Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Maroc: l’an II de la nouvelle constitution, l’heure est au bilan!

By   /   15 juin 2013  /   No Comments

AU DEUXI脠ME ANNIVERSAIRE DE L鈥橝DOPTION DE CONSTITUTION, N鈥橢ST-IL PAS LE MOMENT DE RECENSER ET EVALUER LES ACTIONS GOUVERNEMENTALES ?

Quel bilan politique du gouvernement 聽Benkirane doit-on faire聽?
Abdelaziz IKKROU

Abdelaziz IKKROU

Par Abdelaziz IKKROU

Il est loin le temps o霉 il nous la jouait hautement le sauveur de par ses r锚ves聽d鈥檃mener聽le Maroc vers plus de prosp茅rit茅 non seulement via l’envol茅e sociale, culturelle et 茅conomique q’il pr茅disait, mais aussi 聽par l’essor socio-茅conomique et politique juste et 茅quitable qu’il miroitait. N’est-ce pas qu’il est comptable des avaries de sa propre de sa propre fonctionalisation qu’au final elle a fait psitt?
Tout compte fait son bilan-constat est d茅solant au point qu’il a tout fait par de mauvaises habitudes n茅anmoins d茅bordante de son imagination. D’autant plus, laissant les marocains d茅munis en marge de leurs d茅sirs souvenirs. Parce qu’ils s’茅taient fait embobiner par聽l鈥檃mbigu茂t茅聽 聽des propos politiciens, et donc de fait enroul茅s dans le fumig猫ne des relations d茅guis茅es 脿 consonances 茅lectoralistes.聽
En cela n’est-ce pas que le Maroc a perdu son BBB (note attribu茅e par les grands organismes d’茅valuation ) -, et aussi pass茅 de pays 茅mergent en celui fronti猫re tendance vers le bas? 聽Vraiment comment doit-il faire pour rem茅dier 脿 ce lamentable fait, vu que la balance commerciale est devenue significativement n茅gative? Ne s’agit-il pas d’un r茅el coup par cet enclos coalis茅, 脿 la dynamique 茅conomique d’avant judicieusement assurant des ann茅es durant une croissance appr茅ciable et une jugulation 聽honorable des d茅ficits des comptes de l’Etat?
Est-ce qu’actuellement ce gouvernement ne parait faire de l’ombre qu’脿 lui-m锚me, vacillant par ci,聽tanguant聽par l脿, mais oubliant ses propres engagements? Parce que n’ayant pas pris en ligne de mire le r茅f茅rentiel d’une vraie d茅mocratie participative. N’est-ce pas que c’est l脿 o霉 sont pr茅sents les envies d’affranchissement des contraintes pour r茅ussir cet examen de passage? A cet 茅gard o霉 on est-on du soi-disant concept de s茅paration des pouvoirs et consolidations des garanties de l’ind茅pendance de la justice ? Est-ce 聽le Maroc a-t-il聽atteint聽le 聽but de moralisation efficiente de l’action publique en concomitance 脿 la lutte contre la corruption ? Qu’a-t-il fait ce gouvernement dans les grands chantiers tant attendus, si ce n’est prendre son temps de ne rien faire s’attelant 脿 l’enfumage par des discours pernicieux sur le brouillard des cahiers de charges, la r茅forme fiscale, 聽les caisses de retraites, les聽茅lections,聽 la r茅gionalisation avanc茅e et autres? 聽
D茅sormais, il n’est plus bien 聽de donner l’impression d’锚tre la seule institution en parfaite r茅sonance sociale, 茅conomique et politique du temps pr茅sent, surtout en se gargarisant de pouvoir r茅soudre seul l’imbroglio 聽 de la caisse de compensation pour parer au聽d茅faillances聽 budg茅taires cumulatives et it茅ratives parce que contracter des cr茅dits r茅p茅titifs rien que pour se donner bonne conscience, ne rel猫ve 聽pas d’une quelconque bonne gouvernance. Alors qu’en v茅rit茅, la solvabilit茅 du pays est mise 脿 rude 茅preuve de par les visites des experts de ces m锚mes instances financi猫res tel FMI.
Mais pourquoi le gouvernement Benkirane s鈥檃t猫le 脿 la gouvernance politique hybride聽entre anachronisme et cynisme, en r茅ponse 脿 la duret茅 des critiques de l鈥檕pposition?
Aujourd鈥檋ui au Maroc, est-ce que les pjdistes sont-ils en bonne voie de renoncer 脿 utiliser la langue de bois聽caract茅risant seulement leur cynisme? La r茅ponse est absolument NON, par peur de l鈥檃malgame provoqu茅 par les porteurs de valises de l鈥檌slam politique. D鈥檃utant plus, nombreux parmi eux continuent encore 脿 communiquer usant d鈥檜ne terminologie lexicale d鈥檃nachronisme politique ne rentrant pas dans le moule de la bonne gouvernance dont ils se targuaient qu鈥檌ls allaient en faire leur priorit茅. A cet 茅gard, ne s鈥檃git-il pas de leur fuite en avant vers la mascarade politicienne d鈥檌nsouciance que l鈥檕n vit encore pratiquement en direct聽? Sorte de manifestation euphorique bas de gamme, qu鈥檈n r茅alit茅 elle cache leur vraie image subdivis茅e en incomp茅tence gestionnaire majeure pour certains, et en mineure en l鈥檕ccurrence聽 faute de mauvaise ma卯trise de gouvernance pour d鈥檃utres?
Ainsi, bien au-del脿 de leurs limites expressionnistes par ailleurs visibles dans leur difficult茅 de l鈥檈xploitation des donn茅es politiques au sein de la coalition gouvernementale, encore heureux qu鈥檃u dessus de la m锚l茅e les arbitrages royaux sont l脿 de par la charge potentielle de durabilit茅 associ茅e de l茅gitimation constitutionnelle. Et ce ne sont pas les artisans des d茅sinformations par la haine et la rancune, dont beaucoup avait les pieds rod茅s aux visites nocturnes chez Basri, qui pourraient nous d茅sorienter. N鈥檈st-ce pas c鈥檈st une 茅manation du corpus royal du temps pr茅sent, par le suivi et observance d鈥檃ccomplissement de tous les politiques dans le respect des institutions sans favoritisme ni penchant pour une quelconque tendance聽? Non seulement pour remettre les pendules 脿 l鈥檋eure le cas 茅ch茅ant, mais aussi pour redimensionner leur r茅initialisation 脿 cette m锚me charge cumulative s鈥檃joutant au respect des pr茅ceptes moraux l茅gaux de la nouvelle constitution.
Pour m茅moire, ont-ils oubli茅 la dext茅rit茅 et la clairvoyance au moment de la tourn茅e dans les pays du Golf et aussi en Afrique, face 脿 leur manque d鈥檃ssurance. N鈥檈st-ce pas que l鈥檌mplication royale a donn茅 au concept partenarial gagnant-gagnant sa vraie dimension de coop茅ration maroco-africaine et aussi de captation-prospective de l鈥檃venir commun avec CCG. Tout cela sans omettre l鈥檌ntervention royale d茅terminante rattrapant le flop de Benkirane et les siens, lors de la crise onuso-marocaine 脿 propos de l鈥櫭﹍argissement des comp茅tences de聽la Munirso聽dans le Sahara marocain. N鈥檈st-ce pas que les discours royaux lus dans les sommets et colloques en avaient tir茅 la sonnette d鈥檃larme, 脿 propos du contexte maghr茅bo-sah茅lo-africain qui pr茅sentait un grand risque de d茅flagration聽? Lequel ayant subi des infiltrations majeures de salafistes jihadistes 脿 cause de l鈥檌mplication du Polisario sans que l鈥橝lg茅rie n鈥檡 fasse attention se croyant hors atteinte.
Bien s没r, il revient en premier aux politiques dans la majorit茅 comme dans l鈥檕pposition de traiter tout paroxysme d茅l茅t猫re qui 茅mane d鈥檜ne situation politiquement tendancieuse. Parce que, par rapport 脿 l鈥檃mbigu茂t茅 politique derni猫rement v茅cue sans vouloir faire d茅sordre, o霉 des fois s鈥檌ls n鈥檡 arrivent pas 脿 s鈥檈n sortir, personne ne les emp锚cherait 脿 recourir aux cl茅s de l鈥檃rbitrage royal o霉 autres s茅sames en s鈥檃idant de monitoring soci茅tal et/o霉 d鈥檕bservateurs avertis. En cela, durant toute cette crise politique incrimin茅e 脿 la discordance Chabat-Benkirane, est-ce que les d茅lais d鈥檌nstillation de messages d鈥檃paisement ne sont-ils aussi importants, que ceux inclusivement sermonnant les protagonistes 脿 propos des dissonances et introductions hasardeuses discutables livr茅es 莽a et l脿聽? D鈥檃illeurs il n鈥檡 a qu鈥櫭 bien 茅tudier la rythmique de la cote de d茅confiance qu鈥檕nt les marocains vis-脿-vis d鈥檈ux, pour en comprendre l鈥檌ncidence politique sous-jacente actuelle 脿 cette crise. Notamment par le laisser aller de l鈥橢x茅cutif 脿 ne pas r茅agir, montrant une espi猫glerie souvent 茅voqu茅e l鈥檜ne des causes r茅elles du brouhaha accompagnant le d茅roul茅 du fil d鈥檃ctualit茅s. Ce qui n鈥檃 pas au demeurant permis 脿 tout le monde bonne compr茅hension du jeu, et pr茅coniser meilleur traitement politique dans ce cas pr茅cis. Toutefois, la question qui taraude plus d鈥檜n n鈥檈st-elle l鈥檌ncapacit茅 de r茅surgence des coalis茅s par la d茅tection des m茅canismes aggravant les risques聽? Alors que, ceci ne semble pas hors port茅e de l鈥檌nfluence de certains parmi eux, surtout s鈥檌ls se concertent et se solidarisent pour trouver des solutions loin des rafistolages sous-entendus des pjdistes.
Cependant, si on se r茅f猫re rien qu鈥檃u constat formel des souffrances endog猫nes des partis politiques, on pourrait dire sans ambages que cette r茅surgence demeure m茅caniquement int茅r锚t-d茅pendante par moment oh combien compr茅hensive. D鈥檜ne part 脿 cause des 茅ventuelles imputabilit茅s de proximit茅 des chefs vis-脿-vis de tel o霉 tel r茅seau d鈥檌nfluence, et d鈥檃utre part de par la coexistence paisible ou non des courants internes au sein des structures des partis. N鈥檈n d茅plaise 脿 ceux qui voient en cela un appel 脿 plus d鈥檌nterventionnisme de l鈥橢tat, alors que c鈥檈st juste une suggestion 脿 la prise des responsabilit茅s par les politiques. Pour que leur implication en soit quantifi茅e et jug茅e 脿 sa juste condition poussant vers la garantie de servir les citoyens en termes positifs de continuit茅 et d鈥檜tilit茅 administrative.
Abdelaziz Ikkrou
    Print       Email
  • Published: 9 ans ago on 15 juin 2013
  • By:
  • Last Modified: juin 15, 2013 @ 2:22
  • Filed Under: Actualit茅s, Maghreb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →