Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Tunisie : l’historien et islamologue Mohamed Talbi est menac茅 par des djihadistes

By   /   18 mars 2013  /   No Comments

Mohamed Talbi en 2012

Mohamed Talbi en 2012

Par Sami Sherif

Premier doyen de la facult茅 des lettres de 聽l’universit茅 de Tunis, l’histoirien et islamologue tunisien聽Mohamed Talbiil vient d’affirmer, au micro d’une journaliste d’une cha卯ne de t茅l茅vision tunisienne priv茅e, 聽Asma Rihane dans le cadre de son 茅mission 鈥淔i Kilmtine鈥, qu’il avait re莽u des menaces de mort et a indiqu茅 que plusieurs organisations 脿 vocation religieuse appellent 脿 l鈥檃ssassiner.

Il a annonc茅 par ailleurs que le refus du gouvernement de ne pas accorder l’autorisation pour la l茅galisation de son association internationale de Quranisytes musulmans dont la principale activit茅 est la r茅sistance pacifique contre l鈥檈xtr茅misme religieux, est une affaire politique.

Le professeur Talbi 茅tait entr茅 au 聽Conseil National pour les Libert茅s en Tunisie (ONG), 聽qui n’茅tait pas reconnue par le gouvernement de l’茅poque聽(1995). Il聽pr么ne une lecture vectorielle du Coran聽qui consiste 脿 prendre en compte l’intentionnalit茅 du livre saint et non pas les jugements 茅mis 脿 une 茅poque r茅volue.

Nous insistons pour que notre imminent professeur puisse b茅n茅ficier de l’attention requise de la part du gouvernement tunisien, et ce, pour lui garantir la s茅curit茅, l’int茅grit茅 et la dignit茅 qu’il m茅rite. L’茅quipe de Jwek.com 聽lance un appel pour qu’une compagne de solidarit茅 avec ce grand intellectuel tunisien, puisse 锚tre聽d茅clench茅e聽le plut么t possible dans tous les pays du Maghreb.

Nous lui publions ci-dessous en signe de solidarit茅 avec sa personne un texte des plus聽int茅ressant,聽celui o霉 il avait voulu dire que 聽le voile 聽ne fut pas 茅voqu茅 dans le Coran et que de ce fait, il 聽serait facultatif.聽聽C’est dans nombre de textes de ce genre que notre imminent professeur avait montr茅 du doigt la direction des lumi猫res qui doivent nous 茅clairer en cette phase des plus d茅licate de notre histoire, marqu茅e par un renouveau d’un obscurantisme ombrageant et 聽handicapant 聽notre marche vers le devenir heureux et salutaire de notre grande nation.

Sami Sh茅rif

芦聽Que dit le Coran sur le voile ?

