Loading...
You are here:  Home  >  Actualités  >  Current Article

Syrie : A voir claire dans «l’obscure affaire» syrienne, le file de la conspiration impérialiste se dessine en filigrane (1)

By   /   31 mai 2012  /   No Comments

Le présent article est l’oeuvre de Mr. Mohamed ATKI

Il a été traduit de l’arabe par Sami Shérif

Déploiement de navires militaires américains en face des côtes syriennes à quelques centaines de miles

Ce qui se passe en Syrie ces jours-ci comme  explosions en séries, et comme massacres sanglants, en l’occurrence celui tout à fait récent et  horrible qui s’est produit à Hula près de Homs,  massacre qui a coûté la vie à des enfants de bas âges, ne confirme pas seulement la participation effective et directe des services spéciaux américains et sionistes, mais  atteste  également d’un acharnement presque visible de l’occident à vouloir en finir avec  le régime de Bachar al-Assad. Cet objectif atteint, les risques et les pertes dans la prochaine étape, celle de l’attaque contre l’Iran, seront réduits au minimum. Avec, l’affaiblissement de la Syrie, on obtiendra automatiquement celle du Hizboullah au Liban. L’Iran ainsi isolé, sera une proie facile et l’Etat sioniste n’aura pas à craindre des hostilités sur ses frontières.

Au fait, c’est une erreur ; sinon de l’amalgame  que de vouloir attribuer ces massacres au régime syrien, car il n’en a que faire dans ces circonstances où les israéliens et les puissances occidentales guettent toute occasion pour condamner ce régime et préparer et mobiliser l’opinion publique internationale pour  cautionner  une éventuelle attaque militaire pour son renversement.

Nous ne croyons pas que le régime syrien puisse être aussi stupide pour se laisser impliquer dans ce type de crimes meurtriers tels que ceux ayant frappé  les enfants de Hula. C’est dire, qu’il y a forcément des forces qui agissent en sous-mains pour envenimer encore les rapports entre syriens en renversant la situation de paix et de sécurité sociales et pour enfin précipiter une guerre civile dans le pays et transformer celui-ci en un Etat faible ne pouvant pas faire face au chaos qui s’en suivra.

Une partie assez importante de la presse et des médias arabes et occidentaux condamne d’une manière bruyante le régime syrien, n’hésite pas à lui endosser l’entière responsabilité des événements et s’efforce constamment de ternir son image et de  diaboliser le Président Bachar al-Assad.

Nous ne parlons pas ici bien sûr, des plumes payées et des canaux, à la fois arabes ou occidentaux, qui exécutent l’agenda de l’impérialisme américain et qui n’envisagent pas naturellement d’informer l’opinion publique de la réalité des évènements en Syrie, mais qui au contraire, cherche à déformer les faits, induire en erreur cette opinion publique et polluer les esprits par  la désinformation pour pouvoir consacrer l’idée que la Syrie est gouvernée par un dictateur sadique massacrant mêmes les enfants à bas âges.

Nous visons plutôt  les journalistes écrivant des articles et offrant des analyses se basant sur ce que leur rapporte  la propagande des médias sionisés  sans essayer de les décortiquer et se trouvent ainsi engagées; sans se rendre compte, dans une guerre médiatique contre la Syrie, une guerre montée en épingles par les américains et les sionistes.

Ce que nous disons au sujet de ces plumes nous le dirons également à propos de certains commentaires que l’on rencontre souvent sur les réseaux sociaux, en l’occurrence sur Facebook  et  dont les auteurs sont des pionniers de l’internet  consommant une quantité importante d’informations émanant des médias sans le moindre effort pour les traiter avec le sens critique et la vigilance intellectuelles requis pour en comprendre le soubassement idéologique. Ce phénomène, nous l’avons constaté surtout à propos de ce qui se passe en Syrie. La raison nous dicte de l’attribuer plutôt à l’insuffisance de la formation théorique chez ces personnes, insuffisance qui fait que des personnes puissent adopter des clichés tout faits et juger les choses à partir de leur aspects apparents et sans s’assurer de la véracité du contenu des messages reçus. C’est ainsi que ces personnes  peuvent devenir des proies faciles pour la désinformation, cet outil privilégié  qu’utilisent avec beaucoup de succès,  l’Administration américaine, le reste de l’Occident et Israël pour réaliser leurs  ambitions au Moyen et au Proche Orient.

