, ,

Maroc : l’Etat détient un parc auto de 115 milles véhicules!

Par Ristel Edimo

L’Etat marocain dispose d’un parc automobile de 115 000 véhicules dont 38 000 motos « M rouge », selon les chiffres de la Société nationale des transports et de la logistique (SNTL), rapporte La Vie économique.

115 000 véhicules pour environ 1 million de fonctionnaires au Maroc, quand les grandes puissances économiques mondiales affichent des scores beaucoup moins importants. En effet, le Japon par exemple, troisième puissance économique mondiale, avec plus de 5 millions de fonctionnaires (40 emplois publics pour 1000 habitants), ne dispose que d’un parc auto de 3 000 véhicules. Avec de tels chiffres, le parc marocain fait plus de 38 fois celui du Japon. Angleterre se contente de 3 400 unités, tandis que les Etats-Unis so à 72 000. La France quant à elle, avec ses 5,3 millions de fonctionnaires est à 75 000 véhicules (140 000 en y ajoutant l’armée et la gendarmerie).

Dans le détail, l’administration centrale s’accapare la plus grosse part du gâteau avec 57 324 véhicules, soit une augmentation de 10,2% en l’espace de trois ans. Viennent ensuite les collectivités locales (31 883) et les établissements et entreprises publics (25 521). Par types de véhicules, les véhicules utilitaires de l’administration centrale, des collectivités locales et des établissements publics totalisent 48 355 unités. Ils arrivent ainsi au premier rang en termes de consistance suivis des cyclomoteurs : 38 061 dont, curieusement, le plus grand nombre se trouve dans l’administration, soit 20 396. « Comment expliquer une présence aussi forte de ce moyen de locomotion dans le parc public en général et dans celui de l’administration en particulier ? Est-ce un indicateur que dans la fonction publique aussi bien étatique que territoriale les postes subalternes prédominent ? », s’interroge Salah Agueniou, journaliste chez La Vie éco.

Une « hémorragie » dénoncée il y a trois ans

La question relative au parc automobile marocain avait pourtant fait l’objet d’un houleux débat parlementaire en 2010. Les Conseillers tiraient la sonnette d’alarme en qualifiant la situation d’«hémorragie». Chose que Salaheddine Mezouar, alors ministre des Finances avait reconnu. « Il est urgent d’arrêter l’hémorragie de l’achat des voitures par les différents services de l’Etat », clamait-il lors d’une séance parlementaire. Pourtant cette même année, l’achat de véhicules a encore augmenté.

Il faut également signaler que l’augmentation du parc automobile Marocain a repris à partir de 2002, après le passage au gouvernement d’Aderrahmane El Youssoufi. En effet, ce dernier, lors de sa prise de fonction en 1998 avait fait de la réduction du parc auto de l’Etat, l’une de ses priorités. Sous sa responsabilité, le parc était passé de 85 600 unités à 72 000. Et le nombre de véhicules de l’administration était de 36 000 contre 57 324 aujourd’hui.

Le gouvernement Benkirane prépare actuellement des mesures restrictives qui seront introduites dans la Loi de finances 2013, afin de maitriser les dépenses de fonctionnement dont l’achat de voitures. En cette conjoncture économique difficile, il y a tout intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Algérie : les britanniques qui traquaient Kadafi furent avertis du lieu de sa présence à Bani Walid à partir d’Alger

Maroc : Al Jazeera veut y retourner, le retour, oui, mais…