Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Maroc : ce n’est pas fini, il reste encore 脿 faire!

By   /   2 mars 2013  /   No Comments

Le Colonel en retraite Mohamed Mellouki

Le Colonel en retraite Mohamed Mellouki

Par Mohamed Mellouki

En suivant, le 25 janvier dernier, sur les cha卯nes t茅l茅vis茅es, le d茅roulement du 2猫me anniversaire de la R茅volution 茅gyptienne, et depuis ses effets qui perdurent 脿 ce jour, je n鈥檃i cess茅 de penser 脿 l鈥檃rticle 鈥 La poudri猫re 茅gyptienne鈥 que je venais d鈥櫭ヽrire quelques jours auparavant, exactement le 10/1/2013, o霉 je disais, entre autres, que l鈥橢gypte 茅tant devenue l鈥櫭﹑icentre du Printemps arabe, celui-ci y d茅veloppera un esprit de fronde puisant dans celui, fran莽ais, de mai 1968, qui maintiendra une menace permanente de bouleversement sur tous les r茅gimes arabes. Le Pouvoir

Deuxi猫me anniversaire de la r茅volution 茅gyptienne

Deuxi猫me anniversaire de la r茅volution 茅gyptienne

marocain risquerait-il d鈥櫭猼re lui aussi, pour le moins, impact茅 par le ph茅nom猫ne ? La question m茅rite r茅flexion parce que le risque d鈥檜n nouvel embrasement existe chez nous aussi, pour cause d鈥檜ne conjonction de consid茅rations internes et de g茅opolitique internationale qui peuvent 锚tre d茅termin茅es en sept points.

1)- La Constitution de la discorde : La violence qui a marqu茅 la c茅l茅bration du 2猫me anniversaire de la R茅volution 茅gyptienne s鈥檌nscrivait, en fait, dans le prolongement de la confrontation d鈥檜ne large partie de la masse avec le pouvoir, qui avait, pendant un mois auparavant, jet茅 dans les rues des d茅ferlantes de manifestants pour cause du projet de la r茅forme constitutionnelle. Le nouveau r茅gime en place pr茅sentait ce projet comme un texte r茅volutionnaire refl茅tant fid猫lement la revendication r茅volutionnaire. L鈥橭pposition y voyait une man艙uvre des Fr猫res Musulmans de s鈥檃pproprier le pouvoir. La promulgation officielle de la Constitution, largement contest茅e par au moins la moiti茅 de l鈥櫭﹍ectorat, a divis茅, depuis, l鈥橢gypte en deux camps antagonistes. Ce pays est d茅sormais en proie 脿 une crise soci茅tale qui ne semble pas se r茅sorber de sit么t. En 2011, le Pouvoir marocain, lui, avait pens茅, en pleine effervescence suscit茅e par le M20, 脿 concocter 脿 toute vitesse un projet du genre. Celui-ci donne, depuis, lieu 脿 une profonde contestation, et le r茅f茅rendum y aff茅rent avait enregistr茅 un taux d鈥檃bstention 茅valu茅 aux 2/3 des inscriptions, et celui d鈥檃pprobation 脿 moins de 20% contrairement aux assertions officielles. Tout comme en Egypte, la nation se trouve, sur ce chapitre, bel et bien fractur茅e en deux camps. Epargn茅 par la temp锚te qui a emport茅, ailleurs, certains r茅gimes, et s鈥檌maginant que la Constitution qui en est r茅sult茅e, l鈥檃ctuelle, le mettait 脿 l鈥檃bri d鈥檜ne 茅ventuelle d茅stabilisation, le

 premier anniversaire du Mouvement du 20 F茅vrier

Premier anniversaire du Mouvement du 20 F茅vrier

Pouvoir n鈥檃 pas r茅ellement pris la pleine mesure de cette 鈥 chance鈥 et n鈥檃 pas tard茅 脿 retrouver ses vieilles mentalit茅s et pratiques qui font qu鈥檌l reste, malheureusement, otage de son Histoire. Sa vision d鈥檃venir national s鈥檌ncruste paradoxalement dans la conception qu鈥檌l se fait de son pass茅 historique et de la trame des us et coutumes dynastiques. La crainte d鈥檜ne perte de ma卯trise de son statut et de ses privil猫ges l鈥檌ncite 脿 des politiques et r茅actions conjoncturelles, impr茅gn茅es de prudence et m茅fiance, dont il n鈥檈st pas, pour autant, rassur茅 lui-m锚me. Le fait qu鈥檌l ait r茅gent茅 un peu plus l鈥櫭ヽhiquier politique, r茅duit 脿 un simple groupement de comparses, figurants, et opportunistes r茅unis, ne change, 茅videmment, rien une r茅alit茅 qui fait que depuis et 脿 cause de cette m锚me Constitution un sentiment d鈥檃mertume politique s鈥檈st ajout茅 au malaise social ambiant depuis des lustres, attisant un peu plus les ingr茅dients d鈥檜ne explosion.

2)- L鈥檈xp茅rience islamiste : R茅sultant officiellement d鈥檜ne consultation 茅lectorale qui se voulait libre et transparente, l鈥櫭﹎ergence du PJD sur la sc猫ne gouvernementale ob茅issait, en fait, 脿 d鈥檃utres motifs tout 脿 fait 茅loign茅s de la consid茅ration avanc茅e. En fait, le Pouvoir, vacillant sous l鈥檈ffet de surprise provoqu茅e par le soul猫vement du 20 f茅vrier, croyait trouver un alli茅 consistant dans cette formation qui s鈥檌nscrivait, 脿 point, dans l鈥檃v猫nement politique islamiste, et donnait en sus des gages de fid茅lit茅. Le PJD avait, en r茅alit茅, tout simplement tromp茅 une bonne part de son 茅lectorat et leurr茅 le r茅gime aussi, en r茅ussissant 脿 refl茅ter, 脿 un moment crucial pour celui-ci, l鈥檌mage d鈥檜ne formation v茅hiculant la revendication nationale. C鈥檈st connu, depuis, que tant le PJD que la Mouvance islamiste 茅gyptienne avaient observ茅 une attitude pour le moins circonspecte, voire poltronne et hypocrite, pendant le d茅roulement du Printemps arabe. L鈥檜n et l鈥檃utre avaient profit茅 de la panique qui s鈥櫭﹖ait empar茅e des r茅gimes pour les exploiter 脿 leur profit et en recueillir les dividendes. L鈥檃cc猫s au pouvoir leur a 茅t茅 茅chu tout comme chute un fruit blet, sans m锚me se donner la peine de secouer le cocotier. Cela leur a vite tourn茅 la t锚te. Tant les Fr猫res Musulmans que notre PJD n鈥檕nt pas tard茅 脿 manifester, d猫s lors, une attitude pour le moins arrogante, notamment 脿 l鈥櫭ゞard de leurs adversaires id茅ologiques. Les premiers, et leurs alli茅s Jihadistes, n鈥檕nt pas tard茅 脿 excommunier de la Oumma musulmane les opposants 脿 leur agenda. Mr Benkirane a, de son c么t茅, vite accus茅 les la茂cs de pactiser avec le diable, avant d鈥檃breuver le public de sa ridicule rh茅torique relative aux crocodiles et 3芒farit, pour masquer son impuissance 脿 tenir ses promesses 茅lectorales. Il faut lui rendre justice qu鈥檌l est rest茅, tout de m锚me, dans le pittoresque et le clownesque, ce qui a au moins l鈥檃vantage de faire d茅tendre la galerie, contrairement 脿 Mr Mohamed El Abbadi fra卯chement promu au leadership d鈥橝l Adl Wal Ihsane qui n鈥檃 pas eu froid aux yeux et a crev茅 le plafond de la d茅magogie et de l鈥檌mmodestie en d茅clarant aussit么t investi que le moins positionn茅 dans sa Jama芒 茅tait comp茅tent pour la direction d鈥檜n Etat, alors que le pr茅sident du plus grand Etat du monde ne saurait pr茅tendre 脿 un poste de gardien d鈥檌mmeuble dans l鈥橢tat auquel aspire sa formation. Il n鈥檈mp锚che que la diff茅rence entre Benkirane et Abbadi r茅side plus dans la formulation que dans le fond des intentions. En tout 茅tat de cause, les deux ne sont pas 茅loign茅s de la pens茅e exclusive et sectaire des Fr猫res 茅gyptiens pour qui, aussi, la Confr茅rie est une caste particuli猫re jouissant d鈥檜ne pr茅茅minence la pla莽ant au-dessus non seulement de l鈥橢tat, mais de la nation. 脌 quelque chose malheur est bon, les derniers tragiques 茅v猫nements ont d没 leur faire comprendre qu鈥檌ls avaient vendu la peau de l鈥檕urs avant de l鈥檃voir tu茅. Avec l鈥檈spoir que nos 鈥 fr茅rots鈥 locaux en tireraient la le莽on pour rester dans les limites de la d茅cence. En particulier Mr Benkirane qui a rassur茅, tout r茅cemment, ses troupes 脿 Casablanca que le PJD l鈥檈mporterait aussi 脿 l鈥櫭ヽh茅ance l茅gislative de 2017.