La compréhension de cet imbroglio syrien dépendrait de notre point de vue d’un suivi rationnel  et d’ une perception objective  pour cerner ce qui s’y passe en s’assurant  du déroulement réel des faits loin de toute influence par ce qui est émis par les médias suspects, telle que la chaîne  qatarie Al-Jazira et celle des Saoudiens Al Arabiya. Cet effort pour comprendre la réalité de ce qui se passe en Syrie, devra éviter d’être conditionné par les images et les scènes confectionnées en sous-mains par des sites de communication acquis aux thèses sionistes et financés par les pays pétroliers du Conseil de Coopération du Golf. C’est au moyen de ces outils méthodologiques que la compréhension des mécanismes de la propagande occidentale  sera possible et que la liaison puisse être établie entre ces évènements et les ambitions de l’impérialisme et du sionisme, ainsi qu’avec leurs machinations dévoilées.

« A la lecture de l’histoire des guerres menées à travers le monde par les USA »,  dira Michel Colan, un grand journaliste anti-impérialiste des médias belges, il nous est permis de constater que « toute ces agressions armées ont être précédées par des guerre mensongères  utilisant la désinformation dans tous ses aspects ( le mensonge, la  dissimulation et la rétention de l’information) pour cacher les objectifs réels de ces agressions ».

Parallèlement à ce qu’inspirerait le mensonge des médias, nous arrivons à tirer profit de l’histoire sanglante des guerres des USA qui;  à chaque fois qu’ils veulent déclencher une guerre civile dans un pays,  procèdent préalablement  à la livraison d’armes à des milices montées en sous-main et mises sous le contrôle directe de l’un de leur organisme de renseignement (CIA en l’occurrence). Ces milices se mettent immédiatement à la sale besogne en  commettant des  massacres et des actes terroristes dont on attribue automatiquement  la responsabilité  au régime à abattre. C’est ainsi qu’on réunisse les conditions propices à une éventuelle intervention militaire sans attirer le moindre soupçon.

En général, il ya de multiples mécanismes et techniques utilisées par les puissances occidentales et principalement par les USA pour la diabolisation de tout système ne répondant pas aux ambitions de l’impérialisme et refusant de se conformer à son agenda et à ses exigences. Ces mécanismes et ces techniques sont tellement perfectionnées et leurs formes, ainsi que leurs instruments peuvent recouvrir des aspects complexes et appellent à elles seules une étude spécifique. Nous nous proposons d’y revenir dans un proche avenir.

Dans le cas syrien, tout au début des évènements, nous avons constaté que l’Amérique a profité de l’indignation du public et de l’interdiction par le régime d’un certain nombre de  manifestations, semblables à celles  qui ont eu lieu dans presque tous les pays arabes et avait incité le reste de ses alliés occidentaux à condamner la Syrie sur le volet des violations des droits de l’homme. Un travail acharné avait suivi cette action en agissant sur les médias de grande audience en particulier sur la chaîne qatarie Al-Jaziraet  et consistant à amplifier les évènements. La machine s’est mise à l’œuvre en symbiose avec l’activité accomplie dans le même sens par les occidentaux. Cette chaîne avait au départ transmis des scènes truquées ou fabriquées en toute pièces, parfois reprises des archives médiatiques sur la guerre en Irak et réadaptées pour qu’elles puissent servir aux visées diaboliques du régime qatari. Cette diffusion de ce type de scènes qui continue jusqu’à présent, est relayée par d’autres canaux de médias arabes et occidentaux.  La vérité de cette machination  d’ampleur internationale s’est révélé au grand jour surtout après la démission du journaliste Ghassan Ben Jaddou  qui s’est révolté contre l’impartialité de la ligne journalistique de la chaîne incriminée l’ayant rendue non objective et tout à fait biaisée. Par la suite, est venue pour mettre en évidence cette vérité,  la révocation du Président de cette chaîne  M. Waddah Khanfar et son remplacement par un prince de la famille régnante.

