Loading...
You are here:  Home  >  Art & Culture  >  Current Article

Maroc : regards d’un grand penseur ind茅pendant sur la presse, Al Bayane comme exemple

By   /   24 juin 2013  /   No Comments

Voyons l鈥檕rgane du parti du progr猫s et du socialisme !聽

Le Professeur Mohamed Ennaji

Le Professeur Mohamed Ennaji

Par Mohamed ENNAJI

Les vieux rituels touchant aux annonces des r茅unions des partis communistes sont toujours l脿. Al-Bayane affiche ainsi 脿 la Une, une r茅union du bureau politique pour un anniversaire du parti. Seul d茅tail de taille : le PPS n鈥檈st pas le PC chinois dont le gigantisme et le nombre de d茅l茅gu茅s peuvent expliquer, dans une certaine mesure, la solennit茅. Mais le ridicule ne tue personne dans une organisation o霉 la lutte des classes n鈥檈st m锚me plus de l鈥檕rdre du souvenir. Mais lisons attentivement : Al Bayane annonce en grande pompe le d茅part des festivit茅s comm茅moratives du 70 anniversaire du parti. Le ramadan est la date choisie, il faut bien s鈥檌nscrire dans le contexte quand on est dans un gouvernement dirig茅 par des islamistes. Les symboles choisis pour la communication sont 茅loquents. Il s鈥檃git de gagner un public et le manifeste communiste n鈥檈st plus 脿 l鈥檕rdre du jour. Rien n鈥檈st laiss茅 au hasard car ce ne sont plus des penseurs mat茅rialistes qui ont en charge de pr茅parer les plateformes des d茅bats mais les communicants de l鈥檕rdre nouveau. 70e anniversaire oblige : le chiffre sept est magique et rejoint l鈥檌nterpellation du ramadan et donc le lexique religieux. Sept fait r茅f茅rence aux sept cieux et au-del脿 脿 Dieu le p猫re.

Le PPS s鈥檌nscrit ainsi dans la hi茅rarchie pyramidale qui confine le peuple au bas de l鈥櫭ヽhelle. Le chiffre d茅signe la totalit茅 des ordres plan茅taires, la totalit茅 des demeures c茅lestes, chez les Egyptiens il 茅tait le symbole de la vie 茅ternelle. Le PPS sait concocter ses r茅f茅rences : les Chinois organisaient leurs f锚tes populaires le septi猫me jour. Qu鈥檕n se le tienne donc pour dit, nous sommes bien dans une obsession de l鈥櫭﹖ernit茅. Le parti a le sens de la dur茅e. C鈥檈st nous qui n鈥檃vions pas les yeux pour voir : le fqih Ali Yata revendiquait d茅j脿 ses symboles. Aujourd鈥檋ui, nous prenons conscience que cette revendication ne relevait pas que du compromis, elle 茅tait bien d鈥檕rdre structurel. Il y a ainsi une l茅gitimit茅 dont les chefs actuels peuvent se pr茅valoir : la r茅f茅rence 脿 l鈥檌slam n鈥檈st pas 茅trang猫re au parti du socialisme, elle peut l鈥檌llusionner sur son avenir aujourd鈥檋ui que le bateau est 脿 la d茅rive et que les matelots sont sans capitaine qui sait scruter l’horizon. On peut faire miroiter le mirage du paradis, psalmodier des versets au lieu de crier l鈥橧nternationale et de d茅fendre les acquis sociaux de la classe ouvri猫re et des paysans sans terre.

L鈥檃llure g茅n茅rale du journal et son contenu ne pr锚tent pas 脿 la gaiet茅. Le journaliste est ici 茅touff茅 dans cette ambiance quasi morbide d鈥檜n organe qui semble avoir abandonn茅 la vie derri猫re lui. Mais l鈥檕rgane est l脿, tout simplement pour marquer une pr茅sence, celle d鈥檜n parti r茅duit au statut d鈥檜ne ombre. Le journaliste soucieux de s鈥櫭﹑anouir ne peut s茅journer longtemps ici. Ce journal est plus une planque et rien d鈥檃utre, il est d茅plac茅 de parler de libert茅 ou d鈥檌nd茅pendance d鈥檜n journaliste dans cet espace.

De l鈥檃ncienne identit茅, il ne reste que le nom de l鈥檕rgane 芦 al Bayane禄, le manifeste. Mais c鈥檈st le nom sans m茅moire, fig茅, scl茅ros茅, simplement oubli茅 l脿. Je ne peux me retenir de penser au grand livre du savant Tabari 芦 al bayane wa tabyine 禄, dont le dernier mot 茅claire l鈥檕bjet en se limitant pas au d茅claratif mais en allant au-del脿 pour expliquer et convaincre. Tabari, un vrai fqih quant 脿 lui, est rest茅 dans l鈥檋istoire, comme quoi l鈥檌ntelligence ne meurt jamais m锚me si la b锚tise ne tue pas.

Mohamed Ennaji

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

芦聽Sahara marocain : 20 questions pour comprendre聽禄 de Ali Achour

Read More →