Loading...
You are here:  Home  >  Actualit茅s  >  Current Article

Alg茅rie : des 茅lections et des questions

By   /   2 d茅cembre 2012  /   No Comments

Par Chahid BENDRISS

D茅j脿, lors des 茅lections l茅gislatives de mai 2012, le taux de participation avait donn茅 le signale d’alarme quant 脿 l鈥檌nertie de la vie politique en Alg茅rie. Les fraudes 茅lectorales quant 脿 elles, avaient montr茅 au grand jour la tentative des autorit茅s de d茅cryptage des r茅sultats des 茅lections et leurs acharnement 脿 vouloir structurer la sc猫ne politique de mani猫re artificielle et de garder ainsi la main haute sur l’avenir du pays.

Plus de 21 millions d’茅lecteurs ont vot茅, ce jeudi, pour les conseils municipaux et d茅partementaux. Une fois encore, le scrutin semble sans enjeu pour une majorit茅 d’inscrits et le v茅ritable vainqueur est d’ores et d茅j脿 connu. C’est en fin de compte l鈥檃bstention qui l’emportera, mais ne serait-il pas au d茅pend de la d茅mocratie r茅elle et cons茅quente?

Voter ou s鈥檃bstenir ? Pour de nombreux Alg茅riens, la question ne se pose m锚me plus. Le Front de lib茅ration nationale (FLN), le parti pr茅sidentiel au pouvoir depuis cinquante ans, a eu beau encourager les 21 millions d鈥櫭﹍ecteurs 脿 aller voter, ce jeudi, pour les 茅lections locales en accordant 芦聽une autorisation sp茅ciale d鈥檃bsence r茅mun茅r茅e聽禄 脿 tous les salari茅s, rien n鈥檡 a fait. 脌 13h, heure locale, le taux de participation 茅tait de 14,63 % contre 19 % en 2007 脿 la m锚me heure, selon le minist猫re de l鈥橧nt茅rieur. Exit les taux de participation brejneviens des ann茅es 1990 : le premier parti politique en Alg茅rie est d茅sormais l鈥檃bstention.

芦聽S鈥檃bstenir est un acte politique en Alg茅rie聽禄, analyse pour FRANCE 24 Lahouari Addi, sociologue et professeur 脿 l鈥橧nstitut de sciences politiques de Lyon. 芦聽De mani猫re g茅n茅rale, les Alg茅riens savent que les partis politiques sont artificiels et qu鈥檌ls ne sont pas repr茅sentatifs, m锚me si les 茅lections ne sont pas forc茅ment truqu茅es聽禄, ajoute-t-il.

Les 52 formations politiques et les 197 listes ind茅pendantes en lice n鈥檕nt pourtant pas l茅sin茅 sur les moyens pour s茅duire les 茅lecteurs. Meetings, spots publicitaires dans les m茅dias incontournables, collages massifs d鈥檃ffiches – parfois de mani猫re sauvage – permanences, etc. En vain. Les Alg茅riens n鈥檕nt pas 茅t茅 convaincus.

芦聽Les mairies n鈥檕nt pas de pouvoirs directs聽禄, insiste le sociologue. 芦聽Pour refaire un trottoir d茅fonc茅 脿 Oran, l鈥檃utorisation doit venir du minist猫re de l鈥橧nt茅rieur, 脿 Alger. Les Alg茅riens ne veulent tout simplement pas participer 脿 la mascarade 茅lectorale聽禄, tranche-t-il.

Autre facteur important pour expliquer le ph茅nom猫ne : le profil des pr茅tendants. En 茅pluchant les listes, le quotidien arabophone Ennahar a constat茅 que les candidats n鈥櫭﹖aient pas toujours des enfants de ch艙ur. Loin de l脿. Dans son 茅dition du 11 novembre, le journal a ainsi r茅v茅l茅 que plusieurs t锚tes de liste des villes de Khenchela et de Tlemcen avaient 茅t茅 condamn茅es pour viol sur mineure, d茅tournement de biens publics et trafics en tous genres. Tous graci茅s par le pr茅sident Abdelazziz Bouteflika en 2011, selon Ennahar.

