, ,

Syrie : la réplique d’Israël à l’attaque contre le port militaire d’Eilat

Port d'Eilat sur la mer d'Aqaba
Port d'Eilat sur la mer d'Aqaba
Port d’Eilat sur la mer d’Aqaba

Par Sami SHERIF

Il n’est plus un secret pour personne que ce qui se passe au Proche-Orient est un combat minutieusement organisé pour garantir la sécurité de l’entité sioniste pour une longue période, sinon définitivement. Le morcellement de la Syrie en plusieurs émirates concurrentes, que visent les USA et leurs alliés locaux (Israël, l’Arabie Saoudite et le Qatar)  et l’implosion éventuelle de l’Irak déjà préparé à l’éclatement par les américains eux-mêmes, finiront par assurer à Israël non seulement la paix pour l’avenir, mais aussi la possibilité de s’introduire encore plus dans la région et de s’imposer ainsi comme une puissance régionale qui aura son mot à dire quant aux réaménagements et à la structuration futurs de tout le Moyen-Orient.

Cependant, la détermination des forces de résistance à ce projet occidentalo-khalijite et  l’incapacité de l’ennemi à remporter dans l’immédiat une victoire stratégique décisive l’obligent à revoir ses tactiques et à envisager d’autres frappes du territoire syrien pour affaiblir cette détermination et arracher des succès même  partiels sur le terrain.

C’est une frappe de ce genre qu’Israël a exécutée à l’aube du vendredi 5 \ 7 \ 2013 à Lattaquié, par mer et par air sans tirer le moindre avantage notable, mais où elle a perdu plus qu’elle n’en a récolté. Voyons le scénario, dont la partie essentielle a été éludée par la presse et les chaînes américaines qui en ont parlé :

– le vendredi une explosion d’une ampleur sans précédent a secoué un dépôt de minutions (Fusées très sophistiquées venant d’être réceptionnées par l’armée israélienne) dans le port israélien d’Eilat ; et juste après quelques minutes,

– l’attaque par Israël d’un dépôt appartenant à l’armée syrienne dans les environs de Lattaquié, attaque qui a été exécutée par un destroyer et un avion F16.

L’attaque du port israélien d’ d’Eilat par un commando d’élites arabe, a donné lieu à d’énormes explosions signalées immédiatement par CNN, l’agence AFP et le journal Yediot Aharonot qui ont par la suite retiré l’information sans s’expliquer sur les motifs de cette volte-face.  Des sources syriennes ont indiqué que ce matin à l’aube, une unité d’élite s’est approchée de la cible qui n’était que des hangars où des missiles récemment fournis par les américains et les a détruits provoquant ainsi des explosions en séries avec des incendies ayant été visibles plusieurs kilomètres plus loin.  L’unité s’est retirée saine et sauve de la zone sans enregistrer la moindre perte.

Juste quelque minutes après, une réunion d’urgence du gouvernement de crise a eu lieu à Tel-Aviv et a décidé d’opérer immédiatement une réplique à l’attaque organisée par l’armée syrienne et le Hezbollah. C’est ainsi qu’un navire de guerre israélienne stationné au large de Chypre s’est approché des eaux territoriales syriennes avec comme éclaireurs des drones armés ainsi qu’un avion F16. Celui-ci a été immédiatement détruit par un missile tiré d’une péniche militaire syrienne. Le destroyer  sioniste a lancé 7 missiles Cruz détruisant en entier un dépôt de munitions contenant essentiellement des barils d’explosifs utilisés par l’Armée de l’Air syrienne.

Cette attaque par laquelle Israël voulait se venger a été plutôt une catastrophe pour l’armée de l’air sioniste qui ne manquera sûrement pas dans les prochains jours d’effectuer des raids sur la Syrie et sur les bases du Hizbollah au Liban, ne serait-ce que pour remonter le moral de ses troupes, qui doit avoir été profondément affecté par l’attaque réussie contre le port militaire d’Eilat.

Sami Shérif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Algérie : l’Etat choisit l’option de l’escalade avec le Maroc

Maroc/Espagne : la visite du Roi Juan Carlos est celle de la pérennité des relations amicales entre les deux voisins