Loading...
You are here:  Home  >  Actualités  >  Current Article

Bahreïn : ouverture du procès de la policière accusée d’avoir torturé une journaliste de France 24

By   /   7 juin 2012  /   No Comments

La Révolution au Bahrein

C’est seulement hier mercredi 6 juin 2012, qu’a pu être entamer devant le Haut tribunal pénal de Bahreïn, le procès de la policière accusée d’avoir torturé une journaliste de France 24. Les faits remontent au mois de mai 2011.  Une jeune journaliste, correspondante de Radio Monte Carlo Doualya et de France 24, est convoquée au poste de police de Rifaa, au Bahreïn. Elle s’est présentée, sans avoir la moindre idée de ce qui l’attendait. Mais elle a été surprise par la policière la recevant. Dès qu’elle s’est présentée devant celle-ci, elle l’a accusée de mentir dans ses reportages et de travailler avec la chaîne du Hezbollah Al-Manar, ainsi qu’avec la chaîne iranienne Al-Alam. En somme, on la soupçonne d’être un agent de l’Iran.

Nazeeha Saeed va être giflée puis rouée de coup, jetée à terre. Ensuite, on lui bande les yeux et on l’emmène dans une autre pièce. Là, les coups sur les pieds, les jambes, la tête, le dos, reprennent, avec un bâton en plastique. Son interrogatoire va durer jusque vers minuit. Les femmes policiers lui crient qu’elle nuit à l’image de Bahreïn.

Ce n’est qu’un an après que l’ouverture du procès a eu lieu. Mais la femme policier incriminée par la plainte de la journaliste nie les faits. La jeune journaliste n’était pas présente à la séance. La commission Bassiouni, une commission d’experts indépendants des droits de l’homme, diligentée par le roi de Bahreïn, a conclu à l’usage excessif de la force par les services de sécurité et dénoncé l’usage de la torture dans les commissariats.

Depuis bien longtemps, le Bahreïn entretient une relation difficile avec les journalistes. Certains ont été déportés, arrêtés, les journalistes bahreïniens sont plusieurs à avoir fait de la prison pour un article ou un Tweet sur internet. Il s’agit d’une véritable dictature où les membres de la famille royale détiennent des droits sur presque tout le territoire de l’Ile-Etat dont la population est à 52% chiite.

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Des marines marocains menacent Zafzafi

Read More →