芦聽Les scrutins locaux attirent des opportunistes et des聽 personnes corrompues qui y voient le moyen de s鈥檈nrichir聽禄, confirme Lahouari Addi. 芦聽Quelque 80 % des 茅lus sont impliqu茅s dans des affaires de d茅tournement de biens fonciers. Il n鈥檡 a pas de notion de service public.聽禄

Le profil de l鈥檃bstentionniste semble, lui, de plus en plus facile 脿 茅tablir. D鈥檃pr猫s une enqu锚te de l鈥檌nstitut Okba Com men茅e au lendemain des 茅lections l茅gislatives de mai et publi茅e par le quotidien alg茅rien Libert茅, 76,9 % des abstentionnistes avaient entre 18 et 39 ans.

芦聽Les Alg茅riens qui vont voter pensent que, s鈥檌ls ne le font pas, ils ne pourront pas refaire leurs papiers d鈥檌dentit茅 ou obtenir un extrait d鈥檃cte de naissance 脿 la mairie聽禄, insiste le sociologue. C鈥檈st une peur infond茅e. On ne peut pas refuser des papiers 脿 pr猫s de 80 % de la population ! 芦聽, ironise-t-il.

Reste que l鈥檌ssue du scrutin laisse peu de place au suspense. L鈥檕mnipotent FLN est d鈥檕res et d茅j脿 assur茅 d鈥檜ne victoire, qu鈥檌l souhaitait 芦聽茅crasante聽禄. Mais, pendant toute la campagne, si la majorit茅 des formations en lice ont mis en garde contre le risque de fraude, seul le chef historique du Front islamique du salut (FIS), aujourd鈥檋ui dissout, Abassi Madani a appel茅, depuis son lieu de r茅sidence qatari, au 芦聽boycott massif de ce scrutin聽禄.

芦聽M锚me si on ne sait pas ce qu鈥檌ls repr茅sentent vraiment dans l鈥檕pinion聽禄,聽ajoute Lahouari Addi, 聽禄 les islamistes diront que les Alg茅riens ont r茅pondu 脿 leur mot d鈥檕rdre聽禄.

Reste 脿 comprendre la signification d’un scrutin qui, comme toujours en Alg茅rie, relevait en grande partie du trompe-l’oeil. Difficile de croire au taux de participation annonc茅 quand on sait l’ampleur de la d茅saffection pour la chose publique dans ce pays! Seuls votent en g茅n茅ral les adh茅rents des partis et les clients du pouvoir, c’est 脿 dire les fonctionnaires, les militaires et ceux qui ont un int茅r锚t 脿 锚tre bien vus du syst猫me. On se d茅place, il est vrai, davantage dans les zones rurales, o霉 bien des 茅lecteurs craignent, s’ils n’ont pas le pr茅cieux tampon sur leur carte, d’茅prouver ensuite des difficult茅s avec l’administration. La faible affluence relev茅e dans les bureaux des grandes villes peut donc tromper l’analyste. Mais, m锚me en tenant compte de ce correctif, le chiffre officiel de la participation para卯t assez irr茅el. Est-ce parce qu’il s’agit d’un pourcentage de votants et que beaucoup d’Alg茅riens, jeunes surtout, ne sont tout simplement pas inscrits sur les listes? A-t-il 茅t茅 gonfl茅 volontairement comme l’affirment les partis qui appelaient au boycott? En 2007 alors que le chiffre officiel 茅tait un peu sup茅rieur 脿 35%, la participation r茅elle 茅tait estim茅e, selon de bonnes sources 脿 l’int茅rieur m锚me du syst猫me, 脿 20% environ…

L’茅lection pr茅sidentielle, fix茅e en principe en 2014, sera en tous cas la prochaine 茅ch茅ance politique importante. Mais combien seront-ils ces alg茅riens; plus que d茅莽us par un syst猫me politique, 脿 aller y exprimer leur voix?

Chahid Bendriss

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Les probl猫mes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’茅poque des Idrissides

Read More →