3)- L鈥檃lliance islamiste : Le Dr Raddad Okbany qui a 茅t茅 l鈥檜n des t茅moins oculaires de l鈥檃bsorption par le MPDC de l鈥櫭﹒uipe Benkirane qui allait se muer en PJD, r茅v猫le dans son livre 鈥 PJD, D茅but et fin鈥 鈥 pages 5 脿 7- et quelques autres 茅crits dans la presse, que Mr Benkirane avait bel et bien fait acte d鈥檃ll茅geance au Dr El Khatib, lui-m锚me myst茅rieux repr茅sentant, au Maroc, de la Confr茅rie des Fr猫res Musulmans. Par cons茅quent, son acte l鈥檌mplique aussi 脿 l鈥櫭ゞard de la Confr茅rie. Nous sommes donc en pr茅sence d鈥檜n homme qui manie un double langage et adopte une attitude double, ambivalente, hypocrite, puisqu鈥檌l ne cesse de se faire, publiquement, le chantre de la Commanderie des Croyants tout en 茅tant un adepte d鈥檜ne confr茅rie 茅trang猫re dont l鈥檌d茅ologie politique est en totale contradiction avec le credo marocain. M锚me si, en fait, son islamisme ne v茅hicule de vision politique qu鈥檃utant que la signification de la barbe dans le travestissement du p猫re No毛l. J鈥檈n ai, d鈥檃illeurs, parl茅, pr茅c茅demment dans l鈥檃rticle que j鈥檃i 茅crit en juin dernier, intitul茅 鈥 Faut-il destituer Mr Benkirane ?鈥.

4)- L鈥檕nction am茅ricaine : Il est 茅tabli que les USA ont commenc茅 脿 d茅sesp茅rer du r茅gime de Moubarak et 脿 茅tablir des approches en direction des Fr猫res Musulmans d猫s 2004. 脌 partir de cette date, ils commenc猫rent 脿 s鈥檌nqui茅ter s茅rieusement de la menace qui pesait sur leurs int茅r锚ts au Moyen-Orient, en raison de leur appui aveugle 脿 des r茅gimes autocrates dont l鈥檌mpopularit茅 grandissante ne pouvait que favoriser davantage la mont茅e en puissance des mouvements islamistes radicaux. Mais les premiers contacts constants prendront effet concret quatre ans plus tard, quand les am茅ricains n鈥檃yant pas appr茅ci茅 la condamnation 脿 la peine de prison de Ayman Nour, dont le crime fut d鈥檃voir os茅 se pr茅senter contre le ra茂s 脿 la pr茅sidentielle de 2005, d茅cid猫rent de prospecter d鈥檃utres fili猫res avant que la situation ne leur file entre les mains. Ils crurent pouvoir le faire dans le cadre d鈥檜ne coalition regroupant les Fr猫res Musulmans et la n茅buleuse d茅mocrate et lib茅rale dont prendrait la t锚te Ayman Nour. Ils furent pris de vitesse par le Printemps arabe survenu comme une tornade, 脿 l鈥櫭﹖onnement g茅n茅ral. Ayman Nour s鈥櫭﹖ant r茅v茅l茅 impr茅par茅 脿 un leadership national fut vite marginalis茅, c茅dant, temporairement, la pr茅茅minence 脿 Al Barade茂 dont l鈥檃ur茅ole a brill茅 le temps d鈥檜n feu de paille, avant de reprendre quelques poils de la b锚te plus tard dans le cadre du FSN. Convaincu que le r猫gne islamiste devenait in茅luctable, apr猫s la chute de Moubarak, les USA, apport猫rent leur caution 脿 l鈥櫭﹍ection du Dr Morsi 脿 la pr茅sidence, dans un deal dont j鈥檃i parl茅 dans l鈥檃rticle pr茅c茅dent 鈥 La poudri猫re 茅gyptienne鈥. En contrepartie, la Confr茅rie a 茅t茅 oblig茅e de leur donner des gages, dont le principal se rapporte aux accords de Camp David, exprim茅s au vice-pr茅sident am茅ricain John Biden, durant la p茅riode des pr茅sidentielles. Au Maroc, le PJD a b茅n茅fici茅 de cette nouvelle perspective am茅ricaine 脿 l鈥櫭ゞard des islamistes catalogu茅s mod茅r茅s. Bien que le Roi ne f没t pas, semble-t-il, chaud pour l鈥檈xp茅rience, et aurait d茅conseill茅 aux am茅ricains de jouer cette carte, ces derniers auraient, selon Mr Boubker Jam芒e, exprim茅 d猫s 2005, 脿 Mr Othmani quand celui-ci 茅tait encore Secr茅taire g茅n茅ral du PJD, leur faveur pour cette formation, dans le but de contrer l鈥檈xpansion et l鈥檌nfluence des salafistes locaux et particuli猫rement Al Adl Wal Ihsane.

5)- La mont茅e en puissance des mouvances radicales : Entre-temps, les Fr猫res Musulmans ayant su instrumentaliser le Printemps arabe 脿 leur profit ont 茅t茅 per莽us comme les interlocuteurs incontournables dans toute nouvelle reconfiguration g茅ostrat茅gique dans la r茅gion. Mais non seulement qu鈥檌ls ne purent contrer la mont茅e en puissance des Salafistes et autres Jihadistes, mais que leurs propres rangs sont de plus en plus infiltr茅s par les radicaux. Leur r猫gne est, dores et d茅j脿, consid茅r茅 comme tr猫s al茅atoire. Au Maroc, le PJD a lui aussi d茅莽u. Cens茅 constituer une force politique expressive de la revendication nationale et de la majorit茅 de l鈥檕pinion publique et, du fait, investi d鈥檜n r茅el leadership capable d鈥檈ndiguer la menace du Printemps arabe et de contrer la n茅buleuse radicalo-salafiste, du moins la tracter dans son sillage, il se r茅v猫le une simple peau de baudruche impr茅par茅e et d茅barqu茅e par erreur 脿 la gouvernance.

6)- Les positions g茅ostrat茅giques : Celle du Maroc sur la rive sud du D茅troit de Gibraltar et la pleine propri茅t茅 par l鈥橢gypte du canal de Suez, en sus du trac茅 frontalier commun avec Israel, font que toute 茅ventualit茅 d鈥檜ne arriv茅e dans ces pays de r茅gimes politiques hostiles aux USA ou d鈥檜ne tentative d鈥櫭﹎ancipation 脿 l鈥櫭ゞard de leur leadership, peut conduire, pour le moins, 脿 des r茅torsions multiples de la part de cette puissance.

7)- L鈥櫯搃l du cyclone: Si les USA ont 茅t茅, de l鈥檃vis quasi- g茅n茅ral, surpris par le d茅clenchement du Printemps arabe, avant de l鈥檈nfourcher rapidement, certes, ils demeurent d茅sormais sur leur garde et ne se laisseront aucunement se cantonner dans un r么le de derni猫re roue de la charrette. De sources g茅n茅ralement bien inform茅es, ils ont 茅t茅 choqu茅s par la tournure des 茅v猫nements qui viennent de secouer l鈥橢gypte ces derni猫res semaines, ne s鈥檃ttendant pas 脿 l鈥檃mpleur et la capacit茅 de mobilisation de l鈥橭pposition qui n鈥檃vait pas cess茅 de d茅noncer leur collusion avec les Fr猫res Musulmans. Perplexes, pour le moment, 脿 l鈥櫭ゞard d鈥檜ne Confr茅rie dont ils avaient grossi l鈥檌nfluence et l鈥檌mportance, et sur laquelle ils se trompaient 鈥 bougrement鈥 en mati猫re de d茅mocratie et droits de l鈥橦omme, ils n鈥櫭ヽartent plus, d茅sormais, une r茅vision totale de leur position 脿 l鈥櫭ゞard de cette organisation. Avec de fortes probabilit茅s de ricochet sur un PJD pour sa connivence avec les Fr猫res Musulmans, relat茅e ci-dessus dans le 3猫me paragraphe 鈥 L鈥檃lliance islamiste鈥. D鈥檃utant que plusieurs 茅tudes concordent que pratiquement l鈥檌slamisme dit 鈥 mod茅r茅鈥 a pris fin avant m锚me de prendre son envol en tant qu鈥檃lternative politique aux r茅gimes d茅chus ou menac茅s de l鈥櫭猼re, et que l鈥檃ffrontement futur aura lieu entre les forces d茅mocratiques, toutes confondues, et les coalitions radicalo-salafistes, toutes confondues aussi. Hassanein Haykal qui, lui, sait de quoi retourne la g茅opolitique telle qu鈥檈lle se d茅finit 脿 Washington, comme s鈥檌l en suivait le d茅roulement dans une boule de cristal, a affirm茅, au cours d鈥檜ne 茅mission t茅l茅vis茅e, le vingt d茅cembre dernier, que le Moyen-Orient conna卯tra de profonds bouleversements d鈥檌ci 2 脿 3 ans. C鈥檈st admis que le Moyen-Orient dans l鈥檕ptique am茅ricaine n鈥檈st pas celui que l鈥檕n 茅tudie au coll猫ge sur les cartes g茅ographiques, mais celui trac茅 au State Department, qui va du Maroc au Pakistan. Le non moins c茅l猫bre chroniqueur palestinien, Mr Abd Elbari 3atoine, directeur du quotidien arabophone 鈥楢l Quds Al Arabi, bas茅 脿 Londres, qui n鈥檡 est pas moins introduit dans les instances d茅cisionnelles que Haykal 脿 Washington, tient le m锚me langage, parlant de quelques semaines ou mois 脿 venir qui modifieront la physionomie du monde arabe. Il est 茅tabli que la g茅ostrat茅gie am茅ricaine, planifi茅e de concert avec la Grande Bretagne et la France pour le moins, n鈥檃ccorde plus au Maroc cette place privil茅gi茅e d鈥檃ntan. En d茅pit des affirmations officielles des deux parties quant 脿 l鈥檈xcellence de leurs relations, ces affirmations ne peuvent voiler le fait que depuis Busch Junior, notamment, le Maroc est pratiquement pass茅 du rang d鈥檃mi 脿 celui de camarade. L鈥橝dministration Obama, 脿 son tour, ne s鈥檈st pas montr茅e, non plus, jusqu鈥櫭 l鈥檋eure, trop sensible aux sir猫nes marocaines. Et si le Projet de D茅veloppement de la D茅mocratie au Moyen-Orient- Promed- initi茅 脿 Washington prouve que l鈥檃genda de bouleversements de certains r茅gimes 茅pargn茅s par la vague de 2011 n鈥檃 pas 茅t茅 enterr茅, il ne faut surtout pas se leurrer que les am茅ricains croient 脿 nos sornettes d茅mocratiques, et l鈥檌nt茅r锚t qu鈥檌ls accordent encore au pays est en bonne partie destin茅 脿 contrecarrer l鈥檌nstauration d鈥檜n leadership r茅gional alg茅rien dont ils ne cernent pas encore les contours et dont ils craignent une extension jusqu鈥檃u D茅troit. Le pays est, donc, dans l鈥櫯搃l du cyclone. Le Pouvoir marocain a int茅r锚t 脿 prendre les devants, initier un v茅ritable projet de d茅veloppement de la d茅mocratie, 茅viter les simulacres qui ne trompent plus personne, et encore moins l鈥橭ccident, pour ne pas offrir 脿 ce dernier le pr茅texte d鈥檌ntervenir dans une cuisine interne o霉 les Marocains sont bien en mesure de cuisiner eux-m锚mes, et mieux que l鈥橢tranger, leurs propres mets. Il gagnerait en s鈥檌nscrivant dans cette optique, parce que tant qu鈥檌l s鈥檃charne 脿 emp锚cher l鈥櫭ヽlosion d鈥檜n d茅bat politique franc et constructif qui puisse refl茅ter la v茅ritable conscience nationale et v茅hiculer ses attentes, tant il pousse 脿 la contestation et 脿 la radicalisation de g茅n茅rations de jeunes ambitionnant un r么le leadership au sein d鈥檜n 脡tat qu鈥檌ls voudront concevoir 脿 leur mentalit茅. L鈥橢tat f茅odalo-patriarcal dans lequel le Pouvoir tient 脿 enfermer les Marocains, en d茅pit des rafistolages, tel celui de 2011, qui ne trompent que les petites cervelles d茅phas茅es politiquement, est d茅finitivement hors du temps. Il est imp茅ratif de r茅fl茅chir 脿 une 鈥 nouvelle鈥 r茅vision constitutionnelle qui puisse aboutir 脿 une Refondation totale et globale de l鈥橢tat. Je ne le dis pas sous influence de ce qui vient de se passer en Egypte ; je l鈥檃i exprim茅 dans des 茅crits ant茅rieurs diffus茅s tous sur google et facebook.

Mohamed Mellouki

    Print       Email
  • Published: 9 ans ago on 2 mars 2013
  • By:
  • Last Modified: mars 3, 2013 @ 11:21
  • Filed Under: Actualit茅s, Maghreb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →