Loading...
You are here:  Home  >  Actualités  >  Moyen-orient  >  Current Article

Enfin un Etat palestinien observateur de l’ONU en 2012

By   /   1 décembre 2012  /   No Comments

Le 29 novembre 2012 restera gravé à jamais dans la mémoire des Palestiniens. Ce jour-là, la Palestine est devenue un Etat observateur non membre de l’ONU. Après une dure bataille diplomatique, menée avec courage et détermination par la direction palestinienne, à sa tête le président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, alias Abou Mazen, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté par 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions le projet de résolution accordant le statut d’Etat observateur non membre à la Palestine.

Quelques minutes avant le vote décisif, dans un discours qualifié de très fort par les observateurs et d’hostile et venimeux par le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, le président Mahmoud Abbas avait exhorté les membres de l’Assemblée générale de l’ONU à donner un certificat de naissance à l’Etat palestinien. Abou Mazen a évoqué la résolution 181, adoptée par la même Assemblée générale, 65 ans auparavant, un certain 29 novembre 1947, devenue le certificat de naissance de l’Etat d’Israël.

En votant massivement en faveur de l’adhésion de la Palestine à l’ONU, l’Assemblée générale de cet organisme mondial a répondu aux attentes du leader palestinien qui, sans utiliser de grands slogans, a été convaincant et captivant. Le peuple palestinien, juste sorti d’une rude épreuve que fut la récente agression israélienne sanglante sur la bande de Ghaza, citée aussi dans le discours du président, a suivi avec intérêt et beaucoup d’émotion la performance de son leader à la tribune des Nations unies, à travers les chaînes de télévision satellitaires, des écrans géants au cours de rassemblements populaires, comme à Ramallah, en Cisjordanie occupée, où se trouve le siège de la présidence, dans les cafés, en famille, ou rassemblés dans un même endroit entre amis et voisins.

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Syrie : la descente d’Alep aux enfers

Read More →