,

104 Vues

LE MYTHE DE L’IDENTITÉ ARABO-MUSULMANE

Ce que je pense de l’article de Mr Salem Ben Ammar

Consacrer le racisme au nom d’un berbérisme sionisé : Voici un article venant d’un soi-disant anthropologue et dont le contenu est superficiel sans objectif rationnel sinon celui de semer la haine entre citoyens égaux. C’est un article qui comporte nombre de contre-vérités historiques déniant aux arabes le moindre apport civilisationnel…De surcroît, il comporte un aussi grand amalgame, trop voyant pour être tu : il identifie le nationalisme arabe au wahabisme, idéologie islamiste foncièrement opposée à ce nationalisme. Pourrait-on faire une telle confusion alors que tout le monde est au courant de la diatribe qui opposait feu Nasser aux Al Saoud et l’opposition de ces derniers aux Baasistes d’Irak et de Syrie et à Kadafi…? L’idéologie ethnocentriste et foncièrement raciste que cet article véhicule, pèche surtout par l’extrémisme totalitaire consistant à interdire aux individus comme aux groupes de choisir l’identité avec laquelle ils se sentent en symbiose. Si Mr Benammar ne voit dans les pays qu’ils cite que des berbères, c’est qu’il ignore qu’il s’y est effectué depuis 14 siècles un brassage ethnique aussi profond qu’il est très difficile de croire au regard idéologisé que l’auteur porte sur ces pays. En utilisant la même démarche que la sienne tout en mettant de côté le principe qui doit transcender dans ce genre de situation, celui disant que les identités se construisent, je ne manquerais sûrement pas
de ne voir en lui qu’un berbère arabisé, puis francisé jusqu’à embrasser les thèses des extrémistes berbéristes sionisés qui appellent les citoyens maghrébins se sentant arabes à quitter l’Afrique du Nord pour retourner en Arabie d’où ils seraient venus….
L’intéressé semble puiser son argumentaire dans une certaine littérature coloniale qui s’était évertuée a imaginer des chiffres amoindrissant au maximum les flux migratoires des arabes d’Orient et d’Andalousie vers l’Afrique du nord (300.000 personnes seulement !), pour réfuter toute la réalité du brassage ethnique qui s’est produit durant 14 siècles de présence musulmane dans cette région. Ce qu’il élude en passant, c’est que cette même littérature avait servi au colonialisme français comme source d’une rethorique assez bien construite pour imposer le tristement célèbre Dahir Berbère au Maroc et les mesures administratives ségrégationnistes en Algérie et en Tunisie. D’autres prétendus intellectuels comme lui, mais qui n’ont pas attendu Facebook pour s’ériger comme tels, s’ingénient a chercher dans cette même littérature le moyen de diviser les peuples du Maghreb en rattachant sur le plan génétique les marocains aux ibériques plutôt qu’au reste de leurs cousins maghrébins, espérant ainsi les isoler et les rendre réceptifs d’une idéologie les séparant du reste du monde arabe et donnant du même coup un surplus d’argumentation maléfique aux activistes oeuvrant pour le projet sioniste de «kurdistanisation» de la question strictement culturelle amazigh ou de «berberisation» intégrale des Etats du Maghreb. Mr Benammar et ses semblables chercheurs dans la merde coloniale, n’ont trouve d’occupation que celle par laquelle ils veulent imposer un racisme qui n’existe pas encore entre diverses composantes de notre société. Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des marines marocains menacent Zafzafi