Par Mohamed TALBI

Le Coran

Le Saint Coran

Que dit le Coran sur le voile ? Rien. Mais strictement rien. Nulle part, il n鈥檈st question de la t锚te de la femme. Le mot 芦 cheveux 禄 (sha鈥檃r) n鈥檡 existe tout simplement pas. Dieu ne dit ni de les couvrir ni de les d茅couvrir. Ce n鈥檈st pas Sa pr茅occupation principale, et Il ne fit pas descendre le Coran pour apprendre aux gens comment se v锚tir. Le terme ash鈥櫭, pluriel de sha鈥檃r, n鈥檡 intervient qu鈥檜ne seule fois (XVI : 80) pour d茅signer le poil de certains animaux domestiques. Rien, donc, dans le Coran, ne dit aux femmes explicitement de se couvrir les cheveux.Le terme voile, dans le sens qu鈥檕n lui donne aujourd鈥檋ui, ne fait pas partie du vocabulaire coranique. Le voile est une cr茅ation de la charia. Le Coran emploie trois termes que l鈥檕n a interpr茅t茅s, 脿 notre sens, d鈥檜ne fa莽on abusive dans le sens de voile : hij芒b ; jilb芒b ; khim芒r.Voici les premiers textes, qui concernent les 茅pouses du Proph猫te exclusivement :芦 Croyants ! n鈥檈ntrez pas dans les appartements du Proph猫te, sauf si vous 锚tes invit茅s 脿 un repas, sans 锚tre l脿 脿 en attendre la cuisson. Si vous 锚tes invit茅s, entrez. Le repas termin茅, retirez-vous, ne vous attardez pas 脿 converser famili猫rement. Cela importune le Proph猫te, et il a honte de vous le manifester. Mais Dieu n鈥檃 pas honte de la V茅rit茅. Si vous demandez quelque chose 脿 ses 茅pouses, faites-le derri猫re une tenture (hij芒b) : c鈥檈st plus pur pour vos聽c艙urs聽et pour les leurs. Il n鈥檈st pas convenable pour vous d鈥檌mportuner le Messager de Dieu, ou de vous marier avec ses 茅pouses apr猫s lui. Cela, jamais ! Cela, aupr猫s de Dieu, serait une grave offense. Du reste, que vous manifestiez quelque chose, ou que vous le cachiez, Dieu est, de toute chose, omniscient. Nul bl芒me pour elles en ce qui concerne leurs p猫res, fils, fr猫res, fils de leurs fr猫res, fils de leurs聽s艙urs聽 leurs servantes ou leurs esclaves. Et qu鈥檈lles craignent Dieu, Dieu qui de toute chose est t茅moin 禄 (Coran XXXIII : 53-55). 聽脌 propos de la descente de ce verset, des commentateurs rapportent cette anecdote, qu鈥檌l faut situer en mai 627, apr猫s la bataille d鈥橝l-Khandaq : un jour, le Proph猫te 茅tait assis avec A茂cha (614-678) 脿 ses c么t茅s. Le chef des Ghataf芒n, qui avait particip茅 aux c么t茅s des Mecquois au si猫ge de M茅dine deux mois plus t么t, fit brusquement irruption dans sa chambre. C鈥櫭﹖ait la coutume et le Proph猫te en souffrait sans oser se plaindre. A茂cha avait alors 13 ans. Elle 茅tait une adolescente, une ravissante rousse. 脡bloui par sa beaut茅, le chef des Ghataf芒n, selon l鈥檜sage courant, fit au Proph猫te une proposition d鈥櫭ヽhange avec son 茅pouse qui, dit-il, 茅tait la plus belle cr茅ature du monde. 脌 M茅dine, on sp茅culait alors sur sa mort pour se partager ses 茅pouses. A茂cha fut accus茅e d鈥檃dult猫re et l鈥檕n jasait dans la ville. C鈥櫭﹖ait trop. Il fallait mettre fin aux atteintes 脿 l鈥檋onneur du Proph猫te et soustraire ses femmes aux convoitises dont elles 茅taient ouvertement l鈥檕bjet. Le vase 茅tait d茅j脿 plein. Il d茅borda, et ce fut la descente du verset susmentionn茅, dit du hij芒b, qu鈥檌l faut situer dans son contexte historique et social. Quelque temps apr猫s, dans la m锚me sourate, un verset vint fixer, pour les femmes en g茅n茅ral, y compris les 茅pouses du Proph猫te, quelques r猫gles de d茅cence dans leur tenue vestimentaire hors du foyer, vu les conditions de vie 脿 M茅dine :芦 Ceux qui offensent Dieu et Son Messager, Dieu les maudit ici-bas et dans l鈥檃u-del脿, et leur a pr茅par茅 un ch芒timent humiliant. Ceux qui offensent les croyants et les croyantes,pour des m茅faits qu鈥檌ls n鈥檕nt pas commis, ils se rendent coupable d鈥檜ne calomnie et d鈥檜n p茅ch茅 av茅r茅. Proph猫te ! dis 脿 tes 茅pouses, 脿 tes filles et aux femmes des croyants de rapprocher sur elles une partie de leur mante (yudn卯na alayhinna min jal芒b卯bihinna). Cela est plus s没r pour qu鈥檕n les reconnaisse. De la sorte, on ne les offensera pas. Et Dieu est Pardon et Mis茅ricorde. S鈥檌ls ne cessent pas ? les hypocrites, ceux dont les聽c艙urs聽sont malades et ceux qui propagent des rumeurs 脿 M茅dine ?, nous t鈥檌nviterons alors 脿 s茅vir contre eux, et ils ne t鈥檡 voisineront pas longtemps. Ils sont maudits. Partout o霉 on les attrape, on s鈥檈n empare, et on les met 脿 mort sans piti茅. 禄 (Coran XXXIII : 57-61).Il faut penser que ces mesures et ces menaces de s茅vir contre les d茅prav茅s de M茅dine n鈥檃vaient pas suffi pour moraliser les聽m艙urs聽dans la ville, car les recommandations de d茅cence furent reprises quelque temps plus tard dans la sourate Al-N没r (芦 La Lumi猫re 禄) :芦 Dis aux croyants de retenir leurs regards et de pr茅server leur sexe. Ils n鈥檈n sont que plus purs ainsi, et Dieu est bien inform茅 de leurs agissements. Dis aussi aux croyantes de retenir leurs regards, de pr茅server leur sexe, de n鈥檈xhiber de leur beaut茅 que ce qui habituellement en appara卯t, et de rabattre leurs voiles sur leurs d茅collet茅s (li-yadhribna bikhum没rihinna ?al芒 juy没bihinna). Qu鈥檈lles n鈥檈xhibent leur beaut茅 que devant leur 茅poux, leur p猫re, beau-p猫re, fils, beau-fils, fr猫res, neveux par les fr猫res ou les聽s艙urs,聽 leurs servantes, leurs esclaves, parmi les hommes, aux gens de leur maison non sujets 脿 suspicion, et aux enfants qui n鈥檕nt pas encore d茅couvert l鈥檌ntimit茅 des femmes. Qu鈥檈lles ne claquent pas des pieds pour attirer l鈥檃ttention sur leurs beaut茅s cach茅es. Revenez tous 脿 Dieu ? croyants ! ? pour esp茅rer 锚tre parmi les heureux 禄 (Coran XXIV : 30-31).Pas un mot dans ces textes ne concerne la coiffure de la femme. Le Coran ne parle pas du voile.

Mohamed Talbi a publi茅 cet article dans Jeune Afrique

en mars 2004, extrait du site officiel

 

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →