈es鈥坔istoires,鈥坈鈥檈st l鈥檋onneur. Une fille mineure victime d鈥檜n viol se marie pour 芦sauver son honneur聽et l鈥檋onneur de la famille禄. Et les parents鈥坣鈥檋茅sitent鈥坧as鈥埫 芦acheter le mariage禄 pour la fameuse setra et 茅viter le scandale et le d茅shonneur. En g茅n茅ral, la famille de la fille mineure viol茅e cherche un arrangement avec son violeur, particuli猫rement en milieu populaire et rural o霉 le sens de l鈥檋onneur est exacerb茅 au point de p茅tiner le droit humain鈥 surtout si le viol occasionne une grossesse.

芦Le tribunal consid猫re que le mariage est un moindre mal pour la famille de la victime. En fait鈥坰i鈥坙e鈥坴ioleur鈥坋st condamn茅, l鈥檈nfant fruit du viol n鈥檃ura jamais de statut. Et m锚me si le juge ordonne un test ADN et que le test est concluant, l鈥檈nfant ne se sera pas reconnu et sera toujours consid茅r茅 comme ill茅gitime, si le p猫re refuse de reconna卯tre la paternit茅. D鈥檕霉 l鈥檌nt茅r锚t du mariage selon l鈥檈sprit de la loi. L鈥檌mpact sur la principale concern茅e n鈥檈st jamais pris en consid茅ration禄, explique Me Ammoumou.鈥圕e鈥坢ariage鈥坋st d鈥檃illeurs synonyme de traumatisme pour la jeune fille. 芦Le violeur continue 脿 faire subir le viol 脿 sa victime apr猫s le mariage, par vengeance. Pour la simple raison qu鈥檕n l鈥檃 oblig茅 脿 conclure ce mariage. Et il ne l鈥檃 accept茅 que pour 茅chapper 脿 la prison. Il fait vivre l鈥檈nfer 脿 sa victime afin de la pousser au divorce禄, explique Mme Taoussi.鈥圖鈥檃utres鈥坒amilles concluent un march茅 pour un mariage 脿 dur茅e d茅termin茅e, afin que la jeune maman puisse 茅chapper au scandale, avoir un statut, et sauver l鈥檋onneur de la famille. Autre probl猫me de taille : les enfants du viol. Ce sont des enfants non d茅sir茅s, ni par les m猫res ni par les p猫res. Pour la m猫re l鈥檈nfant lui rappelle toujours le viol et les malheurs qu鈥檈lle a v茅cus. Parfois, les femmes victimes de viol abandonnent m锚me leurs b茅b茅s.

Le viol est toujours une affaire compliqu茅e

A travers ces histoires, l鈥檕n constate que tout tourne autour de l鈥檋onneur, du scandale, de ce que les autres vont dire, penser. Et la justice, avec ses articles de lois, ent茅rine cette triste r茅alit茅. Au lieu de qualifier l鈥檃cte d鈥檃ccusation comme viol, on parle plut么t d鈥櫬玜tteinte 脿 la pudeur sur une mineure avec violence ayant entra卯n茅 la d茅floration禄. D鈥檃illeurs, la d茅floration est consid茅r茅e comme circonstance aggravante du viol en r茅f茅rence 脿 un honneur bafou茅 et pris par la force. Encore une fois, le viol, selon l鈥檈sprit du code p茅nal actuel, porte atteinte 脿 la morale publique et aux familles. L鈥檌nt茅grit茅 physique et morale des victimes est rel茅gu茅e au second plan. Le viol est toujours v茅cu comme une honte par la victime et une source鈥坉e鈥坈ulpabilit茅.鈥圥ar exemple, une fille agress茅e physiquement n鈥檃ura aucun mal 脿 d茅noncer son agresseur et 脿 aller voir la police, porter plainte et se faire aider par les membres de sa famille. Mais quand elles sont victimes de viol, rares sont celles qui le font savoir. D鈥檃illeurs, dans le cas des violeurs en s茅rie, ce n鈥檈st que quand une victime se manifeste que les autres victimes font subitement leur apparition. Sauf quand le viol occasionne une grossesse. 芦Une femme est toujours consid茅r茅e comme responsable du viol qu鈥檈lle a subie. Si ce n鈥檈st pas sa tenue vestimentaire, c鈥檈st sa mani猫re de marcher, de regarder, de parler qui a provoqu茅 son propre viol禄, explique Mme Taoussi. Avant d鈥檃jouter聽: 芦Quand les femmes majeures se pr茅sentent chez les associations f茅minines ou dans les centres d鈥櫭ヽoute afin de parler du viol dont elles ont 茅t茅 victimes, nous leur conseillons tout simplement鈥坉e鈥坣e鈥坧as鈥坧orter plainte鈥坰i鈥坋lles鈥坣鈥檕nt鈥坧as鈥坉e preuves. Sinon, la plaignante risque d鈥櫭猼re poursuivie pour d茅bauche, particuli猫rement quand le pr茅sum茅 violeur d茅cide de nier. C鈥檈st pour cette raison que la majorit茅 des victimes n鈥檕sent m锚me pas en parler禄. C鈥檈st toujours 脿 la femme de prouver le pr茅judice subi et donc la contrainte, avec pr茅sentation de t茅moins. Ce qui rel猫ve de l鈥檌mpossible. 芦Le tribunal demande rarement une expertise m茅dicale quand la victime est majeure et quand il ne s鈥檃git pas de cas extr锚mes comme le viol collectif ou l鈥檌nceste. C鈥檈st pour cette raison que, dans la plupart des cas, les hommes sont innocent茅s禄, d茅plore Me Ammoumou. La mentalit茅 des juges et des policiers (qui refl猫te celle de la soci茅t茅) y est pour quelque chose. 芦Au lieu de chercher 脿 茅tablir la culpabilit茅 ou non du pr茅sum茅 violeur, les policiers et les juges d鈥檌nstruction concentrent leurs questions sur les m艙urs de la plaignante, sur ses rapports 茅ventuels avec le violeur, sur ses fr茅quentations. Tout est fait pour culpabiliser la femme禄, ajoute Mme Taoussi. Un changement de loi s鈥檌mpose d猫s lors, afin que l鈥檈sprit de la Moudawanna se refl猫te dans le code p茅nal. 芦Le code p茅nal, qui date de 1962, n鈥檈st pas con莽u pour prot茅ger les femmes des diff茅rentes formes de violence, notamment du viol. Annuler les poursuites p茅nales 脿 l鈥檈ncontre d鈥檜n violeur s鈥檌l consent 脿 茅pouser sa victime est une atteinte grave 脿 l鈥檌nt茅r锚t g茅n茅ral et aux droits鈥坔umains鈥坋n鈥坓茅n茅ral禄, conclut Me Ammoumou.

Pages: 1 2

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Le grand jeu pour rester Pr茅sident a vie en d茅pit de la volont茅 populaire

Read More →