,

Algérie : selon un spécialiste, la sécurité informatique y est un luxe

Propos recueillis par Mina ADEL

La sécurité des sites Internet et principalement des données «personnelles» qui y sont contenues est plus que jamais d’actualité compte tenu de la multiplication des attaques contre des entités, mais aussi des individus qui, à cause d’une faille, se retrouvent dépossédés de leurs données. Doctorant au laboratoire informatique de l’université Paris 6 et consultant en sécurité informatique, Fouad Guenane y revient dans cet entretien.

Que signifie sécuriser un site ou des informations sur Internet ?

Pour le commun des utilisateurs, sécuriser ses donner c’est surtout avoir la sagesse de ne pas donner ses informations personnelles et toutes autres informations  qui nous appartiennent à tout le monde. Pour ce qui est des entreprises, elles ne doivent  pas se mettre en difficulté parce que leurs informations sont en ligne. Ne pas garder la  confidentialité  des informations peut, par exemple, nuire à la commercialisation. On peut mettre le maximum d’informations sur Internet mais elles ne doivent être accessibles qu’aux personnes autorisées.

En général, quelles sont les motivations d’une attaque ?

On a plusieurs types de motivations. La première c’est la quête de  la gloire, la seconde est quand une entreprise  veut l’information d’une autre entreprise, la troisième c’est quand un groupe de hacker est payé pour attaquer un site et la quatrième c’est un Etat qui attaque un autre Etat.

Peut on supposer que les sites qui risquent de subir une attaque sont ceux qui sont développés en matière de données ?

On peut être attaqué à tout moment par n’importe qui. Il ne s’agit pas d’être développé pour risquer de subir  une attaque mais plutôt de se préparer pour pouvoir confronter  une éventuelle attaque sans subir de graves dommages.

Le contenu algérien qui est bien entendu pauvre, peut il intéresser les hackers ?

Ce n’est pas par rapport au contenu qu’on sécurise. Bien au contraire, l’idée que le contenu reste pauvre est intéressante et peut motiver un hacker dont le but est de maintenir cette situation de pauvreté.

Les sites des institutions et entreprises algériennes sont elles bien protégées ?

On m’a dit que la sécurité est un luxe. Depuis  pas  longtemps on m’a dit que c’est  une option. Les gens ne prennent pas  conscience  des risques  sécuritaires qui existent. Il faut prévoir toute une reconstruction si jamais on  s’ouvre avec le e-paiement. On va arriver à une économique numérique et il faut suivre. Pour l’instant, les entreprises algériennes sont spectatrices dans le domaine de la sécurité. Dans l’immédiat,  il faut que les managers se disent qu’il y a un risque et  je dois former et préparer mes employés.

Plus  de quatre millions  d’algériens sont aujourd’hui sur Facebook. Peut on se protéger sur les réseaux sociaux ?

Ce qu’on croit est faux, Facebook ne protège pas. Dès qu’on va sur Facebook on n’est plus protégé.  De prime à bord, ce réseau a toutes les infos et les vend au plus offrants. Mais le citoyen lambda n’a conscience de la faille qu’il peut  avoir que s’il subit une attaque.

Mina Adel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Entretien avec un bâtard

Syrie : les derniers succès de l’armée syriennes couplés avec des éventuelles livraisons de missiles sophistiqués russes mobilisent l’occident et Israël