Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Irak : apr猫s les d茅sastres sanglants de la guerre, ceux non moins meurtriers des cancers s’y installent

By   /   7 d茅cembre 2012  /   No Comments

Par Agn猫s STIENNE聽 (du 芦聽Monde diplomatique聽禄)

C鈥檈st en homme satisfait que l鈥檃ncien premier ministre britannique Tony聽Blair d茅clarait 脿 l鈥檃utomne聽2012 que 芦聽les forces britanniques devaient 锚tre fi猫res de leur intervention en Irak, lors de l鈥檌nvasion am茅ricaine, car le pays a connu une forte croissance 茅conomique depuis que Saddam聽Hussein a 茅t茅 chass茅 du pouvoir en聽2003聽禄, et se r茅jouissait d鈥櫬爑ne chute de la mortalit茅 infantile聽禄. Ces d茅clarations enthousiastes ont indign茅 les m茅decins irakiens, qui doivent faire face 脿 une progression alarmantes des cancers et des malformations cong茅nitales des nouveaux-n茅s dans les villes bombard茅es par la coalition internationale.

La situation environnementale de l鈥橧rak est calamiteuse. En cause, les industries polluantes et l鈥檃bsence de r猫glement pour les contr么ler. Les guerres et les insurrections qui ravagent le pays depuis trente聽ans ont, elles aussi, des cons茅quences d茅sastreuses sur l鈥檈nvironnement, notamment lorsque pipelines et sites industriels sont bombard茅s. Mais ce n鈥檈st pas tout. Il semble que les munitions utilis茅es pour soumettre les villes irakiennes pendant la guerre du Golfe (1990-1991) et l鈥檌nvasion en聽2003 par les Etats-Unis et ses alli茅s (Lire 芦 Une guerre 脿 mille milliards de dollars 禄, D茅fense en ligne, blog du Monde diplomatique, janvier 2011) soient devenues un agent majeur de pollution environnementale, avec de graves cons茅quences sur la sant茅 publique.

芦聽Atomis茅es聽禄 dans la nature lors des bombardements, elles continuent de tuer 脿 petit feu les populations civiles plusieurs ann茅es apr猫s que les combats aient cess茅. Les militaires r茅futent, la science d茅nonce.

Constats sanitaires alarmants :

En 2005, le programme des Nations unies pour l鈥檈nvironnement (PNUE), dans un rapport intitul茅 芦聽Assessment of environmental hot spots in Iraq聽禄, estimait 脿 plusieurs milliers le nombre de zones contamin茅es cumulant 鈥斅犆 des degr茅s divers聽鈥 pollutions industrielles et contaminations militaires. Plus de trois聽cents 芦聽points chauds聽禄 鈥斅燾omprendre hautement toxiques聽鈥, ont 茅t茅 identifi茅s, parmi lesquels quarante-deux聽sites concentrant des taux consid茅rables de dioxine et d鈥檜ranium appauvri, et dont dix avec des taux tr猫s 茅lev茅s de radioactivit茅.

On retrouve une forte accumulation de dioxine aux abords des installations industrielles d茅truites pendant la guerre du Golfe, alors que la strat茅gie consistait 脿 pilonner syst茅matiquement les sites industriels civils et militaires, pipelines et raffineries. Dans la r茅gion de Bassorah, l鈥檜ne des plus touch茅es par les bombardements, c鈥檈st un v茅ritable d茅sastre sanitaire. 芦聽Business is business聽禄聽: apr猫s聽2003, la priorit茅 fut donn茅e 脿 la remise en service des installations p茅troli猫res et gazi猫res. H茅las, les pluies de p茅trodollars 鈥斅爈ou茅s par M.聽Blair聽鈥 n鈥檕nt pas encore r茅ussi 脿 lessiver les zones contamin茅es.

L鈥檜ranium appauvri, interdit par certains pays, provient des munitions utilis茅es par la coalition en聽1991 et 2003聽[1]. Ce m茅tal lourd a les faveurs de l鈥檌ndustrie de l鈥檃rmement en raison de son fort pouvoir de p茅n茅tration des mat茅riels blind茅s. Une fois la charge explos茅e, ce composant chimique se disperse et s鈥檌nfiltre dans le sol et dans l鈥檈au, occasionnant des pollutions durables dans les rues, les jardins, les champs ou les aires de jeu pour enfants鈥 Il聽 contamine aussi les soldats sans que le commandement ne s’en 茅meuve. D鈥檃utres m茅taux lourds, comme le plomb et le mercure, entrent dans la composition des munitions et se retrouvent aussi diss茅min茅s en quantit茅s significatives dans l鈥檈nvironnement.

Pass茅 l鈥檕rage, le cauchemar se prolonge malgr茅 tout pour les civils. Le ciel ne tonne certes plus, les armes se sont tues, la rue s鈥檃nime, on circule et on commerce. La vie reprend, semble-t-il, comme avant. Pas tout 脿 fait, pourtant. Partout le m锚me constat tragique聽: une hausse alarmante de la mortalit茅 infantile, des leuc茅mies, des cancers, des tumeurs, des malformations cong茅nitales.

G茅ographie des b茅b茅s 脿 Falloujah
Carte : Ag. St. 2012.

La coalition r茅fute, la science d茅nonce :

En d茅pit des avertissements successifs lanc茅s par les m茅decins, aucune 茅tude s茅rieuse n鈥檃 茅t茅 men茅e pour d茅terminer l鈥檕rigine de ces sympt么mes. Washington refuse de reconna卯tre un lien de causalit茅 entre les contaminations militaires et ce tr猫s inqui茅tant probl猫me de sant茅 publique, et semble m锚me d茅termin茅 脿 entraver toute recherche scientifique聽[2].

