Loading...
You are here:  Home  >  Art & Culture  >  Current Article

Les anges ont cueilli Warda

By   /   19 mai 2012  /   No Comments

Lorsqu鈥檈lle chantait, les m茅lomanes 茅taient aux anges. 脌 pr茅sent, ce sont les anges m茅lomanes qui doivent 锚tre ravis de sa pr茅sence parmi eux. Warda al-Jazairia nous a quitt茅s, 脿 l鈥櫭e de 73 ans. L鈥檜n des derniers monstres sacr茅s du panth茅on musical arabe est parti sur la pointe des pieds. Des millions de fans pleurent la 芦Rose d鈥橝lg茅rie禄 et l鈥檃ccompagnent aujourd鈥檋ui 脿 sa derni猫re demeure.

Apr猫s une enfance parisienne (elle est n茅e 脿 Puteaux, Paris, en juillet 1940, d鈥檜n p猫re alg茅rien, Mohammad Ftouki, et d鈥檜ne m猫re libanaise de la famille Yammout), elle a eu trois terres d鈥檃ccueil et d鈥檃mour聽: le Liban, l鈥櫭塯ypte et l鈥橝lg茅rie. Le public libanais l鈥檃 connue 茅l茅gante comme une Parisienne, chaleureuse comme une Beyrouthine, dr么le comme une Cairote et bosseuse comme une Alg茅rienne. Mais 脿 chacune de ses visites 脿 Beyrouth, invit茅e notamment par le Festival de Baalbeck (en 2005 et en 2008), elle aimait r茅it茅rer son amour pour sa seconde patrie, le Liban, o霉 elle a tenu l鈥檜n de ses derniers concerts en septembre 2011.

聽Une rose de l鈥檈sp猫ce des 芦c艙urbivores禄, elle a souvent 茅t茅 compar茅e 脿 la g茅ante Oum Kalsoum. Mais la discr猫te r茅futait toute ressemblance, aussi honorifique soit-elle, et revendiquait son droit 脿 芦聽锚tre moi-m锚me, tout simplement聽禄.

Elle apparaissait, sur sc猫ne ou devant les journalistes, la main sur le c艙ur (ce c艙ur si gros qu鈥檌l l鈥檃 l芒ch茅e, finalement) pr茅s duquel elle avait suspendu, en m茅daillon, une pri猫re 芦Macha鈥橝llah禄 et un 艙il pour conjurer le mauvais sort. Car la vie n鈥檃 pas 茅t茅 tr猫s tendre avec la diva du monde arabe. C么t茅 sant茅, d鈥檃bord, avec deux grosses op茅rations au c艙ur et au foie l鈥檃yant 茅loign茅e un certain temps de la sc猫ne. Mais aussi sur le plan de la vie priv茅e qui 芦clashait禄 parfois avec les exigences d鈥檜ne carri猫re internationale. Une carri猫re qu鈥檈lle a entam茅e tr猫s t么t, 脿 l鈥櫭e de onze ans, lorsqu鈥檈lle a commenc茅 脿 chanter au Tam-tam, un 茅tablissement du Quartier latin appartenant 脿 son p猫re. Elle s鈥檈st fait alors conna卯tre pour ses chansons patriotiques alg茅riennes. C鈥檈st d鈥檃illeurs suite 脿 ces chansons qu鈥檈lle s鈥檈st trouv茅e oblig茅e de quitter la France pour Beyrouth en 1958. Avec sa voix chaude et vibrante, sans oublier son engagement pour la cause alg茅rienne, elle commence 脿 se faire un pr茅nom. Deux rencontres vont lui ouvrir, d猫s 1959, les portes du Caire. La premi猫re aura lieu au Tanios, le fameux 芦casino禄 de Aley. Deux soirs d鈥檃ffil茅e, un visiteur de marque vient l鈥櫭ヽouter. Flairant le talent de la jeune femme, le compositeur Mohammad Abdel Wahab la prend sous son aile et l鈥檌nitie au chant classique. Il met en musique pour elle une 芦qassida聽禄 du 芦prince des po猫tes禄, Ahmad Chawqi, Bi-omri kullo habbetak. Premiers succ猫s. Helmi Rafla, c茅l猫bre r茅alisateur de com茅dies musicales, vient en personne lui faire signer un contrat. Elle tournera sous sa direction Amirat al-Arab et al-Maz, qui font d鈥檈lle la coqueluche des Cairotes. Puis c鈥檈st au tour du compositeur exclusif d鈥橭um Kalsoum, Riad al-Sombati, de lui ciseler le bijou La鈥檅at el-ayyam. Vers la fin des ann茅es 50, elle chantera devant Nasser, qui la re莽oit en tant qu鈥檃mbassadrice de la cause alg茅rienne. En 1962, elle d茅cide de rejoindre la patrie qu鈥檈lle n鈥檃 jamais vue et interrompt sa carri猫re artistique. Un jour de 1972, le coup de t茅l茅phone d鈥檜n fan pas comme les autres va 锚tre 脿 l鈥檕rigine de son come-back. Houari Boumediene veut qu鈥檈lle donne un r茅cital pour le 10e anniversaire de l鈥檌nd茅pendance du pays. Ce qu鈥檈lle fait, accompagn茅e d鈥檜n orchestre 茅gyptien. Suite 脿 cela, son mari demande le divorce; c鈥檈st ainsi qu鈥檈lle d茅cide de consacrer sa vie 脿 la musique. Elle retourne ensuite au Caire o霉 elle 茅pouse en secondes noces Baligh Hamdi, le compositeur attitr茅 des derni猫res ann茅es d鈥橭um Kalsoum. Dans les ann茅es 90, le jeune compositeur Salah Charnoubi la propulse 茅galement au sommet avec Batwann猫s bik et Haramt ahibbak. En 1994, elle est mont茅e sur la sc猫ne alg茅rienne dans une mise en sc猫ne de Caracalla pour f锚ter le 50e anniversaire du d茅but des combats. 脌 cette occasion, Bouteflika lui avait octroy茅 l鈥檕rdre du M茅rite national. Apr猫s une longue absence, elle fait un come-back triomphant 脿 Baalbeck en 2005. Puis en 2008. O霉 pr猫s de 3聽000 fans l鈥檃pplaudissent 脿 tout rompre, charm茅s par sa pr茅sence chaleureuse et sa voix prompte 脿 donner des frissons. Cueillie par les anges, Warda 鈥 des millions d鈥檃lbums 脿 travers le monde pour un r茅pertoire musical comprenant plus de 300 chansons 鈥 est entr茅e assur茅ment dans le panth茅on des immortels de la chanson arabe. 

Pages: 1 2

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

芦聽Sahara marocain : 20 questions pour comprendre聽禄 de Ali Achour

Read More →