Loading...
You are here:  Home  >  Non class茅  >  Current Article

Syrie : 芦 A voir clair l’obscure affaire syrienne, le file de la conspiration apparait en filigrane 禄 2 Qui se bat en Syrie ?

By   /   1 ao没t 2012  /   No Comments

Par Thierry Meyssan (collaborateur r茅gulier de Mondialisation.ca)

Alors que la presse occidentale pr茅sente l鈥橝rm茅e syrienne libre comme une organisation r茅volutionnaire arm茅e, Thierry Meyssan affirme depuis plus d鈥檜n an qu鈥檌l s鈥檃git au contraire d鈥檜ne formation contre-r茅volutionnaire. Selon lui, elle serait progressivement pass茅e des mains des monarchies r茅actionnaires du Golfe 脿 celle de la Turquie, agissant pour l鈥橭TAN. Une telle affirmation 脿 contre-courant

聽Depuis 18 mois, la Syrie est en proie 脿 des troubles qui n鈥檕nt cess茅 d鈥檃ugmenter jusqu鈥櫭 devenir un vaste conflit arm茅 ayant d茅j脿 caus茅 la mort d鈥檈nviron 20 000 personnes. S鈥檌l y a consensus sur ce constat, les narrations et les interpr茅tations divergent au-del脿.

Pour les 脡tats occidentaux et leur presse, les Syriens aspireraient 脿 vivre 脿 l鈥檕ccidentale dans des d茅mocraties de march茅. Suivant les mod猫les tunisien, 茅gyptien et libyen du 芦聽printemps arabe聽禄, ils se seraient soulev茅s pour renverser leur dictateur Bachar el-Assad. Celui-ci aurait r茅prim茅 les manifestations dans le sang. Alors que les Occidentaux auraient souhait茅 intervenir pour faire cesser le massacre, les Russes et les Chinois, par int茅r锚t ou par m茅pris de la vie humaine, s鈥檡 seraient oppos茅s.

Au contraire, pour tous les 脡tats qui ne sont pas vassalis茅s par les USA et pour leur presse, les 脡tats-Unis auraient lanc茅 une op茅ration contre la Syrie qu鈥檌ls planifiaient de longue date. D鈥檃bord par le truchement de leurs alli茅s r茅gionaux, puis directement, ils auraient infiltr茅 des bandes arm茅es qui ont d茅stabilis茅 le pays, sur le mod猫le des Contras du Nicaragua. Cependant ceux-ci n鈥檃uraient trouv茅 qu鈥檜n tr猫s faible soutien int茅rieur et auraient 茅t茅 mis en d茅route pendant que la Russie et la Chine aurait emp锚ch茅 l鈥橭TAN d鈥檃n茅antir l鈥檃rm茅e syrienne et de renverser ainsi l鈥櫭﹒uation r茅gionale.

Qui dit vrai聽? Qui se trompe聽?

Les groupes arm茅s en Syrie ne d茅fendent pas la d茅mocratie, ils la combattent

En premier lieu, l鈥檌nterpr茅tation des 茅v茅nements syriens comme un 茅pisode du 芦聽printemps arabe聽禄 est une illusion car ce 芦聽printemps聽禄 n鈥檃 pas de r茅alit茅. C鈥檈st un slogan publicitaire pour pr茅senter positivement des faits h茅t茅roclites. S鈥檌l y a bien eu une r茅volte populaire en Tunisie, au Y茅men et au Bahrein, il n鈥檡 en a pas eue, ni en 脡gypte, ni en Libye. En 脡gypte, les manifestations de rue se sont limit茅es 脿 la capitale et 脿 une certaine bourgeoisie, jamais, absolument jamais, le peuple 茅gyptien ne s鈥檈st senti concern茅 par le spectacle t茅l茅g茅nique de la place Tahrir聽[1]. En Libye, il n鈥檡 a pas eu de r茅volte politique, mais un mouvement s茅paratiste de la Cyr茅na茂que contre le pouvoir de Tripoli, puis l鈥檌ntervention militaire de l鈥橭TAN qui a co没t茅 la vie 脿 environ 160聽000 personnes.

La station libanaise NourTV a connu un vif succ猫s en diffusant une s茅rie d鈥櫭﹎issions d鈥橦assan Hamade et Georges Rahme intitul茅e 芦聽Le printemps arabe, de Lawrence d鈥橝rabie 脿 Bernard-Henri L茅vy聽禄. Les auteurs y d茅veloppent l鈥檌d茅e que le 芦聽printemps arabe聽禄 est un remake de la 芦聽r茅volte arabe聽禄 de 1916-1918 orchestr茅e par les Britannique contre les Ottomans. Cette fois, les occidentaux ont manipul茅 les situations pour renverser une g茅n茅ration de leaders et imposer les Fr猫res musulmans. De fait, le 芦聽printemps arabe聽禄 rel猫ve de la publicit茅 mensong猫re. D茅sormais, le Maroc, la Tunisie, la Libye, l鈥櫭塯ypte, et Gaza sont gouvern茅s par une confr茅rie qui d鈥檜n c么t茅 impose un ordre moral, et de l鈥檃utre soutient le sionisme et la capitalisme pseudo-lib茅ral, c鈥檈st-脿-dire les int茅r锚ts d鈥橧sra毛l et des Anglo-Saxons. L鈥檌llusion s鈥檈st dissip茅e. Certains auteurs, comme le Syrien Said Hilal Alcharifi raillent d茅sormais le 芦聽printemps otanien聽禄.

Deuxi猫mement, les dirigeants du Conseil national syrien (CNS) comme les commandants de l鈥橝rm茅e syrienne libre (ASL) ne sont aucunement des d茅mocrates, au sens qu鈥檌ls seraient favorables 脿 芦聽un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple聽禄, suivant la formule d鈥橝braham Lincoln reprise dans la Constitution fran莽aise.

Ainsi, le premier pr茅sident du CNS fut l鈥檜niversitaire parisien Burhan Ghalioun. Il n鈥櫭﹖ait aucunement 芦聽un opposant syrien pers茅cut茅 par le r茅gime聽禄 puisqu鈥檌l venait et circulait librement dans son pays. Il n鈥櫭﹖ait pas non plus un 芦聽intellectuel la茂que聽禄 comme il le pr茅tend, puisqu鈥檌l 茅tait le conseiller politique de l鈥橝lg茅rien Abbassi Madani, pr茅sident du Front islamique du salut (FIS), aujourd鈥檋ui r茅fugi茅 au Qatar. Son successeur, Abdel Basset Syda聽[2], n鈥檈st entr茅 en politique qu鈥檃u cours des derniers mois, et s鈥檈st imm茅diatement affirm茅 comme un simple ex茅cutant des volont茅s 茅tats-uniennes. D猫s son 茅lection 脿 la t锚te du CNS, il s鈥檈st engag茅 non pas 脿 d茅fendre la volont茅 de son peuple, mais 脿 appliquer la 芦聽feuille de route聽禄 que Washington a r茅dig茅 pour la Syrie聽: The Day after.

Pages: 1 2 3

    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publi茅e. Les champs obligatoires sont indiqu茅s avec *

You might also like...

Le grand jeu pour rester Pr茅sident a vie en d茅pit de la volont茅 populaire

Read More →