Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Tunisie : un second assassinat politique affaiblissant encore le gouvernement tenu pour responsable de la d茅t茅rioration de la situation

By   /   27 juillet 2013  /   No Comments

Leaders tunisiens assassin茅 en 2013

Leaders tunisiens assassin茅 en 2013

L鈥檃ssassinat odieux de l鈥檃ctiviste patriote tunisien Mohamed Brahmi intervient 脿 moment crucial de l鈥檋istoire de la r茅volution tunisienne et de celle des 茅v茅nements gravissimes qui se passent en Syrie, en Egypte et en Irak.

C鈥檈st le troisi猫me assassinat politique qui se produit depuis la fuite du dictateur Ben Ali et le remplacement de son r茅gime par la tro茂ka qui doit g茅rer provisoirement le pays en attendant qu鈥檜ne nouvelle constitution soit promulgu茅e et que des 聽茅lections l茅gislatives et pr茅sidentielles soient organiser pour la mise en place des institutions poste r茅volutionnaires.

La ressemblance des circonstances du d茅roulement de ces trois meurtres, le fait qu鈥檌ls aient concern茅 des personnalit茅s dont les convictions politiques et le militantisme les pla莽aient plut么t dans un m锚me courant de pens茅e, celui anti-islamiste et le fait qu鈥檌ls

Mohamed Bel Moufti bless茅 脿 mort par les forces de l'ordre

Mohamed Bel Moufti bless茅 脿 mort par les forces de l’ordre

se sont produits 脿 un moment o霉 ce sont les islamistes d’Ennahda qui m猫ne le gouvernement de transition, attestent qu鈥檜ne seule main 茅tait derri猫re et que la Tunisie risque fort bien de voir nombre d鈥檃utres opposants 脿 l鈥檃ctuel r茅gime 茅limin茅s par le m锚me proc茅d茅 dans les semaines qui viennent鈥

Ce soir-m锚me alors que nous mettions cet article sur le web, une d茅p锚che nous est parvenue de Gafsa annon莽ant la mort d’un autre militant du Front Populaire, Mr. Mohamed Bel Moufti suite 脿 des blessures au niveau de la t锚te, caus茅es par un projectile lanc茅 par les forces de l’ordre sur la victime. La situation s茅curitaire en Tunisie commence ainsi 脿 prendre une allure jamais connue dans le pays au temps de la dictature et menace encore de gagner en gravit茅.

Ce risque tout 脿 fait possible aux yeux de plusieurs observateurs, incite nombre de citoyens tunisiens 脿 avoir des doutes quant 脿 la volont茅 du gouvernement islamiste d鈥櫯搖vrer pour l’int茅r锚t聽de tout les tunisiens聽 et le soup莽onnent de vouloir consacrer seulement la strat茅gie d’Ennahda. Plus grave encore, nombreux 脿 pr茅sent ceux qui accusent directement ce mouvement de 芦continuer 脿 prot茅ger les assassins de Chokri Belaid, de contribuer 脿 la propagation de la violence, du terrorisme intellectuel et politique et de semer la discorde pour pr茅server ses propres int茅r锚ts禄.聽Hamma Hammami, porte-parole du Front populaire, appelle d’ores et d茅j脿 芦les Tunisiens, de toutes les r茅gions, 脿 la d茅sob茅issance civile jusqu’脿 la chute de la coalition au pouvoir et 脿 la dissolution de l’Assembl茅e nationale constituante禄.聽

Dans un communiqu茅 publi茅 le jeudi 25 juillet, le Parti des travailleurs impute la responsabilit茅 de l’assassinat de Mohamed Brahmi, coordinateur du courant populaire, au r茅gime au pouvoir, gouvernement, pr茅sidence, ANC et Tro茂ka.聽Il recommande aux composantes de la soci茅t茅 civile d’entamer des concertations en vue de la formation d’un gouvernement de salut national qui dirigera la Tunisie et engagera des pr茅paratifs pour l’organisation des 茅lections libres et d茅mocratiques.聽聽

Nous publions ci-dessous, un 茅loquent article que nous avons emprunt茅 脿 notre confr猫re Tunisie-Focus et qui met beaucoup de lumi猫res sur ce qui s鈥檈st pass茅 depuis l鈥檃ssassinat du grand militant Choukri Balaid et sur les circonstances qui ont 茅t茅 celles de ces聽odieux聽meurtres .

Explosif : Toute la v茅rit茅 sur l鈥檃ssassinat de Mohamed Brahmi

et sur le terroriste Boubaker el-Hakim

Par聽Karim ZMERLI

Lotfi Ben Jeddou, le ministre de l鈥橧nt茅rieur, n鈥檃 pas dit toute la v茅rit茅 sur les assassins de Mohamed Brahmi. Ou bien il prend les Tunisiens pour des idiots, ou bien il est idiot lui-m锚me, ou bien encore il travaille plus pour Ennahda que pour la Rans 茅publique. Pourquoi Mohamed Brahmi a 茅t茅 tu茅 ? Pourquoi c鈥檈st seulement maintenant qu鈥檕n r茅v猫le l鈥檌dentit茅 des assassins de Chokri Bela茂d ? Pourquoi n鈥檕nt-ils pas 茅t茅 arr锚t茅s avant de commettre ce second crime politique ? Qui est r茅ellement Boubaker el-Hakim et o霉 se trouve t-il ? Depuis jeudi, beaucoup d鈥檌nformations et de d茅sinformations, des analyses logiques et des 茅lucubrations d茅biles inondent les r茅seaux sociaux. Voici notre synth猫se et nos r茅v茅lations, afin que nos lecteurs puissent y voir plus clair et d茅couvrir toute la v茅rit茅.

C鈥檈st demain samedi, 27 juin 2013, qu鈥檃uront lieu les fun茅railles de Mohamed Brahmi, qui a 茅t茅 assassin茅 devant chez lui, en plein jour. Il sera enterr茅 脿 c么t茅 d鈥檜n autre d茅funt, Chokri Bela茂d, qui a 茅t茅 abattu par le m锚me gang islamo-terroriste. Cet 茅lu d鈥檜ne Assembl茅e constituante dont il aurait d没 d茅missionner depuis longtemps, tant ses positions 茅taient aux antipodes de ce conglom茅rat d鈥檕pportunistes, est parti tr猫s jeune, en laissant la Tunisie seule devant son destin.

Qui 茅tait Mohamed Brahmi聽?

N茅 en 1955 脿 Sidi Bouzid, Mohamed Brahmi 茅tait beaucoup plus un panarabe nass茅riste qu鈥檜n gaucho-trotskiste. Il 茅tait membre des Etudiants arabes progressistes et unionistes jusqu鈥檈n 2005, date 脿 laquelle il a d茅cid茅 de cr茅er le Mouvement unioniste nass茅riste, un organe travaillant dans la clandestinit茅. Apr猫s la chute du r茅gime Ben Ali, il cr茅a le Mouvement du peuple, au nom duquel il a 茅t茅 茅lu 脿 l鈥橝ssembl茅e constituante, y repr茅sentant la r茅gion de Sidi Bouzid, la ville dont les cybers-collabos et les mercenaires des Etats-Unis ont exploit茅 la col猫re sociale pour d茅stabiliser la Tunisie. Mohamed Brahmi est un vieux militant qui a 茅t茅 arr锚t茅 en 1981 et en 1986, mais qui a 茅t茅 rapidement rel芒ch茅 en b茅n茅ficiant d鈥檜n non-lieu. Il appartient 脿 une famille modeste mais digne, 脿 l鈥檌nverse de la tribu de Mohamed Bouazizi.

Pourquoi a-t-il 茅t茅 assassin茅聽?

Il a 茅t茅 parmi les tous premiers 茅lus 脿 critiquer violemment les repr茅sentants d鈥橢nnahda au sein de cette Assembl茅e intellectuellement arri茅r茅e et moralement infecte. Parmi les premiers aussi 脿 s鈥檈n prendre aux opportunistes du CPR et d鈥橢ttakatol, dont celui qui fait office de pr茅sident de l鈥橝ssembl茅e constituante, l鈥檌nqualifiable Mustapha Ben Jaafar. Il a eu l鈥檃udace de dire, 脿 la face de tous ces coll猫gues 芦聽茅lus聽禄 et visc茅ralement accroch茅s 脿 leur 4700 dinars mensuel, que les 茅lections du 23 octobre 2011 ont 茅t茅 trafiqu茅. Mais l脿 o霉 Mohamed Brahmi a d茅pass茅 les lignes rouges, c鈥檈st lorsqu鈥檌l a courageusement d茅nonc茅 la mainmise du Qatar sur la Tunisie, n鈥檋茅sitant pas 脿 d茅noncer les traitres d鈥橢nnahda et du CPR. D猫s lors, son nom a rejoint la liste des personnalit茅s 脿 abattre.

Qui l鈥檕nt tu茅聽?

Leurs noms ont 茅t茅 communiqu茅s par le ministre de l鈥橧nt茅rieur lors de sa conf茅rence de presse, tenue aujourd鈥檋ui m锚me. Il s鈥檃git de Boubaker el-Hakim, Lotfi Zine, Salman Marrakchi, Marwan Belhadj-Salah, Ezzeddine Abdelwali, Ali Herzi, Ahmed Rouiss et Kamel Ghadghadi. Il se trouve que Marwan Belhadj-Salah a 茅t茅 bel et bien tu茅 en Syrie, 脿 Halep, o霉 il a 茅t茅 accomplir son 芦聽devoir聽禄 de djihadiste, apr猫s avoir pris part 脿 l鈥檃ssassinat de Chokri Bela茂d. Il a pu quitter la Tunisie gr芒ce au r茅seau mafieux et terroriste de Sa茂d Ferjani et Abdelhakim Belhadj. Si ce ministre de l鈥橧nt茅rieur cens茅 assurer la s茅curit茅 des Tunisiens 茅tait comp茅tent, il aurait su que 聽Marwan Belhadj-Salah, plus connu sous le nom 芦聽Abou Ismail Al Farouk Attounsi聽禄 et originaire du Kram, est d茅c茅d茅 fin juin 2013 en Syrie lors d鈥檃ffrontements entre l鈥檃rm茅e arabe syrienne et l鈥檃rm茅e des traitres et des mercenaires islamo-atlantistes聽!

Pourquoi ces criminels n鈥檕nt pas 茅t茅 arr锚t茅s avant聽?

C鈥檈st la question que tout le monde se pose et 脿 laquelle Lotfi Ben Jeddou a eu du mal 脿 r茅pondre. Le ministre de l鈥橧nt茅rieur a reconnu lui-m锚me que ce gang 茅tait 芦聽sous la surveillance de la police depuis quelque temps聽禄, parce qu鈥檌ls sont les auteurs de l鈥檃ssassinat de Chokri Bela茂d聽! Autrement dit, nous savions qu鈥檌ls ont commis un meurtre politique, mais nous les avons laiss茅 en libert茅鈥n attendant on ne sait quoi. Pourtant, depuis la mort de Chokri Bela茂d le 6 f茅vrier dernier, la pression nationale et internationale 茅tait tr猫s forte pour savoir qui a tu茅 cet homme politique. Alors pourquoi un tel laxisme et mutisme聽? Tunisie-Secret vous donne la r茅ponse聽: parce que ce groupe de terroristes devait encore servir 脿 quelques op茅rations noires et parce que leur arrestation risquait de d茅voiler les noms des commanditaires, tous en connexion directe ou indirecte avec Ennahda. Plus grave encore 鈥揺t c鈥檈st l脿 notre r茅v茅lation- sur les neuf terroristes cit茅s par le ministre de l鈥橧nt茅rieur, trois ont b茅n茅fici茅 de la gr芒ce pr茅sidentielle. A savoir聽: Lotfi Zine, Ali Herzi et Ahmed Rouiss. Cette r茅v茅lation est parfaitement v茅rifiable au registre des amnisti茅s tenu par le minist猫re de la Justice.

A qui profitait l鈥橭merta聽?

Tenir secret les noms des assassins de Chokri Bela茂d arrangeait donc tout le monde聽: Rached Ghannouchi, celui qui avait d茅clar茅 que les 芦聽salafistes violents lui rappellent sa jeunesse聽禄, Moncef Marzouki qui, depuis que les islamistes l鈥檕nt install茅 脿 la pr茅sidence, a lib茅r茅 17000 criminels, les 8000 restants ayant 茅t茅 amnisti茅s avant le 23 octobre 2011, et enfin le ministre de l鈥橧nt茅rieur lui-m锚me, qui se la joue r茅publicain alors qu鈥檌l est aux ordres d鈥橢nnahda. Ce trio mafieux a d茅cid茅 de sacrifier le gang en question parce que la pression de l鈥檕pinion publique et de la classe politique est devenue insupportable et dangereuse compte tenu des 茅v茅nements en Egypte. Il fallait bien faire une petite concession pour 茅viter le pire. Cette concession devait 锚tre faite le 25 juillet, non sans avoir pris les pr茅cautions d鈥檃lerter ce groupe terroriste pour qu鈥檌l disparaisse dans la nature et pour certains, 脿 l鈥檈xt茅rieur de la Tunisie. C鈥檈st le cas du chef de gang, Boubaker el-Hakim.

