,

103 Vues

Tunisie : l’anthropologue Salem Ben Ammar fustige les takfiristes jihadistes

 En jetant l’anathème sur autrui, les islamistes takfiristes

insultent  Allah et son Prophète

 

Jihadistes près de la frontière tunisienne
Jihadistes près de la frontière tunisienne

Par Salem BEN AMMAR

Depuis les années 70, s’est développé un courant inquisiteur dans les pays musulmans notamment en Afghanistan où il est de plus en plus fréquent de traiter son coreligionnaire qui aspire à vivre en harmonie avec le monde moderne de kefer, mécréant.

Une doctrine obscurantiste et terroriste dont le principal artisan en Tunisie est l’imposteur hérétique R. Ghannouchi qui a transformé la scène tunisienne en de véritables tribunaux d’inquisition, où des musulmans qui se considèrent plus musulmans que d’autres sont devenus juges du degré d’islamité de leurs compatriotes, faisant ainsi peu de cas de l’enseignement du Prophète qui interdit à un musulman d’accuser de mécréance celui qui dans sa prière se tourne comme lui vers la direction de la Qibla (Abou Alhaqq Muhaddith Dahlevi).

Ainsi de nombreux hadiths ne laissent subsister aucune ambiguïté sur la condamnation explicite du Prophète du takfirisme :

« Maudire un croyant est comparable au fait de le tuer. » [Al-Bukhârî dans le chapitre du comportement (6105), Muslim dans le chapitre de la foi (110).]

« Ceux qui maudissent ne seront point témoins, ni intercesseurs le Jour du Jugement. » [Muslim dans le chapitre du comportement et des liens (2598).]

« Le Croyant n’est pas celui qui jette le doute sur la bonne réputation des autres, ni le maudisseur invétéré, ni le grossier ». [Rapporté par at-Tirmidhi]

Salafistes tunisiens
Salafistes tunisiens

« Ne maudissez pas le vent car il est commandé par Allâh et celui qui maudit une chose qui ne mérite pas d’être maudite la malédiction retourne contre lui » [rapporté par Abou Daoud et at-Tirmidhi]

Par ailleurs, l’Imam Abu al-Qasim ibn ‘Asakir rapporte dans le Tabyin Kadhib al-Muftari (p. 373-) avec leurs chaines de transmission.

Aussi bien le Coran que les hadiths n’ont pas manqué de mettre en garde les musulmans contre les mouvements sectaires, schismatiques, messianiques et de faux dévots qui s’érigeront un jour comme les gardiens du temple qui sèmeront l division et la discorde parmi les musulmans.

Une mise en garde restée vaine. à tous les fanatiques islamistes que selon les préceptes coraniques qu’aucun croyant n’est habilité et es qualité à s’arroger le droit de prononcer la moindre sentence (takfir) à l’égard de tiers supposé mécréant.

Il ne revient à aucun musulman de juger celui qui est mécru ou qu’il ne l’est pas que seuls Allah et son Prophète sont en droit de le juger comme tel. Toute personne jugée comme telle doit se faire parvenir la preuve prophétique (hujjat nabawiyya) de la soi-disant mécréance.

En effet, l’Islam a beau prohiber et condamner toute forme d’anathème sur autrui pour quelque motif que ce soit, mais le takfirisme est formellement interdit par voie de conséquence de se faire juge et partie au lieu et place d’Allah. En toute évidence, Allah n’a pas délivré le moindre décret canonique, un imprimatur à quiconque pour prononcer un tel jugement en son nom.

Mais en dignes fidèles de l’Eglise wahhhabite et héritiers d’Ibn Tymmiya, ils se comportent comme les procureurs de l’islam requérant l’excommunication à l’encontre de tous ceux qui ne sont pas dans leur moule. La pire des sentences pour un musulman, comme s’il était accusé d’apostasie. D’autant plus que qualifier un individu d’apostasie exige une procédure très lourde qu’il est quasiment impossible de le le définir comme tel. Comme nul n’a le droit d’être ni défenseur ni transmetteur de l’Islam en vertu du Coran.

Le vrai anathème est celui qui consiste à répondre à un abus de langage par l’anathème. N’est-ce pas de l’anathème quand on s’auto-gratifie de titres glorifiant sa proximité avec Allah et se faire passer pour le nouveau Compagnon de de son Prophète ?

Le Prophète ne s’est jamais autoproclamé le chéri ou amant d’Allah (habib Allah) ou s’être auto-gratifié du titre de Cheikh comme le font tous ces gourous illuminés qui foisonnent actuellement en Tunisie dont le sulfureux-girouette notoire A. Mourou ou le terroriste jamais repenti R. Ghannouchi.

Et pour certains d’entre eux se font passer pour le Grand Mufti de la République, multipliant les fatwas sur tous les sujets de société alors qu’ils sont des quasi-analphabètes. Ils se veulent encore plus prophètes que le Prophète lui-même qui n a jamais instrumentalisé sa foi à des fins autres que spirituelles, ou pervertit

Jihadistes tunisiens
Jihadistes tunisiens

son message pour en tirer un profit personnel. Avec les islamistes, on baigne dans l’incongruité et la schizophrénie. Subséquemment, le mécréant est celui qui s’autorise iniquement et arbitrairement à traiter l autre comme tel.

Au regard de la Loi Canon tous les islamistes sont par définition supposés être des apostats. Il n’en demeure pas que tout jugement de cette nature et le châtiment prévu dans le cas d’espèce celui de l’apostasie incombent selon leur à Allah lui-même et son Prophète. Pourquoi les islamistes sont-ils au dessus des lois divines ? Seul Lui pourra y répondre un jour. En attendant, ils se veulent Allah et le Prophète simultanément. Une nouvelle espèceo de messie auto-investi. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Syrie : l’agression de l’aviation sioniste continue…et s’avère dangereuse au moment où l’armée reprend le dessus sur la rébellion

Syrie : le missile Iskandar russe réconforte le régime et le rassure