Suite à l’échec retentissant essuyé au Nations-Unies pour faire passer une résolution autorisant une intervention militaire internationale en Syrie à la suite du double véto russe et chinois, les occidentaux,  qui avec la complicité de leurs alliés du Golf, avaient déjà armé nombre de milices, se sont dit en droit d’organiser des réseaux pouvant faire passer des armes au profit de la soi-disante opposition et certains groupes de soldats prétendant être des dissidents de l’armée syrienne.  La réalité, c’est que lesdites milices ainsi que des groupes islamistes proches d’Al-Qaïda,  étaient déjà à l’œuvre pour préparer et exécuter les actes terroristes  conformément aux objectifs initialement tracés par les américains et les sionistes et auxquels les régimes réactionnaires des Etats limitrophes collaborent, comme ils nous ont habitués à le faire à chaque fois que les occidentaux essaient d’accomplir une action dans la région arabe. Ces régimes, qui ont vécu durant toute leur vie dans la peur des courants nationalistes arabes et qui ont contribué à l’invasion, à la destruction de l’Irak et à la chute du pouvoir du parti Baasiste dans ce pays, ne demandent  à présent que la disparition du régime syrien. De fait, ces pays avec une assistance logistique américaine avaient armé nombre de groupuscules  dits islamistes avant même qu’il ne soit fait appel au Conseil de Sécurité de l’ONU. C’est ainsi que le discours émis après le vote négatif du Conseil de Sécurité  par ces régimes, sur l’éventualité d’armer l’opposition syrienne n’était en  réalité  qu’un trompe-l’œil  et un camouflet de propagande malveillante pour éloigner tout soupçon quant à leur responsabilité dans les évènements tragiques qui se sont produits sous nos yeux.

Avec ce caractère récurrent de actes terroristes se produisant presque au quotidien et ces massacres répétitifs, surtout celui ayant visé les enfants de la localité de Hula, nous nous rendons compte qu’une agression se prépare en instrumentalisant les Nations-Unies pour éliminer le régime syrien ayant toujours refusé les exigences occidentales.  Ce projet qui s’annonce à présent, est d’ores et déjà  ficelé. Il consistera dans un premier temps à renverser l’actuel régime et dans un deuxième  à  installer un gouvernement avec Borhane Ghalione, l’homme acquis totalement aux thèses occidentales et avec les amis de celui-ci au prétendu  « Conseil National Syrien ». A présent, ce conseil,  menaçant d’implosion de l’intérieur en raison des divergences de ses membres, ne cesse  de  recevoir pour prolonger sa vie jusqu’au moment ultime,  des millions de dollars de la part des régimes vendus du Golf et de la par de quelques puissances impérialistes pour précipiter la le pays dans la guerre civile..!

Notre responsabilité en temps qu’opinion publique et militants anti-impérialistes est d’affronter ces mensonges  médiatiques et de révéler l’aspect  cyniques  des objectifs  des forces manœuvrant contre la Syrie ; ainsi que de condamner tous ceux qui participent à la campagne de désinformation sournoise menée par des prétendus théologiens musulmans des canaux satellitaires, comme Al Kardawi ,  les Cheikhs saoudiens, certains stars de la chanson, les différents  journalistes  inconscients et  peu scrupuleux et sans dignité, les analystes politiques et les élites corrompues qui ont  préféré donner leur allégeance aux américains et aux sionistes.  Nous devons en même  temps exprimer notre profonde gratitude et notre grand respect à l’endroit de l’opposition national syrienne qui a mis les intérêts nationaux au dessus de toute autre considération,  et ce, tout en refusant  d’être l’otage des gouvernements étrangers et tout en adoptant une lutte plutôt pacifique pour réaliser le changement souhaité.

Mohamed ATKI

Traduit de l’arabe  par Sami Shérif

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Les problèmes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’époque des Idrissides

Read More →