, ,

190 Vues

Maroc : dans le cadre de l’alliance stratégique, les USA livreront 200 chars d’assaut Abrams

L’Agence Américaine de Coopération en Sécurité et Défense (DSCA) a annoncé  lundi 18 juin, que  les Etats-Unis livreront dans les prochains mois, 200 chars de type Abrams au Maroc. L’accord déjà conclu en avril 2011, porte en annexe un contrat de renforcement et de remise en état du matériel. Le prix exigé pour ce marché est de 1,015 milliard de dollars. Ce contrat, devrait également comprendre la livraison de nouveaux équipements, un soutien logistique et la formation de soldats marocains à la nouvelle version des chars Abrams, ainsi que la fourniture de munitions dont notamment 1800 projectiles anti-chars de type HEAT.

Les observateurs indiquent que les chars Abrams ont fait leurs preuves dans les espaces sahariens. L’Egypte en compte, elle même 1200, l’Arabie saoudite 373, l’Irak 300 et le Koweït 218. L’armée américaine les utilisent, également, en Afghanistan.

Dans son communiqué, la DSCA invitent les membres du Congrès a donner leur feu vert à la conclusion de ce contrat parce qu’il « contribuera à la politique étrangère et de sécurité nationale des États-Unis en aidant à améliorer la sécurité d’un allié majeur non-membre de l’OTAN afin qu’il continue à être une force importante pour la stabilité politique et le progrès économique en Afrique. »

Déjà en juin 2004, l’ancien président américain Georges W. Bush avait accordé au Maroc le rang d’allié majeur des Etats-Unis en dehors de l’OTAN pour « son soutien sans faille dans la lutte contre le terrorisme ». Douze autres pays ont le même titre dont notamment le Pakistan et Israël. La DSA conclut son document par ce message très rassurant destiné aux membres du Congrès : « cette vente n’aura aucun impact négatif sur la défense américaine. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maroc : le Ministre des A. E. indique que le fait de retirer la confiance de Ross, ne signifie pas qu’on se retire des pourparlers

Tunisie : Laila Ben Ali témoigne dans un livre qu’elle a intitulé « Ma vérité »