D茅j脿 en 2005, Lib茅ration retra莽ait le parcours terroriste de Boubaker el-Hakim

C鈥檈st un extrait de l鈥檃rticle de Patricia Tourancheau, titr茅 芦聽Destination fatale聽禄 et publi茅 dans Lib茅ration le 22 f茅vrier 2005聽: Le 11 juin 2004, la Direction de la surveillance du territoire (DST) retrouve la trace des fr猫res El-Hakim… en Irak par un SMS adress茅 脿 un activiste de la mosqu茅e Iqra de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) : 芦Le groupe est bien arriv茅. Je vous contacterai si j’ai besoin d’aide.禄 Depuis la reprise de l’Intifada dans les territoires palestiniens, les policiers avaient not茅 une radicalisation des esprits dans le XIXe arrondissement de Paris et quand l’intervention militaire am茅ricaine en Irak rallie, le 29 mars 2003, 100 000 manifestants 脿 Paris, les Renseignements g茅n茅raux rep猫rent 芦un groupe de jeunes du XIXe tr猫s engag茅s et virulents鈥 Ils remarquent particuli猫rement les fr猫res El-Hakim en djellaba et keffieh, sans savoir que l’a卯n茅 Boubakeur 茅tudie dans un institut islamique en Syrie et que le cadet Redouane va lui embo卯ter le pas. Puis, ils les perdent de vue. Le SMS leur apporte la preuve que des jihadistes fran莽ais se trouvent en Irak. Bient么t, la DST apprend que Redouane el-Hakim, 19 ans, a 茅t茅 tu茅 le 17 juillet 2004 lors de combats 脿 Fallouja, bombard茅 par les Am茅ricains. A la m锚me 茅poque, son fr猫re Boubakeur, 23 ans, se fait attraper 脿 la fronti猫re syro-irakienne, sans passeport. Dans une petite cit茅 tranquille du bassin de la Villette, leur s艙ur a卯n茅e Khadija entrouvre sa porte, rajuste son foulard et, debout dans l’encoignure, d茅verse sa col猫re contre les m茅dias, la DST, les autorit茅s fran莽aises. Elle s’emporte contre les versions officielles : 芦Redouane n’est pas parti en Irak, mais en Turquie au printemps 2004 pour acheter des v锚tements.禄鈥 C’est dans ce coin du XIXe que la m猫re, les trois fils et deux filles El-Hakim sont arriv茅s en 1998 芦tous habill茅s 脿 l’europ茅enne禄. Apr猫s la faillite de son 茅choppe de restauration rapide 脿 Saint-Denis, Redouane plus vers茅 dans la boxe que dans les affaires, a vendu des v锚tements sur les march茅s avec son fr猫re a卯n茅. De Boubakeur en d茅tention en Syrie depuis huit mois, Khadija dit que c’est 芦parce qu’il avait perdu ses papiers禄. Leur m猫re, partie 脿 Damas d茅bloquer la situation, a retrouv茅 son passeport avec son visa, les a apport茅s 脿 l’ambassade de France qui 芦ne fait rien pour r茅cup茅rer mon fr猫re禄, s’insurge Khadija鈥 Quand la guerre 茅clate en Irak en mars 2003, 芦le Croissant rouge (organisation humanitaire, ndlr) 脿 Damas explique aux 茅tudiants que les Irakiens ont besoin d’aide : plusieurs jeunes dont Boubakeur y sont all茅s pour porter secours, pas pour combattre禄, raconte-t-elle. Au Grand H么tel de Bagdad, les passeports de ces petits soldats de 芦l’humanitaire禄 auraient 茅t茅 芦r茅quisitionn茅s禄. Et Boubakeur interpell茅 une premi猫re fois sans papiers 脿 la fronti猫re sur le chemin de Damas, a 茅t茅 renvoy茅 en France. Apr猫s ce retour forc茅 脿 Paris, il se marie, travaille sur les march茅s 芦pour payer son billet d’avion 600 euros et ses 茅tudes qu’il a laiss茅es en suspens 脿 Damas car la bourse ne suffit pas禄. Boubakeur el-Hakim repart au printemps 2004, avant l’accouchement de sa femme qui doit le rejoindre. Il est intercept茅 en partance pour la nouvelle terre de jihad. Toujours plant茅e sur le pas de sa porte, Khadija jure le contraire, avec aplomb : 芦Ce n’est pas pour le jihad que mes deux fr猫res sont all茅s l脿-bas.禄 Quand on 茅voque l’int茅grisme ou le salafisme, elle tranche : 芦莽a n’existe pas. Il y a une religion, l’islam et un livre, le Coran, c’est tout.禄

Boubaker el-Hakim n鈥檈st pas mort et il se trouve quelque part en Libye

N茅 脿 Paris le 1er聽ao没t 1983, de parents tunisiens, Boubaker el-Hakim est un terroriste notoire dont l鈥檃ncien r茅gime de Ben Ali avait demand茅 l鈥檈xtradition par le biais d鈥橧nterpol (6 mai 2001). Les services tunisiens l鈥檕nt rep茅r茅 par rapport 脿 son gourou, un certain Farid Benyettou, chef du 芦聽groupe des Buttes-Chaumont聽禄 et membre d鈥橢nnahda. Il a 茅t茅 mis 聽en examen et 茅crou茅 脿 Paris en janvier 2005, parce qu鈥檌l 茅tait consid茅r茅 par les enqu锚teurs comme le chef spirituel et recruteur du groupe de jeune parisiens qui cherchaient 脿 rejoindre le djihad en Irak. Le 4 juin 2005, Boubaker el-Hakim – dont le fr猫re Radwan, 19 ans, a 茅t茅 tu茅 en juillet 2004 en Irak -, a 茅t茅 mis en examen pour 芦聽association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste聽禄 par le juge de la section anti-terroriste du Parquet de Paris, Jean-Fran莽ois Ricard. Il a ensuite 茅t茅 plac茅 sous mandat de d茅p么t par un juge des libert茅s et de la d茅tention (JLD), conform茅ment aux r茅quisitions du parquet. En 2008, il a 茅t茅 condamn茅 脿 8 ans de prison ferme. Il n鈥檈n a fait que quatre, puisqu鈥檌l a 茅t茅 rel芒ch茅 en d茅cembre 2012. Comme d’autres pays europ茅ens, la France voulait se d茅barasser de sa racaille islamo-terroriste. Deux semaines apr猫s sa lib茅ration, il est rentr茅 en Tunisie聽! Moins de deux mois apr猫s son retour, il a particip茅 脿 l鈥檃ssassinat de Chokri Bela茂d, le 6 f茅vrier 2013聽! D鈥檃pr猫s nos informations, il se trouve actuellement en Libye.

L鈥檌mplication d鈥橧med Da茂mi, secr茅taire g茅n茅ral de ce qui reste du CPR

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Imed Da茂mi est, comme les 95% qui constituent le CPR, un islamiste recycl茅 dans la vitrine droit-de-l鈥檋ommiste d鈥橢nnahda, 脿 savoir le parti de Moncef Marzouki. Ce visage 芦聽innocent聽禄 cache un dangereux f茅d茅rateur d鈥檃ctivistes qui rallient le grand banditisme au militantisme islamo-c茅p茅riste. 芦聽聽C’est vous qui avez donn茅 1.800.000 dinars 脿 la s茅curit茅 parall猫le et 脿 des associations louches et terroristes聽禄,聽lui avait lanc茅, sur les ondes de Shems FM, le redoutable Lazhar Akremi, avocat, ex-secr茅taire d’Etat aupr猫s du ministre de l’Int茅rieur charg茅 de la R茅forme des services de s茅curit茅, et actuel porte-parole de Nida Tounes. Lazhar Akr茅mi avait raison et savait de quoi il parlait. Imed Da茂mi est l鈥檜n des mercenaires du Qatar, principal soutien des Fr猫res musulmans et et robinet financier du djihadisme teroriste, y compris celui d鈥橝l-Qa茂da. Le 2 juillet dernier, Imed Da茂mi s’est envol茅 脿 Doha en compagnie de Rached Ghannouchi. Comme l鈥檃 茅crit Business News, 芦聽Le CPR n’a publi茅 aucune information sur l’objet de cette mission bien sp茅ciale et sur ses r茅sultats. Les lecteurs imaginent bien ce que M. Da茂mi est all茅 chercher chez les Al-Thani聽禄. Mais comme ne le sait pas encore notre confr猫re, Imed Da茂mi est ami sur facebook avec Ahmed Rouissi et Lotfi Zine, les deux terroristes impliqu茅s dans l鈥檃ssassinat de Chokri Bela茂d et Mohamed Brahmi, et dont les noms figurent sur la listes des amnisti茅s par Moncef Marzouki 聽!!!

Karim Zmerli

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →