Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Egypte : le 2猫me round de la r茅volution

By   /   2 juillet 2013  /   No Comments

 

Les manifestant d茅fient le Pr茅sident 茅lu!

Les manifestant d茅fient le Pr茅sident 茅lu!

Par Sami SHERIF

L鈥橢gypte est d茅sormais 脿 son 2猫me round de la r茅volution commenc茅e un certain 25 janvier 2011. Ce n鈥檈st pas un pr茅sident venu au pouvoir par un coup d鈥橢tat ou d鈥檜ne quelconque autre machination que nombre d鈥櫭ゞyptien veulent faire chuter, mais c鈥檈st bien 脿 un pr茅sident d茅mocratiquement 茅lu qu鈥檌ls appellent 脿 la d茅mission. Paradoxe de cette nouvelle 茅tape, c鈥檈st que ceux qui lui demandent de partir sont plus nombreux que ceux qui avaient vot茅 pour lui il y a un an jour pour jour. Ils sont 30 millions 脿 锚tre sortis manifester contre lui. Ils 茅taient 22 millions 脿 avoir sign茅e une p茅tition lui demandant de d茅missionner pour permettre la tenue d’une 茅lection pr茅sidentielle anticip茅e. L鈥檃rm茅e d茅fend le peuple sorti en masse protester contre un pr茅sident qui n鈥檃 pas cess茅 de commettre des erreurs attisant plus de de haine et de grogne autour de lui et des fr猫res musulmans le soutenant 茅nerg茅tiquement. Elle vient de lui donner un ultimatum de 48 heures pour satisfaire les revendications du peuple 茅gyptien, ultimatum auquel 聽le pr茅sident a d茅j脿 oppos茅 un non cat茅gorique. La聽 tension est 脿 son comble en Egypte. Comment en est-on arriv茅 l脿 deux ans et demi apr猫s l’espoir soulev茅 par la聽chute de l鈥檃ncien dictateur Hosni Moubarak聽?

L鈥檌mmense mar茅e humaine qui a fait peur 脿 Morsi

L鈥檌mmense mar茅e humaine qui a fait peur 脿 Morsi

Il faut dire que le processus de contestation avait commenc茅 d猫s les premiers jours de la pr茅sidence de Morsi. Mais ce qui lui a permis de s鈥檃mplifier 脿 ce point c鈥檈st d鈥檃bord la confection 脿 la sauvette par l鈥檃ssembl茅e constituante d鈥檜n projet de constitution int茅grant nombre d鈥檕rientations controvers茅es ayant divis茅 le peuple 茅gyptien. Puis, il y a 聽聽l’absence de processus politique emp锚chant de canaliser le m茅contentement. De fait, l’Egypte se trouve dans une situation de vide institutionnel. Depuis que l’Assembl茅e du peuple a 茅t茅 dissoute par la Haute cour constitutionnelle (HCC) en juin dernier, les pouvoirs l茅gislatifs reposent sur le聽S茅nat, qui a 茅t茅, 脿 son tour, invalid茅 au d茅but du mois. Ce qui rend d’autant plus compliqu茅e la r茅daction de la nouvelle loi 茅lectorale. Les coups que se portent 脿 tour de r么le le pouvoir ex茅cutif et le pouvoir judiciaire contribuent 脿 la paralysie politique. La perspective de nouvelles 茅lections s’茅loigne.

Dans cette confusion, le pr茅sident聽 Morsi n’est plus vraiment fond茅 脿 accuser l’opposition de saper la logique d茅mocratique: 脿 partir du moment o霉 les Egyptiens n’ont plus la perspective de pouvoir sanctionner le pouvoir par les urnes, il ne leur reste plus que la rue pour manifester leur d茅saveu de sa gestion.

Les erreurs du Pr茅sident Morsi se sont multipli茅es ces dernier temps pour la raison bien simple qu’il ne se consid猫re pas comme le Pr茅sident de tou

L'arm茅e occupe d茅sormais les points strat茅giques dans le pays

L’arm茅e occupe d茅sormais les points strat茅giques dans le pays

s les 茅gyptiens, mais plut么t le pr茅sident issu du mouvement des Fr猫res Musulmans seulement. Son intervention au sommet des Oulamas wahabites du monde approuvant l’appel que ces derniers ont fait 脿 la mobilisation g茅n茅rale dans le monde musulman pour le Jihad en Syrie, sa position en faveur des rebelles syriens et son silence 脿 propos des crimes commis contre des Chiites dans la rue au su et au vu des forces de l’ordre, ont largement contribu茅 脿 son impopularit茅 grandissante. Le risque soulev茅 par le projet de barrage 茅thiopien quant 脿 l’avenir du pays, n’a eu aucun int茅r锚t aupr猫s de la pr茅sidence qui a fait 脿 son propos des d茅clarations 茅vasives qui d茅notent de son 聽inconscience flagrante et d’une irresponsabilit茅 trop voyante. Morsi a d茅sormais r茅uni sans en 锚tre conscient, tous les ingr茅dients pour pr茅cipiter son passage 脿 la pr茅sidence vers sa fin ultime.

Les Egyptiens ont aussi le sentiment que les Fr猫res musulmans cherchent 脿 profiter de cette instabilit茅 pour pousser leurs pions en nommant des hauts responsables, des ministres, des gouverneurs issus de leurs rangs. La confr茅rie n’est pourtant pas seule responsable de cette impasse: ce sont les militaires qui ont fix茅 au d茅part les nouvelles r猫gles du jeu politique et l’opposition s’est montr茅e incapable de s’organiser et de proposer une alternative cr茅dible.

Aujourd鈥檋ui, le retour de cette arm茅e 脿 la politique est bel est bien souhait茅 par une majorit茅 d鈥櫭ゞyptiens, mais pas pour toujours, juste le temps d鈥檕rganiser des 茅lections pr茅sidentielles anticip茅es.

Sami Sh茅rif

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →