Loading...
You are here:  Home  >  Actualités  >  Current Article

Tunisie : selon le politologue Salem Benammar, « C’est la charia qui a tué Chokri Belaïd »

By   /   8 février 2013  /   No Comments

Salafiste égorgeant un "mécréant"

Salafiste égorgeant un « mécréant »

L’assassinat de Chokri Belaïd a provoqué l’indignation en Tunisie et à l’étranger. Ici, la réaction de l’universitaire Salem Ben Ammar, politologue tunisien, enseignant à l’Université Paris II, Panthéon – Assas et réfugié politique en France.

Sans être d’accord sur l’approche qui s’articule sur une quelconque imbrication de la loi musulmane dans ce genre de crime et tout en attirant l’attention du lecteur sur un fait tangible que la Charia n’est qu’un texte que l’on pourra interpréter de manières différentes suivant nombre de facteurs, nous seront totalement du côté de ceux qui diront; s’il s’avèrera acquis que feu Chokri Belaid a été assassiné par des djihadistes, que c’est une certaine interprétation des textes musulmans qui a servi à mobiliser ces terroristes pour accomplir ce forfait. Nous l’avons à plusieurs reprises constaté ailleurs dans d’autres religions et dans d’autres cieux, cette interprétation criminelle de textes religieux utilisée par des fanatiques prisonniers de l’unidimensialité de leur acquis culturel, est à l’origine de nombre de malheurs que l’humanité a connus depuis des siècles. Prendre les textes religieux fondamentaux comme responsables de ce qui se produise dans le monde musulman est inapproprié et simpliste. Les seuls responsables dans cette affaire sont  plutôt certains musulmans seulement (wahabites, djihadistes et autres petits hommes se faisant valoir pour les vrais musulmans), et ceux qui les endoctrinent les financent et les remontent contre leur pays et leurs concitoyens. Si tel n’est pas le cas, toues les autres religions seraient mises dans le même sac et les maux reprochés à l’Islam seraient également collés également à ces religions. Le Christianisme n’avait-il pas été mêlé à 3 siècle de guerres de religions en Europe médiévale, aux invasions européennes en Amérique, en Afrique, en Asie et ailleurs? Que peut-on dire à propos du Judaïsme que certains de ses adeptes sionistes utilisent depuis plus de cent ans pour soi-disant « récupérer une terre que leur bon Dieu leur avait promise » en tuant et massacrant les palestiniens? Où pourrons-nous placer ces hordes de bouddhistes qui viennent d’organiser des pogrommes et des tueries collectives de musulmans en Birmanie? De notre point de vue, les textes ne sont que ce que les hommes veulent en faire. Ce sont certains fanatiques qui posent le problème. Autrement toutes les religions seraient condamnables dans cette perspective. (Le texte qui suit, n’exprime que le point de vue de son auteur).

Sami Shérif

C’est la charia qui a tué Chokri Belaïd

Chokri Belaïd, figure de l'opposition de gauche et critique acerbe du gouvernement actuel, avait rejoint une coalition de partis, le Front populaire, qui se pose en alternative au pouvoir en place. © Fethi Belaid / AFP

Chokri Belaïd, figure de l’opposition de gauche et critique acerbe du gouvernement actuel, avait rejoint une coalition de partis, le Front populaire, qui se pose en alternative au pouvoir en place. © Fethi Belaid / AFP

Par Salem BENAMMAR

Il n’y a pas de mots pour qualifier ce lâche et ignoble  assassinat. D’ailleurs il n’y a pas pire indécence que de qualifier l’inqualifiable. Avec ce meurtre à mettre l’actif de la Tunisie wahhabisée tendance barbare, on a atteint le sommet de l’ignominie humaine. Ses meurtriers ont-ils d’ailleurs un fonds d’humanité en eux ? Il est à douter qu’ils soient dotés d’attributs humains. Tellement aveuglés par leur haine d’eux-mêmes, qu’ils la transforment en pulsions meurtrières pour nourrir la bête abominable qui prospère en leur sein, jamais insatiable et repue. Ils ont perdu toute leur humanité, le jour où leur âme tourmentée avait cru trouver son salut dans les drogues toxiques que les marchands des illusions d’un lupanar divin est au bout de leur propre-autodestruction et celle d’autrui.

Combien sont-ils aujourd’hui dans un pays comme la Tunisie, à faire don de leur vie et bien souvent celle de ce qui est différent de soi, comme Chokri Belaïd, pour être parmi les élus au paradis promis ? Des dizaines, des centaines de milliers ? Des desperados qui pensent avoir trouvé issue dans la désacralisation du vivant pour échapper à l’amertume de leur propre destin en brisant d’autre destin. Une vie misérable dont ils pensent y échapper à travers les promesses de prébendes divines que les rabatteurs de Dieu leur inculquent en faisant de l’autre le bouc-émissaire de leur pathologie psychosociale et dont l’élimination physique est une nécessité impérieuse pour s’ouvrir la voie royale pour les festivités auxquelles sont conviées les plus dévoués à la cause d’un Dieu de plus en plus exigeant et mortifère.

Tuer n’est pas un crime en soi à leurs yeux, c’est un acte libérateur et transcendantal, le gain de leur propre vie dans une autre vie qui ne se réalise que par une sorte de sacrifice d’Abraham. Il peut arriver que le sacrificateur soit aussi le sacrifié. Dans l’eschatologie musulmane, la fin du cycle de la vie est décidée par Dieu. Quand on tue autrui, il ne s’agit pas de meurtre en tant que tel, il s’agit d’un acte accompli selon la volonté de celui qui l’ordonne et dont l’exécutant est dépourvu. Selon la loi absconse et inique de l’islam -la Charia-, l’homme n’est jamais responsable de ses actes. Tout ce qu’il fait incombe à Dieu et pour Dieu. En l’occurrence, un Dieu gratifiant ses fidèles les plus zélés qui le vengent de tous ceux qui présentent une entrave à l’exercice de sa souveraineté absolue sur les hommes.

Les auteurs de l’assassinat de Chokri Belaïd comme ceux naguère de Djaout en Algérie, n’ont fait qu’accomplir un acte purificateur, de salubrité musulmane, dans le respect des prescrits de leur foi qui leur ouvre la voie aux récompenses paradisiaques promises. Connus pour ne pas avoir aucune des instances de la personnalité à cause des drogues dures dont ils sont gavées, ils n’ont aucune conscience de la portée de leurs actes, sauf leur forte conviction et leur obsession hallucinatoire que le mal n’en est pas, infliger un mal à autrui, c’est faire le bien pour Dieu en le vengeant de ceux qui lui font du mal et un bien à eux-mêmes, à leur résurrection.

La Tunisie est prise dans l’engrenage de l’insensé et l’absurde où la violence est dépénalisée pour devenir un acte légitime s’il s’inscrit dans le cadre de la charia. Les assassins ont ainsi un bel avenir devant eux. Chokri Belaïd n’a pas été tué, il a juste mérité sa mort dans le sens de la charia. La charia dont l’application se fait de plus en plus jour en Tunisie ne va pas se déjuger elle-même pour rendre justice à un homme qui a violé ses règles. L’Islam a l’art de déculpabiliser les meurtriers et d’infliger la double-peine aux victimes. Il y a peu de chance que justice ne soit rendue à Chokri Belaïd. Une justice se voulant infaillible et immanente, ne va pas elle-même commettre un sacrilège pour un homme condamné sans aucune forme de procès parce qu’il avait une conception humaine, juste et équitable de la justice.

Salem Ben Ammar

 

    Print       Email
  • Published: 9 ans ago on 8 février 2013
  • By:
  • Last Modified: mars 3, 2013 @ 1:38
  • Filed Under: Actualités, Maghreb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Les problèmes entre le Maroc et l’Algerie datent de l’époque des Idrissides

Read More →