En 2009, les m茅decins de l鈥檋么pital g茅n茅ral de Falloujah, effray茅s par ce qu鈥檌ls constataient au fil des ann茅es, adress猫rent un courrier commun aux Nations unies pour r茅clamer des investigations ind茅pendantes聽: 芦聽En septembre聽2009, sur 170聽nouveaux-n茅s , 24聽% d鈥檈ntre eux sont morts dans leur premi猫re semaine, parmi lesquels 75聽% pr茅sentaient des malformations importantes.聽禄 Des enqu锚tes partielles seront ensuite men茅es 脿 Falloujah et 脿 Bassorah quelques mois plus tard et les r茅sultats publi茅s dans le 芦聽Bulletin of environmental contamination and toxicology聽禄 de l鈥檜niversit茅 du Michigan聽[3]. Les auteurs r茅sument leurs observations en une phrase qui veut tout dire聽: 芦聽Le taux de cancers, de leuc茅mies et de mortalit茅 infantile observ茅 脿 Falloujah est plus 茅lev茅 qu鈥檌l ne le fut 脿 Hiroshima et Nagasaki en聽1945.聽禄聽[4] Il est rappel茅 que l鈥檈xposition aux m茅taux toxiques (dont les effets morbides

Natalit茅 d茅r茅gl茅e : Graphique : Ag. St. 2012.

sont reconnus) est source de complications s茅v猫res pour les femmes enceintes et le d茅veloppement du f艙tus. En conclusion, il est plus que probable que les munitions utilis茅es pour les bombardements dans ces deux villes soient 脿 l鈥檕rigine de ces trag茅dies.

A Falloujah, cinquante-six聽familles se sont mises 脿 la disposition du personnel hospitalier pendant trois聽mois pour r茅pondre 脿 un questionnaire type et se soumettre 脿 des examens.

Entre 2004 et 2006, le taux de fausses couches s鈥櫭﹍猫ve 脿 45聽% du nombre de grossesses et celui de b茅b茅s malform茅s 脿 30聽% du nombre de naissances.

Entre 2007 et 2012, le nombre de fausses couches diminue et tombe 脿 15聽%, tandis que celui de b茅b茅s souffrant de malformations augmente sensiblement pour atteindre 54聽%.

Plus de la moiti茅 des nouveaux-n茅s souffrent de malformations cong茅nitales affectant le c艙ur, le cerveau, la moelle 茅pini猫re, les poumons et le palais.

Les enfants au plomb : Graphique : Ag. St. 2012.

Petit retour en arri猫re et gros plan sur la ville :

Situ茅e 脿 soixante-cinq聽kilom猫tres 脿 l鈥檕uest de Bagdad, Falloujah est toujours, en cette ann茅e聽2004, un bastion des fid猫les de Saddam聽Hussein et, pour cette raison, l鈥檕bjet de fr茅quentes attaques men茅es par l鈥檃rm茅e am茅ricaine. La situation s鈥檈mbrase lorsque les corps de quatre mercenaires am茅ricains tu茅s au combat sont exhib茅s 脿 travers la ville. En repr茅sailles, l鈥檃rtillerie lourde et l鈥檃viation sont d茅ploy茅es. Un premier assaut meurtrier est lanc茅 pour y d茅loger les insurg茅s 鈥斅爏ans r茅el succ猫s聽鈥, puis quelques mois plus tard, une seconde offensive, pendant laquelle les bombardements intensifs dureront plusieurs semaines. Le Pentagone reconna卯tra plus tard, dans une br猫ve note, avoir utilis茅 des bombes au phosphore blanc. Le nombre de morts cot茅 irakien est incertain : plusieurs centaines d鈥檌nsurg茅s et plusieurs milliers de civils. C么t茅 am茅ricain, 95 soldats…

Sur la base des chiffres fournis par le d茅partement de la d茅fense, 脿 Washington, John Pike, le directeur du groupe de recherche GlobalSecurity.org, estime que les soldats am茅ricains ont tir茅 en moyenne entre deux cents聽cinquante 脿 trois-cents mille munitions de petit calibre par insurg茅 tu茅 en Irak et en Afghanistan.

Voil脿 des chiffres qui laissent perplexe. Et s鈥檃joute 脿 cela l鈥檃rtillerie lourde. C鈥檈st au bas mot des milliers de tonnes de munitions 茅clat茅es en petites particules toxiques de m茅taux lourds, notamment du mercure et du plomb, qui contaminent les sols et l鈥檈au. Ce n鈥檈st donc pas un hasard, si les analyses de cheveux des enfants de Falloujah souffrant de malformations cong茅nitales r茅v猫lent la pr茅sence de plomb et de mercure 脿 des taux tr猫s sup茅rieurs par rapport au reste de la population.

脌 Bassorah, l鈥櫭﹖ude pr茅sente des r茅sultats similaires. Les voix s鈥櫭﹍猫vent pour que des recherches plus pouss茅es et exhaustives soient entreprises 脿 travers tout le pays, afin que la situation soit enfin reconnue avec pr茅cision et des mesures ad茅quates mises en place. Pour la justice et les r茅parations, il faudra bien un jour mettre la coalition 鈥斅爌rincipalement les Etats-Unis et le Royaume-Uni聽鈥 face 脿 ses responsabilit茅s pour qu鈥檈lle reconnaisse enfin son r么le dans ce qu鈥檌l faut bien appeler un crime. Un crime de plus, puisque les crimes d鈥檋ier 鈥斅燞iroshima, Nagasaki, Vietnam聽鈥 demeurent, aujourd鈥檋ui encore, impunis.

Agn猫s Stienne聽 (du 芦聽Monde diplomatique聽禄)

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →